BD et Humour

NOS RAYONS

NEWSLETTER MOLLAT

S'abonner à la lettre Mollat :

Livres Numériques

COMIC STRIP !


 
  • Snoopy & les Peanuts / 1981-1982 - Schulz Charles Monroe
  • Cul-de-sac - Thompson Richard
  • Rocky - Kerlleman Martin
  • Hägar Dünor / 1973-1974 - Browne Dik
  • Barnaby - Johnson Crockett
  • Comic strips / Une histoire illustrée - Robinson Jerry
  • Pogo / 1949-1950 - Kelly Walt
  • Francis cherche l'amour - Claire

Coup de coeur

Lucky Luke vu par... / l'homme qui tua Lucky Luke

Lucky Luke vu par... / l'homme qui tua Lucky Luke

Bonhomme Matthieu

Lucky comics

EAN : 9782884713634

Prix : 14,99 €

Ajout
panier
OU Achat
immédiat
Cet ouvrage dispose d'un contenu éditorial avancé.

Par Loïc Nicolas.
Libraire au rayon BD et Humour

2015 a vu une relance du western en BD avec le succès commercial d'Undertaker (Dorison et Meyer chez Dargaud) et la parution de titres plus originaux, tels Stern (les frères Maffre, chez Dargaud), Buffalo Runner (Tiburce Oger, Rue de Sèvres)ou Ulysse Wincoop (Bachelier et Festraëts, chez Gallimard). 2016 reste sur cette trajectoire, avec la célébration du 70e anniversaire de la création de Lucky Luke.


Après le superbe L'Art de Morris pour les fêtes de fin d'année et avant un album classique par le duo Jul/Achdé en novembre 2016, Matthieu Bonhomme rend hommage au personnage avec L'homme qui tua Lucky Luke.

S'il y a une seule chose à reprocher à cet album, c'est son titre racoleur, qui fait au lecteur une promesse qu'il tient d'une manière un poil trop téléphonée. Pour le reste, c'est un grand plaisir de lecture.

Matthieu Bonhomme ne cherche pas à se mesurer graphiquement à Morris, il en a capté l'essentiel, qu'il incorpore à son dessin : la silhouette longiligne de Lucky Luke et ses postures, les chevaux, la nature et surtout, les couleurs si particulières, si expressives de Morris.

Comme il se doit pour un bel et bon hommage, Matthieu Bonhomme pousse le personnage dans ses retranchements. Dans le cas de Lucky Luke, le sevrage de nicotine l'amène à plusieurs reprises à abandonner son flegme et son sang-froid légendaires. Cette fébrilité, ces énervements ponctuent l'histoire d'excellents moments de tension, parfois comiques, parfois dramatiques. Par l'expression et l'exploration de ce manque, Matthieu Bonhomme parvient à donner au cow-boy une dimension supplémentaire, émouvante : le personnage de cartoon se double d'une épaisseur et d'une véracité d'homme. Il en va de même avec le lien quasi filial qui se tisse entre Lucky Luke et Doc Wednesday ou la dynamique frère/sœur qui structure les rapports entre Luke et Laura Legs.

Hors de la série principale et donc exempté de l'obligation de faire drôle, Matthieu Bonhomme livre une histoire à la fois intense et crépusculaire puisque les motifs d'espérer (l'attitude finale des frères Bone) côtoient ceux de désespérer (le trentenaire Lucky Luke prend conscience de l'inéluctabilité de la mort). Bref, un album qui parle aux adultes que nous sommes devenus.

Jolies cochonneries