Chargement...
Chargement...

Les onze

Auteur : Pierre Michon

Paru le : 24/04/2009
Éditeur(s) : Verdier
Série(s) : Non précisé.
Collection(s) : Non précisé.
Contributeur(s) : Non précisé.

Un coup de coeur de Mollat

« Vous les voyez, Monsieur ? Tous les onze, de gauche à droite : Billaud, Carnot, Prieur, Prieur, Couthon, Robespierre, Collot, Barère, Lindet, Saint-Just, Saint-André. »

Le dernier Pierre Michon aurait pu tenir à cette seule invocation des onze commissaires composant le « Grand Comité de la Grande Terreur »,  sujet(s) du tableau et texte en question. La formule serait en effet restée lettre morte car de l'aveu même de son auteur, le projet d'un roman sur cette période révolutionnaire était en chantier depuis une quinzaine d'années (voir le livre d'entretiens dont l'intitulé sibyllin, Le roi vient quand il veut -Albin Michel, 2007- se justifie après-coup). Ce refrain qui le hantait depuis lors n'est pas sans rappeler la cadence de la « tringle à douze anneaux », métaphore triviale de l'alexandrin déréglé par Rimbaud le fils (Gallimard, 1991) et scandant son retour tout en appelant le tour de vis supplémentaire donné à ce récit.
Si Michon s'était déjà frotté à « écrire la peinture » depuis Vie de Joseph Roulin (Verdier, 1988) qui évoquait Van Gogh, Maîtres et serviteurs (1990) autour de Goya, Watteau et Piero della Francesca, ou le disciple de Claude le Lorrain dans Le Roi du bois (1996), jamais il n'avait tant renoué avec le  « miracle » de ces fameuses Vies minuscules (Gallimard, 1984), ici avec l'apparition d'un tableau et de son auteur, François-Elie Corentin, donnés pour réels mais… totalement imaginaires. Renouvelant par là un topos typiquement borgésien, il y mêle une vaste réflexion réinventant ainsi cette Histoire aussi flamboyante que crépusculaire qu'on dit nôtre.
Le conteur, à la manière d'un Diderot déguisé en gardien de musée, prend à parti son lecteur, le guide pour mieux le perdre dans les mailles de cette « robe d'or » (la couverture Verdier ?) entièrement cousue de fil blanc. Ebloui, on se prend donc au jeu impeccablement vraisemblable de la Vie de ce fils des Lumières à la généalogie limousine proprement michonienne : grand-père illettré de condition misérable et génie qui « travaillait à l'augmentation du vin » quand François Corentin de la Marche, père du peintre et poète, également  « puissante machine à augmenter le bonheur des hommes », vivant rival mais éternel grand Absent du tableau éclipsé au profit de « Sibylles » maternelles dévorantes d'amour, figure le boitement de l'alexandrin , soit le douzième fantoche fantomatique de cette Cène truquée, manquée.
Et le « Grand Machiniste » ? Derrière la vitre du tableau de commande, « quatrième mur » permettant de dévider la mémoire de ce « tyran à onze têtes », bonimenteur omniscient ou « Tiepolo de la Terreur », il fomente également le régicide (parricide) en nous les faisant apparaître, aussi glorieux que terribles, dans un fascinant « vieux théâtre d'ombres » et de lumières qui les élève en autant de Rois guillotinés, Auteurs aux vocations littéraires inabouties, Pères déchus. Car « Dieu est un chien ».
Sous les ors de cette mise en « Cène laïque »,  comme la langue que certains disent – trop - stylisée, perce une fois de plus la maligne ironie du Magicien : et si l'Histoire (qui a/est le fin mot de notre histoire) n'était que fiction ?







Et retrouvez vos libraires, chaque jour, sur le blog de la littérature : Ces mots-là c'est Mollat.
14,20 €
Expédié en 24/48h
Livraison à partir de 0,01 €
-5 % Retrait en magasin avec la carte Mollat
en savoir plus
epub
9,99 €
Protection: Digital watermarking
Acheter en numérique

Résumé

A partir du tableau, Les onze, dans lequel est représenté le Comité de salut public qui en 1794, instaura le gouvernement révolutionnaire de l'an II et la politique de la Terreur, ce roman revient sur cet épisode de la Révolution française. Grand prix du roman de l'Académie française 2009. ©Electre 2017

Quatrième de couverture

Les voilà, encore une fois : Billaud, Carnot, Prieur, Prieur, Couthon, Robespierre, Collot, Barère, Lindet, Saint-Just, Saint-André. Nous connaissons tous le célèbre tableau des Onze où est représenté le Comité de salut public qui, en 1794, instaura le gouvernement révolutionnaire de l'an II et la politique dite de Terreur. Mais qui fut le commanditaire de cette oeuvre ? À quelles conditions et à quelles fins fut-elle peinte par François-Élie Corentin, le Tiepolo de la Terreur ? Mêlant fiction et histoire, Michon fait apparaître avec la puissance d'évocation qu'on lui connaît, les personnages de cette « cène révolutionnaire », selon l'expression de Michelet qui, à son tour, devient ici l'un des protagonistes du drame.

Contenus Mollat en relation

Dossiers

Pierre Michon, un roi sorti du bois

C'est une première et nous en sommes très fiers, Pierre Michon sortira de sa profonde forêt littéraire pour gagner notre plaine. L'occasion pour nous d'évoquer son cas, très singulier dans la littérature d'aujourd'hui

Articles blog Littérature-Sc.Humaines

Articles blog Littérature-Sc.Humaines

Articles blog Littérature-Sc.Humaines

Fiche Technique

Paru le : 24/04/2009

Thématique : Littérature Française

Auteur(s) : Auteur : Pierre Michon

Éditeur(s) : Verdier

Collection(s) : Non précisé.

Série(s) : Non précisé.

ISBN : 2-86432-552-7

EAN13 : 9782864325529

Format : Non précisé.

Reliure : Broché

Pages : 136

Hauteur : 22 cm / Largeur : 14 cm

Épaisseur : 1,1 cm

Poids : 197 g