Chargement...
Chargement...

Marcher avec les dragons

Auteur : Tim Ingold

Paru le : 21/11/2013
Éditeur(s) : Zones sensibles
Série(s) : Non précisé.
Collection(s) : Non précisé.
Contributeur(s) : Traducteur : Pierre Madelin

Un coup de coeur de Mollat

« Ceux qui étudient les lignes s'appellent...Je ne sais pas comment ils s'appellent, tout ce que je sais, c'est que j'en fais désormais partie.
Et ce faisant, j'ai rejoint les rangs des dessinateurs, des calligraphes, des scribes, des conteurs, des marcheurs, des penseurs, des observateurs, bref de pratiquement tout le monde. Car nous vivons dans un monde qui avant tout se compose non pas de chose, ou une personne, sinon un tissage de lignes- les voies de développement et du mouvement- à partir de tous les éléments qui la constituent ? »

A lire ces quelques lignes, on comprend tout de suite que Tim Ingold n'est pas un anthropologue comme les autres. Professeur d'Anthropologie sociale à l'Université d'Aberdeen en Écosse, il débuta son champ de recherche sur les terres gelées de Laponie. Éclectique, il cherche à penser l'homme dans son environnement, intellectuel déroutant, penseur funambule ne voulant tomber dans aucun précipice des sciences qu'elles soient humaines ou naturelles.

Son premier ouvrage, Une brève histoire des lignes analyse ligne comme une production humaine dont la diversité et la courbure parle de l'homme dans son rapport au monde, à la nature, à son environnement. La ligne qui nous relie à ce qui nous entoure n'aurait-elle justement pas tendance avec notre modernité à devenir incroyablement rectiligne, s'interroge-t-il. Une réflexion dont se sont saisis des architectes, des typographes, des philosophes. Ce travail sur la ligne comme trace ou fil, a su trouver un écho dans différents domaines artistiques. Le musée Georges Pompidou de Metz ne s'y était pas trompé en donnant l'an passé le titre du livre d'Ingold à son exposition sur les lignes.

Marcher avec les dragons participe encore d'une invitation, cette fois-ci à découvrir les textes importants de ce penseur en marge des dictats. Ingold n'est pas d'une chapelle et interroge à loisir Lévi-Strauss, Deleuze, Heidegger ou encore Wittgenstein. Il réintroduit dans l'approche de l'humain sa part essentielle de génie créatif, sa propension à interpréter le monde qui l'entoure. Tim Ingold n'hésite pas à remettre en cause ce « dragon » qui lui semble vivre parmi nous et qui « habite la rupture entre le monde et notre imagination ». Son livre en est une démonstration brillante car on écriture elle-même tisse des liens entre l'expérience, la science, la poésie. L'anthropologue sait raconter les histoires et réenchanter le réel… c'est en cela que son livre est aussi enthousiasmant : ouvrage par ailleurs fort savant, sa force littéraire donne elle aussi matière à connaissance intime de l'autre ; la trace peut-être d'un monde merveilleux que savait nous rapporter cette fois-ci Jack London ou encore Jean Malaurie.

À ne pas rater, le vendredi 14 mars au Musée du Quai Branly, rencontre autour de Marcher avec les dragons en présence de Tim Ingold avec Philippe Descola et Frédéric Keck dans le cadre du cycle Les Classiques contemporains
23,00 €
Expédié en 24/48h
Livraison à partir de 0,01 €
-5 % Retrait en magasin avec la carte Mollat
en savoir plus

Résumé

Anthologie de textes sélectionnés par l'auteur pour cette édition française, poursuivant les réflexions de l'anthropologue sur les relations entre les humains, les cultures et l'environnement. ©Electre 2017

Quatrième de couverture

«Les champignons, voyez-vous, ne se comportent tout simplement pas comme des organismes devraient se comporter. Mais il en va également ainsi avec les hommes. Ils ne vivent pas à l'intérieur de leurs corps, comme les théoriciens de la société se plaisent à l'affirmer. Leurs traces s'impriment sur le sol, via leurs empreintes, leurs sentiers et leurs pistes ; leur souffle se mêle à l'atmosphère. C'est pourquoi j'en suis venu à interroger ce que nous entendons par "environnement", pour finalement ne plus le concevoir comme ce qui entoure (ce qui est "là-dehors" et non "ici dedans") mais comme une zone d'interpénétration à l'intérieur de laquelle nos vies et celles des autres s'entremêlent en un ensemble homogène.» Grâce à ses expériences de terrain en tant qu'ethnologue, et avec l'aide de bon nombre de philosophes et d'anthropologues, Tim Ingold déploie dans cette anthologie les lignes d'une pensée originale délimitant les territoires de l'évolution biologique et culturelle, les environnements humains et non humains, les royaumes de la pensée et de l'action, et les discours rivaux de l'art et de la science. De la poétique de l'habiter à l'écologie du sensible, Tim Ingold plaide pour une réconciliation entre les projets de la science naturelle et ceux de l'éthique environnementale, pour un retour aux sources de l'anthropologie.

Contenus Mollat en relation

Dossiers

Le bestiaire des sciences humaines

Décidément, l'homme n'est pas un animal comme les autres et nombreux sont les penseurs qui ont eu recours à eux pour tenter de comprendre les multiples facettes de l'être humain.

Fiche Technique

Paru le : 21/11/2013

Thématique : Méthodologie sociologique

Auteur(s) : Auteur : Tim Ingold

Éditeur(s) : Zones sensibles

Collection(s) : Non précisé.

Série(s) : Non précisé.

ISBN : 2-930601-09-4

EAN13 : 9782930601090

Format : Non précisé.

Reliure : Broché

Pages : 379

Hauteur : 21 cm / Largeur : 14 cm

Épaisseur : 2,6 cm

Poids : 520 g