Chargement...
Chargement...

Les patrons et la politique : de Schneider à Seillière

Auteur : Jean Garrigues

Paru le : 14/02/2002
Éditeur(s) : Perrin
Série(s) : Non précisé.
Collection(s) : Non précisé.
Contributeur(s) : Non précisé.

Un coup de coeur de Mollat

Du lobbying considéré comme un progrès démocratique.
Il y a quinze ans, au coeur de la République Miterrandienne, un représentant du CNPF publiait un ouvrage intitulé "L'insurrection des patrons". Dénonçant les erreurs et les excès de l'Etat, il en appelait à la constitution d'un cinquième pouvoir, celui du patronnat.
Face aux trois pouvoirs de la démocratie, à côté du quatrième pouvoir médiatique, il y avait place, à son avis, pour un cinquième pouvoir, représentant les forces productives, les créateurs de richesses, les décideurs de l'économie.
Si l'on veut expliquer la vie politique française, il est indispensable d'étudier l'influence que les décideurs du monde économique, les grands patrons et les hommes d'affaires ont exercé sur les pouvoirs républicains. Dès le début de la III° République, une sorte de contrat s'est établi entre les représentants du monde économique et les détenteurs du pouvoir politique. Un lien social s'est créé, enserrant les élites dans un faisceau d'intérêts et d'objectifs communs. Les hommes d'affaires et les grands industriels ont investi massivement les travées de l'Assemblée Nationale et les postes ministériels et c'est dans les couloirs de la bourse ou dans les antichambres des conseils d'administration que s'est joué et que se joue encore une grande partie de l'avenir du régime républicain.

Attention ! Jean Garrigues ne fait pas que dresser un tableau de la corruption, des pots de vin, des intérêts privés ou des services rendus. Il montre que la vie politique est régie par d'autres forces qui sont autant de contre-pouvoirs : les partis évidemment, les mouvements, les ligues, les syndicats, la presse, l'édition et l'establishment culturel sont autant de territoires où l'influence du monde économique tend à se déployer.

L'auteur ne cherche pas à dresser un bilan global des pressions exercées par les hommes d'argent sur la vie politique républicaine. Il tend à décrire leurs initiatives à expliquer leurs motivations et à en souligner leurs contradictions. Peu de soufre donc, mais un livre engagée en faveur de l'entrée des patrons dans le jeu démocratique moderne.
20,50 €
Article indisponible
Livraison à partir de 0,01 €
-5 % Retrait en magasin avec la carte Mollat
en savoir plus

Résumé

Qui sont ces maîtres de l'économie assez puissants pour renverser les gouvernements ? Comment cette oligarchie patronale s'est-elle organisée depuis un siècle ? Quelles sont ses armes ? Constitue-t-elle un cinquième pouvoir ? Les archives des organisations patronales, des responsables politiques et de la police secrète ont été épluchées pour répondre à ces questions. ©Electre 2017

Quatrième de couverture

Ils s'appelaient autrefois Wendel, Schneider, Rothschild, plus tard Michelin, Renault, Citroën, Boussac ou Dassault. Aujourd'hui, ils se nomment Ernest-Antoine Seillière, Bernard Arnault, François Pinault, Claude Bébéar ou Jean-Luc Lagardère. Ils étaient, ils sont toujours quelques dizaines de grands patrons, maîtres du pouvoir économique, et bien décidés à peser de tout leur poids sur les destinées de la société française. Depuis que la République s'est installée en France, cette élite patronale n'a jamais cessé d'exercer une influence souvent décisive sur le fonctionnement de la démocratie. C'est à une poignée de grands hommes d'affaires libéraux que l'on doit la stabilisation financière du régime républicain dans les années 1870. C'est grâce à la mobilisation de quelques grands industriels de la métallurgie ou de l'automobile que la France a pu se lancer dans l'effort de guerre en 1914. C'est avec un certain nombre d'entre eux que le régime de Vichy est entré dans la voie de la collaboration et ce sont eux qui se sont lancés dans la bataille de la reconstruction. C'est un peu à cause d'eux que les espérances de la gauche se sont brisées, au moment du Cartel des gauches, du Front populaire, et se sont infléchies après 1981. Ce sont eux qui ont gagné le combat de l'économie de marché. Qui sont ces hommes, qui sont ces maîtres de l'économie, assez puissants pour influencer les princes qui nous gouvernent ? Que valent les mythes qui les accompagnent, depuis le complot des banques juives jusqu'aux nouvelles deux cents familles ? Comment cette oligarchie patronale s'est-elle renouvelée, organisée depuis un siècle ? Qui sont ses alliés, ses confidents, ses serviteurs ? Quelles sont leurs armes pour convaincre, pour protester, pour imposer, et quels sont leurs réseaux d'influence ? Qui ont-ils fréquenté, qui ont-ils financé, qui ont-ils corrompu pour parvenir à leurs fins ? En somme, peut-on vraiment les considérer comme un «cinquième pouvoir» ? Pour répondre à ces questions, Jean Garrigues a remonté le fil de notre histoire contemporaine, depuis les années de fondation de la IIIe République jusqu'à nos jours. Il a épluché les archives et retracé le parcours comme les idées des acteurs de ce grand jeu. Sans a priori mais sans tabou, sans diabolisation mais sans complaisance, voici l'histoire de ces hommes d'influence, qui ont joué un rôle de premier plan dans la vie politique de la France contemporaine.

Contenus Mollat en relation

Fiche Technique

Paru le : 14/02/2002

Thématique : Sciences politiques - Généralités

Auteur(s) : Auteur : Jean Garrigues

Éditeur(s) : Perrin

Collection(s) : Non précisé.

Série(s) : Non précisé.

ISBN : 2-262-01814-6

EAN13 : 9782262018146

Format : Non précisé.

Reliure : Broché

Pages : 335

Hauteur : 25 cm / Largeur : 16 cm

Épaisseur : 3 cm

Poids : 574 g