Chargement...
Chargement...

Disparition de René Pétillon

Publié le 01/10/2018
Connu par son lectorat notamment pour ses enquêtes mettant en scène le personnage truculent du détective Jack Palmer ainsi que ses dessins croqués dans le Canard enchaîné, René Pétillon s'en est allé ce dimanche 30 septembre 2018 à l'âge de 72 ans des suites d'une longue maladie.

C'est en 1968 que René Pétillon posa les premières pierres de sa jeune carrière. Après de nombreux refus et après avoir enchaîné les petits boulots, il parvient à faire paraître ses dessins dans les revues Planètes, Plexus et L'Enragé.

Au fil de ses années de dessinateur, ses lecteurs avaient pu apprécier sa délicatesse et son cynisme qu'il manipulait à la perfection dans ses albums, n'ayant jamais pour « volonté d'être méchant » comme il le déclarait lui même. Ainsi, Jack palmer, détective un peu benêt si reconnaissable à son trench coat beige et son large chapeau offrait des enquêtes hautes en couleurs, s'amusant et se moquant avec finesse de la société au cours de ses diverses aventures.

Un album en particulier marquera sa consécration : L'enquête Corse. Dans cet album, René Pétillon emmène son détective fétiche sur l'Ile de Beauté pour remettre une missive importante à un activiste corse... mais entre la découverte de cette société traditionnelle et l'apparition de la mafia dans la tableau, rien n'est aussi simple.

Paru en 2000, le 12e album de sa série phare - dans lequel il se moque avec bienveillance et mauvaise foi des continentaux et des Corses - sera récompensé par le titre de Meilleur album à Angoulême l'année suivante. Une jolie récompense pour cet artiste à la large palette, autant auteur de fiction que de non fiction, balayant la politique, le sujet d'actualité ou les mœurs sociétales.

Ce même album connaîtra 4 ans plus tard une adaptation sur grand écran, porté par Christian Clavier dans le rôle titre et Alain Berbérian derrière la caméra. La saga s'arrêtera en 2013 après plus de 30 ans de services avec ses dernières aventures : Jack Palmer en Bretagne, un retour aux origines pour l'enfant du pays, né à Lesneven.

Il a pu mettre à profit son ton mordant au service du Canard enchaîné où, entré en 1993, il s'amusera à portraitiser son époque. Sa collaboration avec le célèbre journal avait pris fin l'an dernier. Auparavant, il avait également pu travailler avec Métal Hurlant ,VSD, l'Echo des Savanes, ou Le Matin de Paris

Reconnu par ses pairs et par le public, il avait notamment remporté le grand prix du festival Angoulême en 1989.

Bibliographie exhaustive