Chargement...
Chargement...

Lincoln, l'homme qui changea le visage de l'Amérique

Publié le 01/02/2013
Depuis le 30 janvier, les salles de cinéma présentent le dernier film de Steven Spielberg, Lincoln, l'occasion pour nous de revenir sur le destin de cet homme étroitement lié à celui du peuple américain.
Abraham Lincoln (1809-1865) est l'un de ces personnages historiques où la légende se mêle à la réalité, où la mythologie prend parfois le pas sur l'histoire créant ainsi une figure absolue d'un président au destin glorieux et tragique à la fois.

Lincoln est la première incarnation du self made man : issu d'une famille paysanne, il naquit dans une petite cabane en bois dans le comté de Hardin (Kentucky, annexe de la Virginie). S'il n'a jamais renié ses origines, il ne sait jamais étendu sur cette partie de sa vie qui par conséquent reste méconnue. Marqué par la perte prématurée de quatre de ses proches, le jeune Abraham connaît une adolescence rude et miséreuse. L'école est pour lui le lieu de tous les possibles, l'éducation le libère des tâches quotidiennes, l'adolescent apprend avec minutie, obstination et plaisir.

Devenu adulte, Lincoln délaisse les travaux manuels pour se concentrer sur la politique, il devient délégué de l'Illinois au Congrès en 1847 mais son opposition à la guerre du Mexique lui vaudra cette place deux ans plus tard. En 1858 lors de sa campagne pour le Sénat en tant que candidat Républicain, Abraham Lincoln défend l'abolition de l'esclavage. Malgré la défaite, le candidat aura su se faire remarquer de par ses prises de positions. La consécration politique arrive en 1860 bien que celle-ci soit notamment due à une forte division au sein du parti démocrate.

Les quelques mois qui précédent son investiture seront ceux durant lesquels le Sud fera sécession, déclenchant par la suite le début de la guerre civile. Abraham Lincoln se révélera être le président de l'Union, ne souhaitant pas utiliser la force, mais l'attaque menée par le général confédéré Pierre Beauregard le 12 avril 1861 contre Fort Sumter ouvre définitivement les hostilités. S'en suit alors une longue guerre civile de quatre ans durant lesquels plus de 600 000 soldats trouveront la mort. La victoire des nordistes permettra l'abolition de l'esclavage et entraînera le pays dans une longue reconstruction économique, sociale et politique.

En politique justement, Abraham Lincoln est réélu en 1864 mais fut assassiné par un partisan sudiste, John Wilkes Booth le 14 avril 1865. Il n'est pas étonnant alors de comprendre ce qui a fasciné les Américains dans ce parcours extraordinaire. Figure emblématique d'un pays en quête de héros, son assassina le propulse au rang de mythe. Tout comme celui de Kennedy un siècle plus tard, le destin d'Abraham Lincoln a marqué à jamais la mémoire d'un peuple.

Abraham Lincoln

La guerre de Sécession

L'esclavage aux États-Unis

La guerre en romans

Chargement...