Chargement...
Chargement...

Tu t'es vu quand t'as lu ?

Publié le 19/08/2015
De Thomas de Quincey à Hunter S. Thompson, en passant par William Burroughs comment les écrivains ont-ils exploité le thème de l'addiction dans leurs écrits ?
À partir du XIXme siècle, la drogue s'étend dans le monde. Depuis, sa place dans l'art s'est fortement développée. Elle est devenue une question littéraire.
De portraits d'une jeunesse désabusée en destins tragiques, la drogue croise le chemin de protagonistes qui cherchent à échapper à une réalité trop âpre pour eux, comme l'illustrent Moi, Christiane F., 13 ans, droguée, prostituée, de Christiane Felscherinow ou Retour à Brooklyn, de Hubert Selby Jr. Oscar Coop-Phane dans Demain Berlin nous propose de rentrer dans le quotidien de trois jeunes hommes que tout oppose mais qui tissent des liens par le biais des vapeurs hallucinogènes du monde de la nuit. Les visages souvent émaciés se rencontrent, se mêlent et oublis le temps d'un after les difficultés de leur existence.
Malgré son caractère controversé, elle a été l'outil de création de nombreux artistes dans différents domaines : les peintures de Pablo Amaringo ou de  Bryan Lewis Saunders ; Opium, de Jean Cocteau ; Les paradis artificiels, de Charles Baudelaire ; Confession d'un mangeur d'opium anglais, de Thomas de Quincey. Henri Michaux, voit la littérature comme une expérience vécue : voilà pourquoi la fin de son œuvre est ponctuée de « trip mescalinien ». Pour lui l'expérience des drogues est celle du langage, elles le rapprocheront de domaines qu'il affectionne comme la médecine et la psychiatrie. Le « buveur d'eau » s'adonne également à la pratique du dessin que l'on peut retrouver dans Misérable miracle. Ce-dernier s'élèvera contre l'usage récréatif des drogues « Que ceux qui prennent des produits pour s'adonner à des agitations et déchaînements collectifs s'arrêtent et ne se mettent pas à croire qu'il y a ici quelque chose pour eux. On ne parle pas la même langue. ».
Aujourd'hui, la drogue est un thème récurrent du monde littéraire avec Extra pure, de Roberto Saviano ; La griffe du chien, de Don Wislow ; Sur les addictions, de Sandor Ferenczi). Mathieu Lindon dans Une vie pornographique, nous immerge dans la vie tranquille mais addictive de Perrin un jeune bourgeois qui s'avère être dépendant de l'héroïne. Mi-témoignage, mi-fiction, ce roman se veut la description méthodique du quotidien de Perrin. Entre attente du dealer, crise existentielle et dépendances, on découvre toutes les modalités d'une vie d'héroïnomane.

Ce dossier a pour but de dresser une liste non-exhaustive de livres déclinant les divers aspects et regards sur la drogue comme addiction. La drogue thème emblématique, moteur de nombreux auteurs, a nourri leurs œuvres. Nous vous proposons ici, une réflexion autour de sa place dans le monde littéraire et celui de l'écrivain.
Chargement...