Chargement...
Chargement...

Dictionnaire illustré des 600 marques motocyclistes de Paris et de la Seine. Volume 1, AB à Kreutzberger

Auteur : Bernard Salvat

Paru le : 07/11/2012
Collection(s) : Non précisé.
Contributeur(s) : Non précisé.

39,95 €
Expédié en 5 à 7 jours.
Livraison à partir de 0,01 €
-5 % Retrait en magasin avec la carte Mollat
en savoir plus

Résumé

Le vaste département historique de la Seine a vu naître près de 600 marques de motos. Toutes n'ont pas eu la même importance ni la même renommée. Ce dictionnaire en présente une partie et rend hommage aux inventeurs de la fin du XIXe siècle, aux grands industriels des années 1920-1950 et aux artisans de la moto de course des années 1960-1980. ©Electre 2017

Quatrième de couverture

C'est à Paris, en 1871, qu'est construite la toute première moto de l'histoire, la moto à vapeur de Louis-Guillaume Perreaux. Dès lors, l'immense département de la Seine, qui incorpore alors les départements à l'origine du « Grand Paris », est le berceau de l'industrie motocycliste française, sinon mondiale. Les premiers grands constructeurs, tel de Dion & Bouton puis Alcyon et Griffon, s'y installent, aussitôt suivis de maintes autres entreprises de taille bien plus modeste. Vers 1905, ils sont presque 200 à construire ou à avoir construit des motos ou des moteurs pour motos dans le département de la Seine ! Le début des années 20 voit une recrudescence de la production motocycliste, très orientée vers les petites cylindrées, à quelques notables exceptions près, comme Gnome & Rhône, Janoir, Louis-Clément ou Lutèce. Les mêmes années 20 voient aussi se multiplier les constructeurs de side-cars et de composants majeurs, tels que moteurs et boîtes à vitesses : 130 marques, souvent éphémères, naissent en une décennie. Mais deux seulement sont ou seront de dimension nationale : Dollar et Motobécane/Motoconfort. A partir de 1929, la crise économique venue d'outre-Atlantique puis les bruits de bottes en provenance d'outre-Rhin provoquent la disparition de très nombreuses entreprises ; les motoristes sont les plus sévèrement touchés et il n'en reste pratiquement plus un seul dans la Seine en 1939. Avec eux disparaissent évidemment tous les assembleurs qui ne recouraient pas à des motoristes étrangers, tels MAG ou Sachs. Dès 1944 et jusqu'au milieu des années 50, l'immense succès des cyclomoteurs d'abord, puis des scooters, provoque à nouveau l'éclosion de centaines de marques : parfois de véritables constructeurs mais le plus souvent des assembleurs, se fournissant chez les innombrables motoristes et accessoiristes apparus en peu d'années. L'automobile populaire, 2 CV Citroën et 4 CV Renault, puis la guerre d'Algérie font tout disparaître en à peine 5 ans. C'est ainsi qu'en 1960, hors Motobécane et Ratier, la construction motocycliste a totalement disparu du département de la Seine. Elle n'y réapparaîtra plus que très épisodiquement, avec une poignée de talentueux artisans orientés vers la moto de compétition, tels les Droulhiole ou Offenstadt. A date de parution, ce sont plus de 600 marques motocyclistes qui ont été répertoriées dans le département historique de la Seine entre 1871 et 1988 : le tome 1 de ce dictionnaire les évoque de A à K.

Fiche Technique

Paru le : 07/11/2012

Thématique : Auto/Moto

Auteur(s) : Auteur : Bernard Salvat

Éditeur(s) : Histoire et collections

Collection(s) : Non précisé.

Série(s) : Dictionnaire illustré des marques motocyclistes de Paris et de la Seine, n° 1

ISBN : 2-35250-256-X

EAN13 : 9782352502562

Format : Non précisé.

Reliure : Broché

Pages : 171

Hauteur : 25 cm / Largeur : 25 cm

Épaisseur : 1,3 cm

Poids : 960 g