Chargement...
Chargement...

Triptyque alpestre. Volume 2, Hôtel Clair de Crime : trois proses

Auteur : Werner Kofler

Paru le : 13/10/2011
Éditeur(s) : Absalon
Collection(s) : K. 620
Contributeur(s) : Traducteur : Bernard Banoun - Postfacier : Wendelin Schmidt-Dengler

19,50 €
Article indisponible
Livraison à partir de 0,01 €
-5 % Retrait en magasin avec la carte Mollat
en savoir plus

Résumé

A partir d'un fait divers survenu à Klagenfurt, ce roman raconte le meurtre, par un écrivain sous l'emprise d'alcool et de psychotropes, du portier de nuit de l'hôtel du Clair de lune. ©Electre 2018

Quatrième de couverture

Dans Hôtel Clair de Crime, deuxième volume de son triptyque alpestre, Werner Kofler joue au chat et à la souris avec son lecteur qui, souvent sur le point de « se perdre » dans les allusions et volte-face du récit, est toujours rattrapé in extremis par un narrateur facétieux. L'ouvrage, composé de « trois proses » apparemment indépendantes, est tissé de références, internes ou externes, et d'échos communs aux trois parties. Si la première, « Conjectures sur la Reine de la Nuit », est de facture assez classique - Kofler y conte le sort réservé à six cantatrices de La Flûte enchantée pendant la période nazie -, les deux suivantes nous plongent au coeur du processus de déconstruction du récit narratif entamé dans Derrière mon bureau. Ici, il ne s'agit plus seulement de « détruire la réalité », comme dans le premier volume du triptyque, mais d'appliquer littéralement le postulat de Rimbaud, « Je est un autre », à la personne du narrateur lui-même. Ainsi, dans la deuxième partie, « Hôtel Clair de Crime », un narrateur psychiquement perturbé tente de reconstituer au moyen des communiqués contradictoires des médias un crime qu'il a commis. Ces « fictions » journalistiques, présentées comme des comptes rendus fidèles de la réalité, vont faire éclater le Je, déjà bien chancelant, de ce meurtrier. Dans la troisième, intitulée « Auto-observation cachée », Kofler campe un écrivain hébergé dans la Maison de la Littérature de Berlin et observé par le narrateur, sorte de détective, depuis une chambre d'hôtel située de l'autre côté de la rue. Cette "situation explicitement inspirée de Fenêtre sur cour d'Hitchcock est subvertie par Kofler qui fait de l'observateur et de l'observé une seule même personne. Subtil maître-enchanteur, Werner Kofler invite le lecteur à un dynamitage sarcastique et jubilatoire du récit.

Fiche Technique

Paru le : 13/10/2011

Thématique : Littérature Germanique - Néerlandaise

Auteur(s) : Auteur : Werner Kofler

Éditeur(s) : Absalon

Collection(s) : K. 620

Série(s) : Triptyque alpestre, n° 2

ISBN : 2-916928-16-2

EAN13 : 9782916928166

Format : Non précisé.

Reliure : Broché

Pages : 219

Hauteur : 21 cm / Largeur : 13 cm

Épaisseur : 1,7 cm

Poids : 250 g