Chargement...
Chargement...

Les mille et une nuits. Volume 1

Paru le : 01/02/2000
Éditeur(s) : R. Laffont
Collection(s) : Bouquins
Contributeur(s) : Traducteur : Joseph Charles Mardrus - Editeur scientifique (ou intellectuel) : Marc Fumaroli

23,50 €
Article indisponible
Livraison à partir de 0,01 €
-5 % Retrait en magasin avec la carte Mollat
en savoir plus

Résumé

Recueil de contes populaires arabes médiévaux traduits principalement à partir de l'édition égyptienne de Boulak, mais aussi à partir de celles de Mac Noghten et de Breslau et des différents manuscrits. Ce volume contient notamment l'"Histoire de Sindbad le marin". ©Electre 2018

Quatrième de couverture

On raconte qu'une nuit Haroun Al-Rachid s'étant couché entre deux belles adolescentes qu'il aimait également, dont l'une était de Médine et l'autre de Koufa, ne voulut pas exprimer sa préférence, quant à la terminaison finale, spécialement à l'une au détriment de l'autre. Le prix devait donc revenir à celle qui le mériterait le mieux. Aussi l'esclave de Médine commença par lui prendre les mains et se mit à les caresser gentiment, tandis que celle de Koufa, couchée un peu plus bas, lui massait les pieds et en profitait pour glisser sa main jusqu'à la marchandise du haut et la soupeser de temps en temps. Sous l'influence de ce soupèsement délicat, la marchandise se mit soudain à augmenter de poids considérablement. Alors l'esclave de Koufa se hâta de s'en emparer et de la cacher dans le creux de ses mains ; mais l'esclave de Médine lui dit : "Je vois que tu gardes le capital pour toi seule, et tu ne songes même pas à m'abandonner les intérêts !" Elle repoussa sa rivale et s'empara du capital à son tour en le serrant soigneusement dans ses deux mains. Alors l'esclave ainsi frustrée, qui était fort versée dans la connaissance des traditions du Prophète, dit : "C'est moi qui doit avoir droit au capital, en vertu de ces paroles du Prophète : "Celui qui fait revivre une terre morte en devient le seul propriétaire !" Mais l'esclave de Médine, qui ne lâchait pas la marchandise, n'était pas moins versée dans la Sunna que sa rivale et lui répondit : "Le capital m'appartient en vertu de ces paroles du Prophète : "Le gibier appartient, non point à celui qui le lève, mais à celui qui le prend !" Lorsque le Khalifat eut entendu ces citations, il les trouva si justes qu'il satisfit également les deux adolescentes cette nuit-là. Extrait de la 376° nuit

Fiche Technique

Paru le : 01/02/2000

Thématique : Textes du Moyen-âge

Auteur(s) : Non précisé.

Éditeur(s) : R. Laffont

Collection(s) : Bouquins

Série(s) : Les mille et une nuits, n° 1

ISBN : 2-221-50176-4

EAN13 : 9782221501764

Format : Non précisé.

Reliure : Broché

Pages : Non précisé.

Hauteur : 20 cm / Largeur : 14 cm

Épaisseur : 3,3 cm

Poids : 553 g