Chargement...
Chargement...

L'ordre vestimentaire : de la distinction par l'habillement à la culture de l'élégance

Auteur : Abou Ndiaye

Paru le : 31/12/2013
Éditeur(s) : L'Harmattan
Série(s) : Non précisé.
Collection(s) : Logiques sociales
Contributeur(s) : Non précisé.

32,00 €
Expédié en 5 à 7 jours.
Livraison à partir de 0,01 €
-5 % Retrait en magasin avec la carte Mollat
en savoir plus
epub
24,00 €
Protection: Digital watermarking
Acheter en numérique

Résumé

Etude des enjeux sociaux et politiques de la tenue vestimentaire et, par extension, de l'apparence personnelle en France. L'auteur décrypte les codes établis par la société, les modes associées aux contre-cultures chez les jeunes et le rôle de la tenue dans les organisations professionnelles, sportives ou religieuses. ©Electre 2017

Quatrième de couverture

L'ordre vestimentaire D'ordinaire, suivant sa génération, sa localisation, son sexe, sa position sociale, sa (sub)culture..., chacun se doit d'intégrer dans son habillement l'éthique vestimentaire et la conception esthétique de son époque. Par son comportement vestimentaire, chacun opte de fait pour un certain type d'ordre social. Bien souvent, tout nouveau régime politique révise les normes du paraître : en France, en URSS, en Chine, en Iran, en Afghanistan, etc. Généralement, ces pratiques vestimentaires sont vues comme « le comble de l'artifice », en même temps qu'un nouveau cogito corporel en fait le reflet de l'authenticité individuelle. D'où dans un monde plus individualisé qu'autre-fois, l'exhibition de signes de communes appartenances et d'accomplissement de soi gagne en importance. Le corps devenant leur support et indice. Et c'est ainsi que le paraître se trouve promu au rang de capital corporel. Au cours du XXe siècle de multiples lois somptuaires ont vu le jour dans le monde. Hier furent stigmatisés en France, le port du blouson noir, du blue-jeans et le fait d'avoir les cheveux longs ou la barbe pour un homme, du pantalon, de la minijupe et les cheveux courts pour une femme... Ailleurs, certains de ces looks sont actuellement interdits. Aujourd'hui, la laïcité mise en avant, la France se sent bien plus vulnérable que ses voisins, car tiraillée entre ses citoyens qui veulent exposer publiquement leur croyance politico-religieuse ou leur sex-appeal (ex. sous-vêtements apparents) et ceux qui pensent qu'ils doivent être confinés au chez soi. Aussi, depuis 1989 la France connaît de récurrentes tensions vestimentaires avec l'irruption du foulard à l'école et du voile dans l'espace public. Ces conflits se sont temporairement dénoués par un bornage législatif ou réglementaire. Pourtant, ces perpétuels débats vestimentaires révèlent en profondeur un plus grand changement dans les moeurs politiques dans certains pays occidentaux où les conflits sociaux ne passent plus par un affrontement physique direct des protagonistes. Ils se font par la médiation des formes de gestion des espaces communs et par des combats sur les valeurs cristallisées dans les manières de paraître. Il en résulte que s'habiller en France plus qu'ailleurs, c'est poser un acte politique.

Fiche Technique

Paru le : 31/12/2013

Thématique : Anthropologie

Auteur(s) : Auteur : Abou Ndiaye

Éditeur(s) : L'Harmattan

Collection(s) : Logiques sociales

Série(s) : Non précisé.

ISBN : 2-343-02254-2

EAN13 : 9782343022543

Format : Non précisé.

Reliure : Broché

Pages : Non précisé.

Hauteur : 24 cm / Largeur : 16 cm

Épaisseur : 1,6 cm

Poids : 495 g