Chargement...
Chargement...

La connaissance humaine : sa portée et ses limites. Précédé de De l'univers à la nature

Paru le : 15/01/2003
Éditeur(s) : Vrin
Série(s) : Non précisé.
Contributeur(s) : Auteur : Bertrand Russell - Auteur : Nadine Lavanc

37,00 €
Expedié sous 10 à 15 jours (sous réserve de confirmation)
Livraison à partir de 0,01 €
-5 % Retrait en magasin avec la carte Mollat
en savoir plus

Résumé

"Comment se fait-il que les êtres humains, dont les contacts avec le monde sont brefs, personnels et limités, soient néanmoins capables de savoir tout ce qu'ils savent ? La croyance en notre connaissance n'est-elle pas pour une part illusoire ? Et, sinon, que devons-nous connaître par d'autres moyens que les sens ?" (B. Russell, préface.) ©Electre 2019

Quatrième de couverture

L'empirisme est-il tenable? Russell, dans son History of Western Philosophy, salue en Hume celui qui a poussé l'empirisme si loin qu'il en a découvert la fragilité, mais il s'inquiète de ce qu'il ait par là ruiné la croyance rationnelle, ouvrant la voie à l'irrationalisme. L'analyse logique confirme que d'un nombre fini d'observations on ne peut inférer ni la vérité, ni même la probabilité d'aucune proposition générale. La science ne serait-elle que balivernes? La tentation est grande de recourir, contre un scepticisme sans doute insincère mais irréfutable, à l'un ou l'autre des remèdes qui pourraient s'avérer pire que le mal: un cohérentisme ou un décisionnisme, qui menacent la théorie de la vérité correspondance. S'appuyant sur l'atomisme logique, ainsi que sur les acquis de Signification et Vérité, Bertrand Russell entreprend, dans Human Knowledge, de sauver la croyance en la connaissance, en la débarrassant de ce qu'elle peut avoir d'illusoire. Une étude précise des théories de la probabilité mathématique lui permet d'établir que toute recherche visant à fonder le principe d'induction par ce biais est une impasse; on peut pourtant relever le défi humain en explicitant, grâce à l'analyse, les postulats de l'inférence non démonstrative. On renonce donc à un empirisme total, au profit d'un empirisme partiel. En 1948, alors même que la philosophie analytique se tourne vers le langage, au risque d'oublier qu'il n'y a de signification et de sens que par le rapport qu'entretient le langage à celui qui parle, et au monde, Russell publie Human Knowledge, qui s'ouvre sur une description de l'univers tel que nous le montre la science, et s'achève sur la mise en évidence de la naturalité de la connaissance, adaptation progressive d'un vivant à la nature extérieure.

Contenus Mollat en relation

Dossiers

De quoi l'exercice et l'expression philosophiques sont-ils le nom ?

Stanley Cavell ou « la question originante du philosophe » (1) . De L'exigence de rationalité aux Voix de la raison, l'hommage à Thompson Clarke.

Fiche Technique

Paru le : 15/01/2003

Thématique : Textes des Philosophes

Auteur(s) : Non précisé.

Éditeur(s) : Vrin

Collection(s) : Bibliothèque des textes philosophiques

Série(s) : Non précisé.

ISBN : 2-7116-1574-X

EAN13 : 9782711615742

Format : Non précisé.

Reliure : Broché

Pages : 561

Hauteur : 22 cm / Largeur : 14 cm

Épaisseur : 3,4 cm

Poids : 800 g