Chargement...
Chargement...

Gracchus Babeuf, Robespierre et les tyrans. Suivi de Du système de dépopulation ou La vie et les crimes de Carrier

Auteur : Philippe Riviale

Paru le : 02/04/2011
Éditeur(s) : L'Harmattan
Série(s) : Non précisé.
Contributeur(s) : Auteur : Gracchus Babeuf

33,00 €
Expedié sous 10 à 15 jours (sous réserve de confirmation)
Livraison à partir de 0,01 €
-5 % Retrait en magasin avec la carte Mollat
en savoir plus
epub
24,75 €
Protection: Digital watermarking
Acheter en numérique

Résumé

Souvent utilisé pour conforter la figure du tyran (Robespierre) abattu par les justes, G. Babeuf fit en réalité une analyse plus fine de la Terreur et des crimes d'Etat perpétrés dans ce cadre. Car c'est au nom de la Révolution que Babeuf se dresse contre la guerre et les crimes du gouvernement, crimes qui ne sont que le résultat de l'usurpation du pouvoir par les mandataires. ©Electre 2019

Quatrième de couverture

Babeuf, pendant l'épisode qui suivit la chute de Robespierre, écrivit contre les tyrans, ironisa contre les Jacobins et maudit le système de gouvernement révolutionnaire. Il est d'usage, de nos jours, après que nos penseurs patentés nous ont détrompés et débarrassés des vieilles croyances sous le nom d'idéologies ; qu'ils ont rejeté Michelet dans la mythologie et Marx dans la fureur communiste, de voir en Robespierre l'odieux tyran, qui jeta la Révolution dans la Terreur. Cette préfigure du régime totalitaire se lit fort aisément lorsqu'on a recours aux écrits, discours, journaux, mémoires du temps thermidorien où nos penseurs se trouvent en terre amie. Or il advient que Gracchus Babeuf, traîné dans la boue par les gens de bien, est lui-même utilisé pour conforter cette figure du tyran abattu par les Justes. C'est un peu trop pousser le délire, ou l'usurpation ; car ce on-dit est fondé sur l'ignorance et l'usage fallacieux des sources, le détournement du sens sous l'écrasante idéologie de la liberté normale, de la société apaisée, du progrès de civilisation, bref de tout ce qu'il nous est recommandé de croire, sous peine d'être trouvé antidémocrate. Qu'a montré Babeuf ? Que la révolution en thermidor an 2 est loin d'être achevée ; que les riches, les ambitieux, les intrigants y ont prévalu depuis 1789 ; que la République est à fonder, qu'on est toujours en travail de liberté ; que les crimes commis, loin d'être dus aux excès des furieux et à l'ambition du pire d'entre eux, résultent de la désappropriation du peuple souverain, de l'usurpation par ses mandataires, qui se sont emparés du pouvoir, en lieu et place de l'autorité légitime. Et celle-ci ne peut être trouvée que dans l'état social, après que l'accaparement, l'ambition, le désir de puissance auront été abolis. C'est pourquoi le gouvernement révolutionnaire, mis entre les mains d'imposteurs, populaires en paroles, brigands en actes, a provoqué cette tyrannie dont l'humanité fut atteinte.

Fiche Technique

Paru le : 02/04/2011

Thématique : Révolution Française

Auteur(s) : Auteur : Philippe Riviale

Éditeur(s) : L'Harmattan

Collection(s) : A la recherche des sciences sociales

Série(s) : Non précisé.

ISBN : 2-296-54204-2

EAN13 : 9782296542044

Format : Non précisé.

Reliure : Broché

Pages : 369

Hauteur : 22 cm / Largeur : 14 cm

Épaisseur : - cm

Poids : 470 g