Chargement...
Chargement...

La fin de la IIIe République. Précédé de Berl, l'étrange témoin

Auteur : Emmanuel Berl

Auteur : Bernard de Fallois

Paru le : 21/03/2013
Éditeur(s) : Gallimard
Série(s) : Non précisé.
Contributeur(s) : Editeur scientifique (ou intellectuel) : Bénédicte Vergez-Chaignon

10,50 €
Expédié en 24/48h
Livraison à partir de 0,01 €
-5 % Retrait en magasin avec la carte Mollat
en savoir plus
epub
9,99 €
Protection: Adobe DRM
Acheter en numérique

Résumé

Partisan des accords de Munich, hostile à la déclaration de guerre en 1939, E. Berl est appelé dans l'entourage du maréchal Pétain dès que celui-ci parvient au pouvoir. Il écrit deux des discours prononcés par Pétain, entre la demande d'armistice à l'Allemagne et la fin de la IIIe République, le 10 juillet 1940. Il quittera Vichy dès le 25 juillet. Ce témoignage fut publié en 1968. ©Electre 2018

Quatrième de couverture

Emmanuel Berl La fin de la IIIe République Historien, journaliste, essayiste, ami de Proust, de Malraux, de Drieu la Rochelle, Emmanuel Beri (1892-1976), partisan des accords de Munich et hostile à la déclaration de guerre en 1939, est appelé dans l'entourage du maréchal Pétain devenu chef du gouvernement. Avec cet ouvrage paru en 1968, il se refusa à faire oeuvre d'historien, faute de la distance nécessaire ; il se voulut plus simplement mémorialiste de ce qu'il avait « vu, su, senti, pensé ». Il en résulte un ouvrage irremplaçable : de fait, Berl connaît de longue date tous les protagonistes du drame qui se joue ; il est l'ami de plusieurs d'entre eux et, directeur de Marianne, il a discuté leurs décisions au fil des crises qui se succédaient ; il connaît les entourages. On fait souvent appel à lui, pour écrire un projet de discours de Reynaud ou bien encore deux des discours prononcés par Pétain entre la demande d'armistice à l'Allemagne et la fin de la IIIe République, le 10 juillet 1940. Qui ne connaît ces formules qui firent les beaux jours de la propagande vichyssoise : « Je hais les mensonges qui vous ont fait tant de mal » et « La terre, elle, ne ment pas » ? Berl quittera Vichy dès le 25 juillet, pour se cacher en Corrèze, du fait de son judaïsme, qu'il n'avait « jamais eu le propos de renier », sa « fidélité à l'alliance anglaise », sa certitude que la Révolution nationale était « une inquiétante et grotesque bouffonnerie », enfin sa « conviction, jamais ébranlée, que l'Allemagne hitlérienne serait battue ».

Fiche Technique

Paru le : 21/03/2013

Thématique : Histoire contemporaine générale

Auteur(s) : Auteur : Emmanuel Berl Auteur : Bernard de Fallois

Éditeur(s) : Gallimard

Collection(s) : Folio. Histoire, n° 208

Série(s) : Non précisé.

ISBN : 2-07-045184-4

EAN13 : 9782070451845

Format : Non précisé.

Reliure : Broché

Pages : 469

Hauteur : 18 cm / Largeur : 11 cm

Épaisseur : 2 cm

Poids : 247 g