Chargement...
Chargement...

L'Alsace de Bismarck : 1870-1918, un demi-siècle d'annexion prussienne vécu dans son village, puis sous un uniforme qu'il détestait par Charles l'Alsacien

Auteur : Raymond Fischer

Paru le : 02/04/2007
Éditeur(s) : Muller
Série(s) : Non précisé.
Collection(s) : Non précisé.
Contributeur(s) : Non précisé.

29,00 €
Expédié en 5 à 7 jours.
Livraison à partir de 0,01 €
-5 % Retrait en magasin avec la carte Mollat
en savoir plus

Résumé

Récit de la résistance du peuple alsacien pendant la période où ce territoire a été annexé à la Prusse, en tant que 26e Land. Ce rappel de la spécificité alsacienne s'effectue à travers l'histoire d'un petit village haut-rhinois, et de la famille du père de l'auteur, racontée ici dans son quotidien. ©Electre 2018

Quatrième de couverture

L'oeuvre : L'Histoire n'a qu'insuffisamment retenu la très longue période de 47 années, presque un demi-siècle, de l'amputation d'une partie de notre territoire national. Un homme exceptionnel, Bismarck, sans doute un des tout premiers personnages du XIXe siècle, de par sa victoire sur la France le 1er Septembre 1870, à Sedan, a fait basculer l'Alsace et les Alsaciens de la nationalité française, acquise depuis Louis XIV et dont l'esprit de liberté à été octroyée par la Révolution de 1789, à la condition germanique imposée. Pourquoi cette exigence absolue imposée par le plus fort ? Parce qu'avant 1870 l'Allemagne n'existait pas et que Bismarck, l'homme fort d'une Prusse dominante en Europe, avait l'ambition d'unifier tous les États Allemands en une nation souveraine sous l'égide prussienne. Pour convaincre les Lands allemands réticents, Bismarck leur offrit dans un écrin politique et national, le cadeau impérial d'un nouveau Land, le 26e, l'Alsace, qui allait emporter l'enthousiasme populaire d'une nation allemande nouvelle-née. L'Alsace a fait les frais de l'opération. Mais l'histoire de son annexion de 1870 à 1918 retiendra que celle-ci n'a pas fait le bonheur des Allemands : en 47 années, jamais l'Alsace ne céda, rappelant toujours sa raison d'être : « Français ne puis, Allemand ne veux, Alsacien je suis ». C'est l'histoire de cette Alsace-là et de ces Alsaciens qui est racontée ici, considérée in-situ, telle qu'elle fut subie par ceux-là même qui la vécurent. En troisième partie, on quitte la dimension territoriale régionale pour atteindre celle, plus réduite, d'un village Haut-Rhinois considéré dans sa vie quotidienne et celle d'une famille alsacienne : un demi-siècle d'assujettissement à la mainmise étrangère n'entamera jamais le volontarisme des Alsaciens de ne pas céder son particularisme et sa condition alsacienne. Une population plus fataliste, plus disposée au renoncement, aurait versé dans la germanisation... l'Alsace, jamais ! La dernière partie traite de la même volonté d'irréductibilité alsacienne, mais réduite à la dimension d'un seul personnage, « Charles l'Alsacien », quittant le village en 1914 pour aller combattre en Russie, sous un uniforme qui ne lui convenait pas et pour une patrie qui n'était pas la sienne. C'est lui qui, dans un cri de désespoir, suppliait à la face du monde : Français, écoutes-moi... je suis soldat allemand... mais ce n'est pas vrai !

Fiche Technique

Paru le : 02/04/2007

Thématique : Histoire contemporaine générale

Auteur(s) : Auteur : Raymond Fischer

Éditeur(s) : Muller

Collection(s) : Non précisé.

Série(s) : Non précisé.

ISBN : 2-904255-68-0

EAN13 : 9782904255687

Format : Non précisé.

Reliure : Broché

Pages : 588

Hauteur : 24 cm / Largeur : 16 cm

Épaisseur : - cm

Poids : - g