Chargement...
Chargement...

L'art victime de la guerre : destin des oeuvres d'art en Aquitaine pendant la Seconde Guerre mondiale : musées d'Agen, Bayonne, Bergerac, Bordeaux, Libourne, Pau, Périgueux, château de Cadillac

Paru le : 21/05/2012
Éditeur(s) : le Festin
Série(s) : Non précisé.
Collection(s) : Non précisé.
Contributeur(s) : Directeur de publication : Florence Saragoza - Editeur scientifique (ou intellectuel) : Association générale des conservateurs des collections publiques (France). Section (Aquitaine)

5,00 €
Expédié en 24/48h
Livraison à partir de 0,01 €
-5 % Retrait en magasin avec la carte Mollat
en savoir plus

Résumé

Etude sur le rôle de l'Aquitaine dans la récupération et la préservation d'oeuvres d'art de collections publiques pendant la Seconde Guerre mondiale. Les collections privées, elles, ont souvent été spoliées. A la fin de la guerre, la plupart de ces oeuvres sont revenues aux Musées nationaux de récupération. 37 d'entre elles sont exposées dans les musées aquitains et au château de Cadillac. ©Electre 2018

Quatrième de couverture

Pour la première fois à l'échelle d'une région, des chercheurs entreprennent de décrire tant le phénomène de la spoliation artistique que les mesures prises pour la protection des collections publiques pendant la Seconde Guerre mondiale. L'Aquitaine a en effet servi de lieu de repli à une partie des collections des musées, archives, bibliothèques, trésors d'églises et musées de l'Est de la France comme à celles des principaux musées des beaux-arts d'Aquitaine. S'appuyant sur des archives de tous horizons, L'Art victime de la guerre met en évidence l'existence d'un réseau de neuf dépôts, le plus souvent des châteaux ou de grandes demeures implantés en Gironde ou en Dordogne, éloignés des ouvrages militaires et stratégiques. Mais les collections particulières n'ont que rarement pu bénéficier de ces mesures. Les biens des artistes, collectionneurs et marchands d'art de confession juive, comme ceux des opposants politiques ont été traqués. Si la majorité des spoliations ont eu lieu à Paris, d'autres, concernant de prestigieux ensembles, tels ceux des familles Rothschild, de Paul Rosenberg, de la firme Wildenstein, se sont déroulées en Aquitaine, notamment dans le port de Bordeaux ou dans les coffres de sociétés bancaires. Au terme d'une étude minutieuse, quelques oeuvres sont rattachées pour la première fois à ces sombres événements. En effet, si une majorité des oeuvres spoliées ont pu être restituées à leurs propriétaires légitimes ou à leurs ayants droit dès la fin de la guerre, près de 2000 oeuvres ont été confiées à la gestion des musées nationaux. Ce sont les MNR (Musées nationaux récupération). 37 d'entre elles ont été déposées dans les musées aquitains (Bordeaux, Libourne, Bergerac, Périgueux, Agen, Pau et Bayonne) et au château des ducs d'Éparnon à Cadillac.

Fiche Technique

Paru le : 21/05/2012

Thématique : Art du Monde

Auteur(s) : Non précisé.

Éditeur(s) : le Festin

Collection(s) : Non précisé.

Série(s) : Non précisé.

ISBN : 2-36062-049-5

EAN13 : 9782360620494

Format : Non précisé.

Reliure : Broché

Pages : Non précisé.

Hauteur : 24 cm / Largeur : 18 cm

Épaisseur : 0,6 cm

Poids : 500 g