Chargement...
Chargement...

Marbres de couleur : pierres et architecture de l'Antiquité au XVIIIe siècle

Auteur : Dario Del Bufalo

Paru le : 02/11/2004
Série(s) : Non précisé.
Collection(s) : Non précisé.
Contributeur(s) : Non précisé.

30,00 €
Expédié en 24/48h
Livraison à partir de 0,01 €
-5 % Retrait en magasin avec la carte Mollat
en savoir plus

Résumé

Retrace l'histoire du marbre et de ses emplois, de l'époque romaine jusqu'à l'âge baroque, principalement dans la péninsule italienne. La civilisation romaine s'est tout particulièrement incarnée dans ce matériau, comme en attestent les significations politiques, religieuses et artistiques des milliers de sculptures connues aujourd'hui, telle que la colonne Trajane. ©Electre 2017

Quatrième de couverture

Dario Del Bufalo est né en 1958, à Rome, où il a obtenu en 1987 son diplôme d'architecte. Très tôt, il s'est consacré à l'étude des techniques de construction et des matériaux, privilégiant le marbre et ses multiples utilisations à toutes les époques et souvent au-delà du pourtour méditerranéen.. Ses enquêtes sur le terrain, ses responsabilités dans de nombreux cbantiers de fouille, ses recherches plus personnelles l'ont ainsi conduit en Algérie, en Tunisie, en Grèce, en Egypte, au Soudan, de même qu'en Inde et au Pakistan... sans oublier le territoire italien, probablement le plus riche en souvenirs et en couvres de marbre. C'est toujours autour du thème du marbre que Dario Del Bufalo décline ses multiples activités : chargé de restauration, partenaire dans la réalisation de documentaires télévisés, expert auprès des musées, commissaire d'expositions, essayiste et commentateur (Marmi antichi e pietre dure, 2000; Le Parole e i Marmi, 2001 ; Marmi colorati della Roma imperiale, 2002). Dario Del Bufalo enseigne actuellement l'histoire des techniques architecturales et des matériaux à l'université de Lecce. Il dirige également le Laboratoire de restauration de la province de Viterbe. Il est depuis 2001 conseiller auprès du Ministero per i Beni e le Attività Culturali. Les marbres colorés sont aux architectures de tous les temps ce que les pierres précieuses sont à la joaillerie. Cet ouvrage retrace l'histoire du marbre et de ses emplois, de l'époque romaine à l'âge baroque, principalement dans la péninsule italienne. La civilisation romaine s'est tout particulièrement incarnée dans ce matériau : en attestent les significations politiques, religieuses et artistiques des milliers de sculptures qui sont arrivées jusqu'à nous, comme la colonne Trajane qui commémore en un long ruban de bas-relief, analogue à une bande dessinée, la geste de l'empereur et ses conquêtes (Dacie et Phrygie). Or c'est précisément de ces régions lointaines que les Romains ont ramené dans la péninsule les marbres les plus variés, les plus rares, et dont les couleurs, les formes et les nouvelles compositions ont fait école, jusqu'à nos jours, dans les pavements, sur les parois, dans certains arts décoratifs... Auguste ne se vantait il pas d'avoir hérité d'une Rome de brique et de la transmettre de marbre aux générations futures ? Vitruve lui-même codifia l'emploi de ce matériau dans son De architectura. Puis ce fut, sous Trajan et Hadrien, une floraison de constructions publiques et privées, à Rome et ailleurs, enrichies d'une décoration fastueuse et particulièrement colorée. Durant les siècles du Moyen Age, saccages et réemplois se multiplièrent. Ce que nous considérons aujourd'hui comme une véritable "destruction" était alors perçu comme "découverte" ou "invention" : il s'agissait de réordonner de nouveaux projets à partir d'éléments architecturaux ou décoratifs antiques. Ce n'est qu'au xve siècle que fut redécouverte l'oeuvre de Vitruve, véritable canon esthétique qui allait inspirer Alberti, Raphaël et Michel-Ange, ainsi que les écoles baroques jusqu'au plus pur style rococo avec ses marqueteries au mille couleurs et ses formes exacerbées. Mais au XVIIIe siècle, à la naissance d'une nouvelle science appelée "archéologie", la Rome antique fut décrite comme une civilisation pour ainsi dire monochrome : à l'image colorée de l'Antiquité s'était substituée une vision manichéenne en noir et blanc. Il fallut attendre quelques publications érudites du XIXe siècle et bien plus tard encore, en 1971, l'ouvrage de référence Marmora romana, de Raniero Gnoli, pour que soit reconnu le rôle fondamental du marbre joué dans les univers pleins dé couleurs que furent la Rome impériale et toute l'architecture italienne, ainsi que ses significations symboliques, culturelles et esthétiques.

Fiche Technique

Paru le : 02/11/2004

Thématique : Monographies d'architectes Autres pays

Auteur(s) : Auteur : Dario Del Bufalo

Éditeur(s) : Actes Sud F. Motta

Collection(s) : Non précisé.

Série(s) : Non précisé.

ISBN : 2-7427-5145-9

EAN13 : 9782742751457

Format : Non précisé.

Reliure : Relié sous jaquette

Pages : 167

Hauteur : 30 cm / Largeur : 27 cm

Épaisseur : 2 cm

Poids : 1415 g