Chargement...
Chargement...

Gabriel Matzneff

Publié le 01/01/2014
Mais la musique soudain s'est tue, aux éditions GallimardAu « 91 », rue Porte-Dijeaux
Ce Journal s'étend de janvier 2009 à septembre 2013. Journal du crépuscule d'une vie, il ne constitue ni un ajout, ni un post-scriptum aux fameux « Carnets noirs », le Journal intime des années 1953-2008. En effet, aux yeux de l'auteur, les « Carnets noirs » faisaient aimer la vie, et non la mort. C'était son galop d'enfer, la description par le menu de ses amours décomposées.

L'ouvrage dépeint les contrariétés d'un vieil écrivain, misères physiques et morales. Le temps passe, irrémédiable, même pour les plus obstinés polissons. Mais la musique soudain s'est tue est un joli titre. Toutefois, si Billy Wilder ne l'avait pas précédé, Gabriel Matzneff aurait volontiers intitulé Boulevard du crépuscule ce journal intime des années 2009-2013.

La lettre au Capitaine Brunner, le neuvième roman de Gabriel Matzneff, paraît simultanément aux Éditions de la Table Ronde.
Chargement...