Sombre dimanche




Contient une vidéo

Sombre dimanche

Alice Zeniter

Éditeur : Albin Michel Tous les livres chez l'éditeur Albin Michel , Paris, Paris

Collection : Romans français Tous les livres dans la collection Romans français

Description : 283 pages; (21 x 14 cm)

EAN13 : 9782226245175


Résumé

La vie d'une famille hongroise à Budapest, de 1978 à nos jours. Les Mandy habitent la même maison de génération en génération, et tous travaillent à la gare centrale. A la chute du mur, le jeune Imre arrête ses études pour travailler dans un sex-shop ; il y rencontre une Allemande de l'Ouest. Prix de la Closerie des lilas 2013, prix du Livre Inter 2013, prix des lecteurs de L'Express 2013.

 

Thématique : Littérature - Littérature française - Littérature française


Éditeur : Albin Michel , Paris


Collection : Romans français


Reliure : Non précisé


Description : 283 pages; (21 x 14 cm)


ISBN : 978-2-226-24517-5


EAN13 : 9782226245175

Alice Zeniter - Sombre dimanche

Alice Zeniter vous présente son ouvrage « Sombre dimanche » aux éditions Albin Michel. Rentrée littéraire janvier 2013.

Extrait du livre

Sombre dimanche Sombre dimanche, Les bras chargés de fleurs blanches, Un dimanche matin, poursuivant mes chimères, La charrette de ma tristesse est revenue sans toi... Imre pouvait entendre la voix du grand-père lui parvenir depuis l'extrême pointe du jardin triangulaire. Il n'avait pas besoin d'écouter la manière dont les consonnes disparaissaient dans le chant pâteux pour savoir que le vieil homme était ivre. Il beuglait la chanson avec une férocité peu commune. Et depuis cet instant tous mes dimanches sont tristes. Les larmes sont ma seule boisson, la tristesse est mon seul pain... La voix se mêlait au bruit du grand râteau. On entendait des coups sourds quand le grand-père heurtait la barrière avec la tête de l'outil, encore et encore. Le choc devait vibrer dans tout son corps, faire résonner sa colonne vertébrale tordue. Elle traversait son dos en diagonale comme une route qui prendrait un détour. La jambe morte du grand-père, celle qu'il traînait derrière lui avec peine, avait déséquilibré sa démarche jusqu'à imposer une pliure au chemin de ses vertèbres. Chaque activité physique causait au vieil homme des douleurs lancinantes. Mais il refusait d'arrêter de ratisser. Les larmes sont ma seule boisson... Le grand-père criait plus fort, et ce vers résonnait étrangement dans la bouche d'un homme que la palinka poussait à chanter. Imre savait que le grand-père en avait rangé une bouteille dans la poche arrière de son pantalon au moment de sortir dans le jardin. Une longue bouteille tubulaire, semblable à un produit cosmétique plus qu'à un flacon d'alcool. Imre connaissait bien l'eau-de-vie du grand-père. Quelques mois auparavant, il avait ouvert la bouteille pour sentir et l'odeur lui avait brûlé l'intérieur des narines. Elle était pharmaceutique, brutale, elle remontait dans le nez en rongeant les muqueuses, en les cautérisant. Imre n'avait trouvé aucun lien entre les dessins d'abricots ronds et dorés qui décoraient la bouteille et cette senteur d'hôpital. La déception avait été violente.
Alice Zeniter, quelle place tiennent les livres dans votre vie ?
Aussi loin que je me rappelle, j'ai toujours lu. C'est ma grande soeur qui m'a appris à lire, avant que l'école ne le fasse. J'avais quatre ans. Et depuis j'ai l'impression que j'ai vécu avec des livres dans les mains, ou au pied de mon lit, dans mon sac, dans mes étagères. J'aime en lire plusieurs à la fois. J'aime les promener dans toutes les stations de métro de Paris et disparaître dans leur écriture en oubliant les gens. J'aime en lire des morceaux à voix haute, pour moi seule, et ricaner d'approbation quand je trouve une phrase qui me plaît. Quand je lis, j'ai probablement un peu l'air d'une folle. Mais ça m'est égal. Chaque fois que j'aménage dans un nouvel appartement (ce qui m'arrive souvent. J'ai déménagé tous les ans depuis 2005), le moment que je préfère est celui où j'installerai mes livres. Je souffre de ne pas pouvoir les emporter tous avec moi, d'en laisser dans des cartons au grenier chez mes parents, chez des amis. Un jour, continué-je à me dire au fil des années, un jour j'aurai un grand chez-moi et un mur entier recouvert de livres. Comme dans le dessin animé de "la Belle et la Bête" qui demeure ma référence en matière de bibliothèque. Ce sera une bibliothèque hétéroclite. Qui ira des comics de superhéros au cycle des Rougon-Macquart en passant par le théâtre antique, le théâtre russe, Sherlock Holmes, James Salter, Faulkner et Hannah Arendt... J'adore regarder la composition des bibliothèques dans les appartements. Essayer d'en déduire des choses sur les gens. Dresser un profil type de la bibliothèque du trentenaire parisien. Si vous m'invitez chez vous, vous me verrez pencher légèrement la tête sur le côté pour tenter de lire les titres sur les tranches de vos livres, mine de rien.

Format papier

-5%18,05 € 19,00 €

Expédié en 48h

(Voir conditions)

Ajout
panier
OU Achat
immédiat

Format numérique

epub - 12,99 €

Protection : Adobe DRM

Acheter en numérique

Besoin d'aide pour télécharger votre livre numérique

À voir