Chargement...
Chargement...

Les tables des libraires

Les coups de cœurs de la rentrée

les livres que nous aimons.

Les incontournables de la rentrée

des lectures très attendues

Des livres très attendus

à commander dès maintenant

Dossiers

Rentrée littéraire 2022 : nos choix

C'est le grand rendez-vous littéraire de l'année ! Retrouvez notre sélection.

Tout Rabelais

Après "Les Essais" de Montaigne en 2019, les éditions Bouquins et les éditions Mollat publient en un volume l’ensemble de l'œuvre d’un autre géant de la Renaissance, François Rabelais. 

Johann Heinrich Füssli (1741-1825)

Le Musée Jacquemart-André organise la première grande rétrospective en France de l'oeuvre étrange et atypique de Füssli du 16 septembre au 23 janvier 2023. Précurseur des peintres romantiques, son oeuvre qui s'inspire de l'Histoire, de la mythologie et de la poésie est nourrie abondamment par les...

Pierre Nora : l'historien éditeur

La parution du second volume des mémoires de Pierre Nora est l'occasion de revenir sur l'immence contribution éditoriale de ce grand historien.

Mollat Radio

les rencontres en vidéo

Lola Lafon - Quand tu écouteras cette chanson

Lola Lafon vous présente son ouvrage "Quand tu écouteras cette chanson"
Aux éditions Stock. Entretien avec Sylvie Hazebroucq. Rentrée littéraire automne 2022.

Benoît Peeters - Robbe-Grillet : l'invention du nouveau ...

Benoît Peeters vous présente son ouvrage "Robbe-Grillet : l'invention du nouveau roman"
Aux éditions Flammarion. Rentrée littéraire automne 2022

Coups de cœur

Claire Baglin - En salle

"Équipier polyvalent" ou la nouvelle précarité : un premier roman mature, précis et intime.
Dans une première scène qui marque, la narratrice, enfant, est à l'arrière de la voiture familiale avec son frère. Cette voiture se rend au lieu magique dont l'odeur a rendu accro toute une génération : le fast-food. Dans sa famille, on ne roule pas sur l'or. Le père, ouvrier, aime son métier sans accepter qu'il est en train de l'abîmer. On part en vacances en voiture, pour aller au camping. Alors aller au fast-food, c'est un événement exceptionnel mais déroutant. Des années plus tard, la narratrice, pour financer ses études, ira travailler dans cette même chaîne de restaurants. Le drive, sous la pression du casque, le poste aux frites, plutôt convoité, mais le pire de tout : le poste en salle, craint par tous les employés, tant on peut s'y ennuyer ou à l'inverse se faire rouler dessus. La mécanique de ce travail s'impose alors comme une répétition des gestes de son père à l'usine. L'aliénation existe toujours; elle s'est juste déplacée. 

Ce premier roman frappe par sa maturité, sa précision. On sent dans la langue de Claire Baglin toute une colère intérieure mais qui n'explose jamais. Non dénués d'une certaine ironie qui sert un rythme soutenu, les dialogues sont frappants de réalisme. La naissance d'une nouvelle plume qu'il faut suivre de près.

Arpenter la nuit - Leïla Mottley

Oakland, Californie : Kiara a 17 ans, une famille en perdition, une vie faîte de galères et de dettes. Son unique solution sera la prostitution qui finira par lui ouvrir définitivement les portes de l'enfer.
Kiara et son frère aîné Marcus sont livrés à eux-mêmes après la mort de leur père, et l'emprisonnement de leur mère. Marcus repousse en permanence l'idée de trouver un job qui les sortirait de ce quotidien, préférant chanter dans un micro entouré de ses amis, persuadé de devenir bientôt une grande star du rap. Il n'empêche que les factures s'empilent, que le frigo est vide et que l'expulsion n'a jamais été aussi proche. Au milieu de ce quotidien très sombre, Kia trouve du réconfort et des repas chauds auprès de son amie Alé; et de Trevor, le jeune fils de sa voisine qu'elle décide de prendre sous son aile, tentant péniblement de lui faire garder encore un peu de son innocence enfantine...
Par amour pour les siens, et une volonté féroce de s'en sortir, Kia fait alors ce sacrifice, l'espérant éphémère, de vendre son corps et d'arpenter la nuit. Peu de temps après, un soir, une voiture de police s'arrête à sa hauteur et le piège se referme sur elle.

Leila Mottley nous livre un premier roman parfois dur à lire, profondément bouleversant mais sans jamais tomber dans le misérabilisme. Elle raconte la passion et la douleur d'une génération d'adolescents afro-américains qui lutte depuis toujours pour trouver sa place et faire face aux injustices de la société américaine. S'inspirant d'un scandale qui a éclaté à San Francisco en 2015, mettant en cause des policiers soupçonnés d'exploiter sexuellement de jeunes femmes noires, la jeune autrice révèle une plume acérée, mais néanmoins teintée d'une douce poésie. Un immense coup de cœur.

Piergiorgio Pulixi - L'illusion du mal

Dans "L'illusion du mal", nous retrouvons avec plaisir le duo atypique et détonant formé par les inspectrices Eva Croce et Mara Rais, déjà rencontrées dans le volume précédent de l'auteur, "L'île des âmes".
Tout commence par une vidéo envoyée à travers toute l'Italie dans laquelle un personnage masqué s'adresse à la population et lui demande de décider du sort de son prisonnier en votant en ligne... Mais qui se cache derrière ce masque et quelles sont ses intentions ? C'est ce qu'Eva et Mara, aidées du criminologue Vito Strega, vont tenter de résoudre. D'autres vidéos sont-elles à prévoir ?

Plongez dans cette nouvelle enquête, haletante et sordide, qui remet en question le système judiciaire italien et met l'humain au devant de ses responsabilités. L'auteur signe un polar rythmé, dans lequel les nombreuses fausses pistes s'enchaînent, et où la vérité sera bien plus terrible que tout ce que nous pouvons imaginer...

Les otages : contre-histoire d'un butin colonial

Après "Les fossoyeuses", magistrale enquête journalistique où l’autrice nous plongeait au cœur des séquelles de la guerre de Bosnie-Herzégovine, Taïna Tervonen nous embarque cette année dans l’histoire d’un butin colonial.
Alors qu’elle se trouve dans la section Afrique du musée du Quai Branly, la journaliste s’interroge sur un butin de guerre offert par le général Louis Archinard lors de la conquête coloniale de l'Afrique occidentale. En effet, il n’y a aucune information sur les cartels qui les accompagnent, hormis la matière première du bijou.

En se rendant sur place en Afrique, elle rencontre un homme qui va lui raconter l’origine et la particularité de chaque bijou qu’elle avait pris en photo au musée. Et c’est ainsi que s’écrit sous nos yeux une autre histoire. Car, très vite, Taïna Tervonen se rend compte que le butin a bien entendu fait l’objet de nombreuses convoitises et spéculations. Elle fait alors vivre l’histoire à travers des souvenirs transmis par les habitants qu’elle rencontre et via les documents d’archives qu’elle passe des jours entiers à parcourir.
En se rendant dans des endroits clés et en interrogeant des colonisés, elle nous propose le début d’une contre-histoire étonnante et passionnante.

À travers cette enquête journalistique, c’est une partie de l’histoire française et africaine que nous redécouvrons grâce à Taïna Tervonen, qui, en toute humilité, ne prétend pas être historienne mais souhaite simplement éclairer les différents points de vue et événements d’une histoire commune mais racontée d’une manière différente dans les récits nationaux.