Chargement...
Chargement...

Sélection de livres

Les codes 2022 arrivent!!!

Economie - DroitDroitDroitAvocat
Nouvelle année, nouveaux millésimes

Coups de cœur

Voyage à travers l'espace et le droit

DroitJusticeRevueSérie
Découvrir une constellation de la justice

Avant d'être une revue papier, la revue du droit insolite est une page de Curiositésjuridiques.fr. L'objet de cette revue est de publier des nouvelles et des publications sur des sujets insolites, comme les extraterrestres, les clauses étranges dans les contrats de sportifs....Ces rubriques sont alimentées aussi bien par des professeurs de droit que par des étudiants ou des praticiens.
Une publication annuelle seulement mais avec une structure qui restera somme toute quasi identique: un dossier central portant sur un thème donné; ici ce sera "Espace et Droit" soit de la protection juridique du ciel étoilé en passant par la colonisation de l'espace, le droit des activités spatiales et des télécommunications, le statut juridique des extraterrestres, ou les "excréments" oubliés sur la lune par les astronautes.
Ensuite un portrait d'auteur: pour la première Maître François Gibault, légataire universel de l'écrivain Céline, se prête au jeu du cabinet de curiosités.
Une partie Variétés aborde des thématiques diverses comme le procès du Jedi dans Star Wars, l'attribution du chien en cas de divorce, le sport, les tags ou encore Halloween.
Une partie consacrée aux nouvelles, une autre aux vainqueurs du Pélaji, le prix étudiant de l'article juridique insolite, l'étude de la Ferme des animaux d'Orwell au titre évocateur "liberté, égalité, cochons",un article sur Stéphane Bourgoin version mytho, l'affaire Koh Lanta, La Casa de Papel, le droit dans Games of Thrones ou la société Delos Destination (Westworld) reconnue responsable du dommage corporel causé par son android.
En bref une sélection d'articles pépites à picorer au gré des envies et dans une vision insolite, curieuse et parfois poétique du monde du droit.

Poursuivre

Economie - DroitDroitTémoignageJustice
où la vie d'un palais de Justice dans le 93.
Fabienne Klein-Donati est procureure de la République en Seine-Saint-Denis, le département le plus jeune avec le taux de criminalité et de délinquance le plus élevé de France. Au terme des sept ans de son mandat, elle publie « Poursuivre », le récit de son combat quotidien contre la criminalité et les faits de délinquance qui font l'actualité du département le plus pauvre de France.
Le parquet de Bobigny est le plus grand parquet de France après celui de Paris; il compte 57 personnes entre les procureurs, les procureurs adjoints et les substituts. Le procureur de la République est celui qui défend l'intérêt de la société devant les tribunaux judiciaires; il est le chef d'une équipe que l'on appelle le Parquet. Ce sont ces portes d'ordinaire cloisonnées que cet essai vous permet de découvrir et d'ouvrir.
Les procureurs sont confrontés chaque jour dans le 93 à une masse de faits et d'affaires sans équivalent sur le territoire français. Tous les sujets sont prioritaires : la lutte contre les stupéfiants, les marchands de sommeil, les violences ordinaires, les mineurs, les agressions sexuelles, le rôle des réseaux sociaux dans la montée des phénomènes de violences, le rôle de l'éducation qu'elle soit nationale ou familiale. Les magistrats du parquet interviennent en urgentistes sur un ressort parfois laissé à l'abandon; avec le sentiment de "vider la mer à la petite cuillère".
Ce livre est une plongée au cœur du métier et un témoignage saisissant sur les phénomènes criminels dont le parquet se saisit. C'est aussi un témoignage réaliste, extrêmement positif, où se mêlent tout à la fois empathie et fermeté, constat, défaitisme, parfois et l'envie d'engagement. On ressent à la lecture, une belle humanité et un furieux optimisme : sans nier l'accumulation de difficultés (taux de chômage élevé, pauvreté, criminalité et délinquance), Fabienne Klein-Donati dépeint la force de l'inventivité, la solidarité, les coopérations et son attachement à son territoire.
Elle le décrit fort bien dans sa conclusion: "Quand on arrive en Seine-Saint-Denis pour exercer une fonction telle que la mienne, l'envie de prendre les choses en main vous saisit immédiatement. De même qu'une sorte de vertige, en mesurant l'investissement nécessaire. Mais très vite, vous vous sentez porté par cette énergie solidaire qui, chaque jour, motive votre engagement, qui, chaque jour, vous donne l'envie de poursuivre."

Fiers de punir. Le monde des justiciers hors-la-loi

Economie - DroitDroitJusticeActualité
ou violer la loi pour maintenir l'ordre.


Selon une enquête publiée par l'IFOP en 2020, 70% des français jugent "justifié" le terme d"ensauvagement" pour qualifier l'évolution de la "violence et de la délinquance" dans le pays.
En outre 73% considèrent que les juges en France "ne sont pas assez sévères".
Fort de ces constatations, certains, du simple citoyen jusqu'aux policiers transgressent les lois et décident de rendre justice eux-mêmes. Persuadés que les tribunaux ne fonctionnent plus, que les lois ne sont pas appliquées ou que les forces de l’ordre sont corrompues, ils se transforment en "héros justicier". Dans le monde, de l’Amérique latine à la Russie, en passant par le Nigeria, ils divulguent des images et des noms, ils enlèvent et séquestrent des personnes, ils torturent, mutilent ou tuent, mais toujours au nom du juste, de l’ordre et de la vertu.
Gilles Favarel-Garrigues et Laurent Gayer, tous deux chercheurs aux CNRS étudient comment ces "justiciers autoproclamés" peuvent être jusqu'au-boutiste et publie une enquête passionnante.
Cette plongée dans l'univers des hors la loi est aussi la première enquête du genre en langue française. Les deux chercheurs au CNRS connaissent leurs dossiers à fond, passant du récit de cas à l'analyse comparative, rendant ainsi l'écrit clair et dynamique. Ils s'attardent aussi sur le phénomène social de l'auto-justicier qui ne cesse d'envahir la fiction, du thriller à la bande dessinée en passant par le cinéma.
La question finale étant: La France peut-elle, elle aussi tomber dans ces excès punitifs?

Comprenne qui voudra

Economie - DroitDroitHistoire vraieJustice
Comprenne qui voudra Moi mon remords ce fut La malheureuse qui resta Sur le pavé La victime raisonnable À la robe déchirée Au regard d’enfant perdue Découronnée défigurée Celle qui ressemble aux morts Qui sont morts pour être aimés. Paul Eluard

Gabrielle est prof dans un lycée marseillais, elle a trente ans, elle est en instance de divorce et est mère de deux jeunes enfants ; elle tombe amoureuse d'un de ses élèves Christian qui partage ses sentiments, Les amoureux ne se cachent pas, Nous sommes, en effet, à l'aube de mai 68 où tout semble permis. Très vite les parents de Christian vont réagir et porter l'affaire en justice, Débute la dégringolade de Gabrielle, qui malgré de nombreux soutiens, va être jugée coupable et incarcérée, Elle se suicidera à la veille de son procès en appel,
« Comprenne qui voudra » est un récit très bien construit, fruit d'une enquête sérieuse, collaboration de Pascale Robert Diard, chroniqueuse judiciaire et de Joseph Beauregard, documentariste, avec de nombreuses citations et photos qui viennent illustrer cette histoire d'amour impossible, C'est aussi un reflet précis de toute une époque et de ses mentalités encore majoritairement conservatrices , du pouvoir croissant de la presse sans cesse en quête de sensationnel, Avec un sens aigu de la psychologie, Pascale Robert Diard nous plonge dans cette époque de la fin des années 60,
Ce livre est assez court, les dernières pages étant consacrées à des photos ainsi qu'une partie de la correspondance de Gabrielle.
Les plus anciens d'entre vous et nous connaissent cette affaire par le biais du film d'André Cayatte "Mourir d'aimer" dont Annie Girardot tenait le rôle phare, celui de Gabrielle. 
L'histoire de Gabrielle Russier engage des interrogations, des réflexions sur le rôle de chroniqueur judiciaire, sur celui de journaliste, d'une manière générale, mais aussi sur le fonctionnement de la justice.
Cette enquête ouvre également tout un champ de questions d'un autre ordre : qu'en serait-il aujourd'hui ?

Libérons la Corse

Economie - DroitDroitEnquêteMafia
Des citoyens et des personnalités témoignent.
Le journaliste Jean-Michel Verne donne la parole à une quinzaine de personnalités qui dénoncent à visage découvert les dérives affairistes et mafieuses de la société corse. Frénésie immobilière, fraudes aux primes agricoles, racket, pressions… ces témoins, maires, anciens chefs d'entreprise, responsables associatifs, brisent la loi du silence . Face aux organisations criminelles et à leurs connexions avec les milieux politiques et économiques insulaires, ils pointent non seulement l'inertie des nationalistes à la tête de la région, mais aussi l'attitude d'un État jugé trop souvent défaillant.
Ce livre est la suite logique de la parution du précédent ouvrage de Jean Michel Verne "Juges en Corse" (Robert Laffont, 2019), qui fit l'effet d'un électrochoc, car c'était la première fois que des magistrats parlaient des difficultés rencontrées dans l'exercice de leur fonction. L'assassinat à l'automne 2019 d'un militant écologiste, Massimu Susini, a provoqué une forte mobilisation au travers de la création de deux collectifs antimafia.
Les personnalités qui témoignent dénoncent les dérives sur l'attribution de primes agricoles, la spéculation immobilière, la gestion des fonds public et ce sur l'ensemble des strates de la société corse: maire véreux, dessous-de-table, octroi de marché public, détournement d'aides européennes.....Mais ils dénoncent aussi une certaine ambiguïté de l'Etat qui favorise un clan mafieux contre un autre, un clan nationaliste contre un autre et ce depuis des décennies. Un divisé pour mieux régner en somme!

Dossiers

Droit sur les vacances

Des lectures plaisirs pour passer l'été

Révisons gaiement!

De l'art de la révisions pour parvenir à ses fins!

Droit

Chargement...