Chargement...
Chargement...

Sélection de livres

Erasmus at home

Sciences - SavoirsDictionnaires - LanguesApprentissageAngleterre
Le Brexit a reporté ou changé vos projets de départ en terre d'Albion? Nous vous proposons the next best thing en lieu et place d'un séjour en Grande-Bretagne à savoir une sélection d'ouvrages pour découvrir, progresser ou vous perfectionner en Anglais!

Sélection de Noël des plus beaux essais du rayon langues

Sciences - SavoirsDictionnaires - LanguesDictionnairelangues
C'est le moment de gâter vos proches mais vous manquez d'idées? Nous avons sélectionné pour vous des essais passionnants qui feront mouche.

Les expressions françaises sont à la fête!

Sciences - SavoirsDictionnaires - LanguesDictionnairelangues
Ce Noël, les expressions françaises sont mises à l'honneur par les éditeurs.

Les langues en s'amusant

Sciences - SavoirsDictionnaires - Langueslangues#languefrançaise
Quoi de plus chaleureux que de se retrouver en famille ou entre ami(e)s autour d'un jeu! Et si c'était l'occasion de tester vos connaissances sur notre langue? Et pourquoi ne pas en découvrir une autre? Voici notre sélection pour occuper les longues soirées d'hiver.

Pour l'amour de la langue

Sciences - SavoirsDictionnaires - LanguesDictionnairelangues
Venez (re)découvrir toute la richesse de la langue française aux côtés de spécialistes passionnés!

Dossiers

L'un des maitres d'oeuvre du dictionnaire "Le Robert" est...

Auteur de nombreux ouvrages, historien, amateur d’art et de gastronomie, chroniqueur à la radio, le lexicographe et lexicologue est mort à l’âge de 92 ans.

De l'Anglais au Latin, cette rentrée, il y en a pour tout...

Vous étudiez une ou des langues? Notre sélection d'indispensables est faite pour vous!

Bien choisir son dictionnaire

Ouvrage de référence scolaire, familial, culturel ou professionnel, le dictionnaire de langue française peut représenter un investissement. Pour bien le, voire les, choisir, il est essentiel de savoir à quel usage on le destine.

Pour que le français ne soit plus un obstacle

La langue française peut représenter un obstacle dans la compréhension, un frein dans une recherche d’emploi voire une angoisse quotidienne en situation d’illettrisme. Pour chaque cas, un accompagnement pédagogique existe. Quels que soient l’âge, le niveau scolaire, le contexte social ou culturel...

Coups de cœur

L'Arabe pour tous

Sciences - SavoirsDictionnaires - LanguesEssaiDiscrimination
Une enquête sensible et pleine d'humour sur les relations complexes qu'entretiennent les français arabophones avec leur autre langue maternelle : profitable et passionnant!

Chaque langue charrie avec elle des stéréotypes positifs comme négatifs fruits de notre éducation, de nos expériences ou encore des médias : l’arabe en cela ne fait pas figure d’exception. En même temps en France, comme ailleurs, toutes les langues ne se valent pas. Alors qu’une langue répandue comme l’anglais ou plus « rare » comme le chinois sont valorisées socialement, entre autres dans le système éducatif et sur le marché du travail, le statut de la langue arabe pose question.

L’arabe pour tous s’ouvre sur le constat personnel de Wabil Nakim, journaliste au Monde né au Liban et arrivé en France l’âge de quatre ans : « Quelque part entre mes quatre ans et mes presque quarante ans, j’ai perdu l’arabe en cours de route. […] Et depuis dix ans, je suis paralysé : impossible de parler l’arabe, impossible de ne pas le parler». Une première question se pose, et non des moindres : quand on parle de l’arabe, (de) quel arabe parle-t-on ? L’un des nombreux dialectes du Maghreb, du Machrek ou d'Arabie ? Ou l’arabe littéraire, langue des poètes, des textes sacrés et des élites sans frontières ?

Au fond peu importe puisqu’il semble impossible de parler sans honte une langue qui souffre de connotations négatives : langue de « pauvres », langue de l’étranger et du « communautarisme », langue du Coran et par amalgame de l’Islamisme. Que se passe-t-il quand ces stéréotypes suscitent chez des enfants d’immigrés l'abandon, conscient ou non, de la langue de leurs parents au profit du seul français ? Quelles conséquences cela a-t-il pour eux ? Mais aussi, quelles conséquences pour nous tous ? Metteurs en scène (Mohammed El Khatib),comédiens, écrivains (Kaoutar Harchi), politologues (Hakim El Karoui) journalistes (Nadia Dâam, Karim Rissouli) ou encore anciens ministres (Myriam El Khomri et Najat Vallaud-Belkacem) ce sont autant de personnalités diplômées, cultivées et insérées socialement, autant de visages de la réussite qui racontent les liens complexes tissés de nostalgie et de désir mais aussi de rejet et de honte qu’ils entretiennent avec l’arabe. Tous et toutes ont, comme Nabil Wakim, fait à un moment de leur vie  « le même calcul, consciemment ou pas. Celui de s’éloigner d’une langue qui est vécue comme un frein sur le chemin de la réussite. »

Un frein ? Sans doute, mais par pour tout le monde. Parce-que les stéréotypes sur la langue ne semblent pas s'arrêter aux portes de l’école, deux paradoxes s’imposent. Le premier est affaire de chiffres : 3 % des collèges et lycées enseignent l’arabe en France alors qu’elle est la deuxième langue la plus parlée (mais souvent mal maîtrisée) de l’hexagone. Le second renvoie à une réalité sociologique : dans les grandes écoles du pays, l’arabe est une langue de distinction qui ouvre la voie vers les relations commerciales avec la péninsule arabe ou la diplomatie. L’arabe, n’est pas donc pas, pour reprendre le titre de l’ouvrage, le même « pour tous » que l’on soit français né de parents arabophones, enfant d’un riche étranger ou français de parents francophones sur les bancs d’une prestigieuse école française…

Enquête écrite à la première personne, l’Arabe pour tous est un essai salutaire et réjouissant servi par le sens de l’humour de son auteur. En puisant dans son expérience et celle des personnalités citées et en la confrontant aux discours de linguistes, sociologues et autres acteurs politiques ou de l’enseignement, Nabil Wakim fait tomber les préjugés et nous rend libres d’interroger la situation de l’arabe, de ses locuteurs et de ses apprenants mais aussi son avenir avec une nouvelle lucidité.

 

Comme on dit chez nous

Sciences - SavoirsDictionnaires - LanguesAtlaslangues
Un atlas avec un grand A sous l'égide du regretté Alain Rey.
Embarquez pour un tour de France épatant et joliment illustré sur le français de nos régions aux côtés de deux fins linguistes. Instructif et amusant : un gros coup de coeur!

Le tu et le vous

Dictionnaires - LanguesEssailangues#languefrançaise
Une promenade riche en points de vue sur le tu et le vous.
Étienne Kern, enseignant en classes préparatoires, part du constat que la majorité d'entre nous s'étonne rarement de nos emplois du tu et du vous alors que le sujet est moins évident qu'il n'y paraît. Dans la pratique, les règles tacites qui semblent codifier leur usage se révèlent souvent subtiles voire confuses. L'une de ces subtilités est l'effet d'équivoque d'un même pronom personnel : le "vous" peut, selon les contextes de son énonciation, marquer la distance sociale entre deux individus (un supérieur et son subordonné) mais aussi la reconnaissance entre pairs (on pense au vouvoiement qui a cours dans les milieux aristocratiques) ou encore relever d'un jeu amoureux (nombre d'amants illustres ont ainsi pu passer du "tu" au "vous" et réciproquement au gré de leur correspondance). Disant cela, on est pourtant loin d'avoir épuisé ses interprétations. Le tu et le vous ont ainsi ce fascinant pouvoir "de construire ou remodeler la relation qui nous lie à l'autre" selon des rapports de proximité ou de distance, de subordination ou d'égalité, tant sur le plan intime que sur le plan social, religieux et politique. Vecteurs de nos valeurs, de nos imaginaires et de nos sensibilités individuelles et collectives, l'histoire de leur évolution est aussi celle de notre société...
   
À travers une promenade historique et littéraire tout à la fois prenante et éclairante, multipliant les points de vue et les anecdotes qui ne manquent pas de sel, Étienne Kern nous amène à nous interroger et nous saisir des enjeux liés à l'usage que nous faisons du "tu" et du "vous". On ne peut que vous conseiller de vous emparer de cet essai en forme de plaidoyer très accessible et généreux.
 
 

J'y mets ma langue à couper

Sciences - SavoirsDictionnaires - Langueslangues#languefrançaise
Une belle introduction à la diversité des langues par l'écrivain Mathias Énard

Mathias Énard, le grand écrivain voyageur et polyglotte qu’on ne présente plus est un passionné des langues. J’y mets ma langue à couper reprend une conférence donnée en 2019 à l’occasion du festival fluvial et itinérant les Passerelles d’Europe. Des langues officielles des États-nations, aux langues minoritaires en passant par les langues de fiction (comme la langue elfique de Tolkien) ou les pidgin (ces langues créés par des marchands de pays différents pour permettre leurs échanges), c’est toute la richesse des langues et de leur évolution à laquelle nous introduit l’écrivain. Autour de la question de leur naissance et de leur mort, deux rêves se dessinent : celui d’un retour à la langue unique, pré-babelique dont l’Esperanto est une des manifestations et celui de préserver coûte que coûte la diversité des langues. L’un et l’autre portent en eux, en fin de compte, des conceptions différentes de ce qui nous constitue en tant qu’humanité. Et c’est tout le talent de Mathias Énard que de brosser avec savoir et clarté un tableau de l’état de notre rapport aux langues en une petite soixantaine de pages. Des questions du public ayant assisté à la conférence les prolongent et permettent de les éclairer ou de les approfondir dans une seconde partie.

À cinq ans, je suis devenue terre à terre

Sciences - SavoirsDictionnaires - LanguesMusiquelangues
Compositrice, musicienne, parolière et interprète, Jeanne Cherhal a plus d'une corde à son arc. Avec À cinq ans, je suis devenue terre à terre, elle fait son entrée sur la scène littéraire.
Dernier né de la collection Le Goût des mots dirigée par Philippe Delerm, l'ouvrage reprend la forme imposée du glossaire amoureux. De "sorcière" à "volcan" en passant par l'incontournable "studio", l'autrice dévoile un rapport singulier, presque synesthésique aux mots. Sous sa plume ceux-ci prennent des couleurs, déploient leur musicalité, ont de la texture et de la saveur. De la vulgaire "gaule" au sublime "horizon", "tout [est] source d'inspiration. Absolument tout. Le glouglou lancinant d'une tuyauterie, une petite boîte en fer, les mains d'une femme dans la farine, un simple caillou, un crabe ou la mort."
Sous la forme de très courts textes, sans jamais se prendre au sérieux (le mot jambonneau s'invite à une veillée funèbre), Jeanne Cherhal convoque au détour de ces mots choisis les êtres qui lui sont chers et qui imprègnent sa langue : la figure révérée d'un Alain Delon, un parrain hydrocéphale prince parmi les enfants, ou encore son loyal "amitour" (mot-valise de son invention qui rend compte d'un indéfectible amour/amitié). Au-delà d'un simple glossaire, À cinq ans, je suis devenue terre à terre est ainsi l'expression joyeuse et tendre d'un véritable goût des autres.