Chargement...
Chargement...

Manga : la sélection des libraires

Les coups de cœur en Shonen

Notre sélection coup de coeur en Mangas

Les nouveautés en shonen

Les nouveautés shonen

Nos coups de cœur en shojo

Les mangas que nous aimons

Les nouveautés en shojo

Ceux qui viennent de sortir

Nos coups de coeur en Seinen

Les mangas que nous aimons

Les nouveautés en Seinen

Les sorties mangas en seinen

Coups de cœur

Affrontements explosifs entre pantins et marionnettistes !

Prenez vos places et entrez au Karakuri Circus, théâtre d'affrontements entre pantins morbides et marionnettes effrayantes, sur un décor d'humour tordant et de suspens haletant !

Narumi est atteint d’une étrange maladie incurable : il doit faire rire les gens autour de lui ou il n’arrivera plus à respirer ! Il rencontre alors Masaru, un jeune garçon héritier d’une riche famille d'horlogers, qui est le seul à rire de lui. Mais ce dernier est lui aussi en constant danger de mort, car il est la proie de nombreux tueurs à gages marionnettistes, engagés pour mettre la main sur son héritage. Ainsi, ils se protègent mutuellement : l'un en se battant et l'autre en rigolant. Ensemble, ils doivent à tout prix trouver Shirogane, une marionnettiste missionnée par le défunt père de Masaru qui doit le protéger de ses assaillants. Car nombreux sont ceux à en avoir après sa fortune, et une aura de mystère plane autour de ce fameux héritage...

A la croisée entre action, humour, horreur et suspens, Karakuri Circus est un pilier du genre shônen. Publiée à l'origine entre 1997 et 2004, la série de Kazuhiro Fujita est mise à l'honneur par cette Perfect Edition signée Meian, et qui sera complète en 24 volumes. Avec son rythme ultra dynamique et ses personnages marquants, Karakuri Circus développe une histoire trépidante qui gagnera en intensité au fil des volumes, et qui plaira à coup sûr aux amateurs de JoJo’s Bizarre Adventure ou de Shaman King !

La guerre contre les Anges continue, seul les courageux pilotes des Evangelions peuvent leur faire face !

Dans le futur de 2015 l'humanité doit se reconstruire suite à un cataclysme sans précédent. Et pour affronter les monstres venu les exterminer, l'Homme a créé ses propres monstres : les Evangelions !

2015, quinze ans après un événement cataclysmique appelé “le second impact", le Japon a reconstruit sa capitale : Tokyo-3. Suite à cet accident dévastateur l’humanité a vu émerger de nulle part de gigantesques créatures aux capacités de destruction sans précédent appelées “les anges”. Face à cette race inédite bien décidée à anéantir ce qu’il reste des humains sur Terre, les Hommes ont mis en place un programme nommé “Evangelion” ou “Eva” grâce au soutien d’une organisation : le NERV.
Le programme “Evangelion” consiste en la construction de méchas (gigantesques robots humanoïdes pilotés par certains élus) et au recrutement de pilotes ayant la capacité de fusionner mentalement avec le colosse de métal. 

Le récit nous présente le jeune Shinji errant dans les rues de Tokyo-3 en attendant une rencontre inespérée avec son père, lorsqu’un ange attaque la cité-forteresse. Rapidement recueilli par Misato Katsuragi (une scientifique du NERV), Shinji apprend par la bouche même de son père qu’il est le “third child”, un des rares élus pouvant fusionner avec un Evangelion. 
C’est le début d’une longue quête pour Shinji mais également d’un long questionnement sur le pourquoi de la présence des anges sur Terre ainsi que sur la technologie qui lie l’esprit d’un pilote à son Eva.


Manga culte parmi les mangas cultes, Neon Genesis Evangelion est une œuvre forte ayant grandement contribué au succès à l’international des fictions centrées autour des méchas (en plus de Goldorak en 1976). Yoshiyuki Sadamoto livre un travail graphique fort où les personnages sont tous clairement identifiables (Misato avec sa veste en cuir, Ritsuko identifiée dans les cases grâce à ses talons…) et fort qu’ils soient féminins ou masculins. Les designs de cette vision futuriste de Tokyo sont bluffants tout comme ceux des Evangelions et des Anges et l’action est parfaitement lisible rendant grâce à des combats absoluments démesurés, destructeurs et épiques !

Neon genesis Evangelion est un chef d'œuvre méritant clairement sa place dans votre bibliothèque. Alors enfilez votre plus belle combinaison du futur, vos plus belles bottes du futur et installez vous confortablement aux commandes de votre Eva du futur !


Petit plus de vos libraires : si l’ambiance méchas et démesuré de Neon genesis Evangelion vous plaît, regardez d’urgence Pacific Rim de Guillermo Del Toro ou dans un futur apocalyptique l’humanité subit l’invasion de Kaiju contre lesquels se battent des Jaegers (méchas pilotés par deux humains connectés neurologiquement).

La bataille de Hoth est terminée... mais une menace plus sombre tend à l'horizon !

Préparez vos casques, asseyez vous confortablement aux commandes de votre X-Wing et laissez vous guider dans une nouvelle aventure de l'univers Star Wars !

Il y a bien longtemps dans une galaxie lointaine, très lointaine…

Vous connaissez tous la musique mais connaissez-vous l’histoire de Ciena Ree et Thane Kyrell ?

Thane est pilote pour la rébellion, après avoir réussi à gagner du temps lors de la bataille de Hoth (cf. L’empire contre attaque, le meilleur épisode) pour permettre aux transporteurs une fuite inespérée face aux destroyers stellaires de l’Empire, le pilote se remémore ses jeunes années aux côtés d’une certaine Ciena.

Ciena est… officier impérial et traque la poche de résistance ayant réussi à échapper au massacre de l’assaut de Hoth. Ayant deviner l’identité du pilote rebelle ayant réussi l’exploit de percer le blindage d’un TB-TT avec un snowspeeder (chose impossible pour les speeders de l’alliance rebelle), l’officier Ree n’aura de cesse que de poursuivre son ancien ami.

Au travers de flashbacks nous en découvrirons plus sur le passé des deux âmes qui, suite à l’ordre 66 (la grande purge jedi) et l'avènement de l’empire, n’auront été bercé que de grands et beaux discours sur les bienfaits du régime totalitaire mis en place par l’empereur Palpatine et Dark Vador.


Suite directe de l’introduction sur Hoth présentée dans le film L’empire contre attaque de 1980, ce premier tome de Star Wars : étoiles perdues est une proposition rafraîchissante aussi bien pour les fans inconditionnels de la guerre des étoiles, mais aussi pour les plus novices à la recherche d’un récit de science-fiction/space opéra plutôt plaisant à suivre. Aidé par un dessin au trait appliqué, notamment en ce qui concerne les véhicules (X-Wing, Snowspeeder et autres chasseurs TIE sont clairement identifiables et richement détaillés), toutefois l’histoire n’évite pas quelques fautes de parcours dans son déroulé (attention toutefois cette remarque n’est dirigée qu’envers les fans les plus “hardcore” de Star Wars”). 

Récits appliqué pour les plus jeunes d’entre nous mais également pour les plus grands souhaitant se replonger dans les belles heures de la trilogie originale de George Lucas.an

Kageki Shojo : prémices d'une chronique adolescente et artistique qui atteint les sommets

Une plongée entre tradition et modernité à travers cette œuvre qui décrit avec passion l’art théâtral japonais sous différentes formes (kabuki ect…), et les durs sacrifices auxquels il faut se plier pour arriver au sommet.

L’école centenaire Koka dédiée aux arts de la scène accueille des jeunes adolescentes pour les former afin d’obtenir le graal : une place dans la revue qui propose des spectacles reconnus à travers le pays et tous plus flamboyants les uns que les autres.

Au cours d’une rude sélection, Ai, ancienne Idol du groupe JPX48 qui cherche désespérément une échappatoire aux hommes et à son passé, ainsi que Sarasa Watanabe, jeune fille plein d’entrain rêvant d’interpréter le rôle-phare de Lady Oscar malgré son inexpérience, se retrouvent admises dans la prestigieuse école. Avec elles, des compétitrices rompues à différentes formes d’arts et cherchant à se faire un place sur l’échiquier à l’instar de leurs glorieux prédécesseurs…

Kageki Shojo est un manga au texte plus profond que la seule compétition. C’est une œuvre forte et contemporaine aux sujets pluriels, qui parle avec justesse des émotions, de la construction adolescente, de la pression des résultats et la concurrence des candidates, mais aussi de la saine émulation entre elles, des relations de confiance et des blessures.

Une nouvelle fois, Noeve graphx nous propose un petit bijou au graphisme délicat. A l’heure de refermer ce petit pavé, une seule motivation nous anime, vivement la lecture de la suite !

À partir de 14 ans.

Un manga où se confronte la beauté de l'amitié et la contemplation éphémère du temps qui passe.

Indispensable aux amoureux de la fantasy !
Dans ce manga, l'auteur Kanehito YAMADA donne un nouvel air à la fantasy en l'abordant de manière originale, subjugué par la beauté des traits du dessinateur Tsukusa ABE.
En effet, après 10 années d'efforts pour restaurer la paix au sein du royaume, notre aventure débute avec l'elfe Frieren qui rentre avec ses compagnons ; le héros Himmel, le prêtre Hésiter et le nain Eisen, après avoir débarrassé le monde du roi démon.
Alors que le calme réapparaît dans la vie de Frieren, elle va parcourir le monde afin de trouver de nouveaux sorts et ne reviendra que cinquante ans plus tard afin de retrouver ses anciens compagnons de route. Confrontée à la mort de chacun de ses camarades, elle va se rendre compte de la mortalité de ses compagnons humains, ce qui nous plonge dans la contemplation de la beauté éphémère du temps ainsi qu'à la poursuite du sens de l'amitié.
À partir de 12 ans.

Partez en mission aux côté de Twilight ! Un James Bond/Ethan Hunt plutôt fûté et paternaliste !

Le monde est au bord du gouffre, la guerre froide s'éternise... Aucun problème ! Twilight et sa famille créée de toute pièce sont sur le coup !

Bienvenue en pleine guerre froide ! Alors que le monde est à la recherche d’un certain Perseus, les lunettes de soleil aux verres fumés, les moustaches proéminentes, Blondie et son titre “Call me” en tête des charts sont au coeur des débats et au milieu de cela un conflit tacite entre deux nations : Westalis et Ostania. 

Guerre de l’information, de la désinformation, les conflits par procuration, les missions black ops… beaucoup de choses pouvant dérégler l’équilibre fragile qui prédomine dans le monde des années 80. 

Dans Spy X Family le déséquilibre à un nom : Donovan Desmond. Opposant extrémiste d’Ostania (l’est, les méchants donc), Desmond souhaite imposer au monde un mode de vie propre à son parti politique (Imran Zakhaev et Arkady Ourumov seraient fiers). 

Mais c’est sans compter sur Westalis, qui pour contrer cette menace sans précédent, décide d’envoyer son meilleur espion répondant au doux nom de Twilight (rien à voir avec Robert Pattinson, ou le vaisseau d’Anakin Skywalker). Subtile mélange entre James Bond et Ethan Hunt de la saga Mission Impossible, Twilight a pour objectif d’infiltrer une école dans laquelle sont présents les enfants de Desmond pour ainsi pouvoir caresser l’espoir d’approcher la menace de plus près. Première tâche à accomplir : construire une fausse famille de toutes pièces. Sous le pseudonyme de Loid Forger, psychiatre de profession, Twilight va adopter une toute jeune fille répondant au nom de Anya et proposer un arrangement à une belle demoiselle répondant au nom de Yor. Mais comme une mission d’espionnage en plein coeur de la guerre froide ne peut pas se dérouler sans accrocs (désolé Hannibal Smith) il se trouve que la petite Anya possède un don de télépathie et arrive à sonder l’esprit de son “père” donc adieu la couverture du docteur en psychologie, et que Yor se trouve être en vérité une tueuse à gage répondant à l’alias Princesse Ibara… Notre espion cachant son identité se retrouve donc aux côtés de personnes cachant leurs véritables natures… Pas simple la vie d’agent secret ! 

Famille faite, Twilight doit maintenant réussir à faire intégrer sa nouvelle fille au sein de l’école et encore une fois la chose ne sera pas aisée…

Shonen détonnant à l’ambiance cartoon/espionnage/comédie/action (oui le mélange est perturbant mais bel et bien efficace), Spy X Family est une proposition originale et non dénuée de références qui plaira aux petits comme aux grands. Personnages forts, attachants et vraiment drôles par moments (les claques de niveau stratosphérique que peuvent envoyer Loid et Yor sont d’un niveau supermanien (désolé pour le néologisme) ou encore les réactions de la petite Anya face aux meurtres programmés par ses parents peuvent mettre en doute la santé mentale de l’enfant). 

Manga extrêmement sympathique et véritable coup de cœur pour cette aventure d’espionnage menée tambour battant en plein cœur des années mur de Berlin !

Embarquez pour une croisière mortelle !

Des vacances luxueuses, des disparitions inquiétantes, perdus au milieu de l'océan... mais que pourrait-il arriver de mal ?

Que faites-vous si en pleine croisière, vous vous rendiez compte que tout le monde allait mourir dans d'atroces souffrances ? 

C’est ce qu’il va se passer sur ce bateau se trouvant en réalité être un garde-manger pour une poignée de personnes dont la nature est un mystère. Bourré de suspens et de meurtre cru, ce manga ne vous laissera pas en sortir indemne. 

  Seriez-vous d’ailleurs capable d’en sortir ? 

Construit comme un escape game, certains personnages vont se rendre compte de ce qu’il se trame et vont tout faire pour s’enfuir. Avec eux, vous n’aurez qu’une obsession, trouver une solution pour fuir. Mais comment fuir au milieu de l’océan lorsque le bateau entier est aux mains de votre futur bourreau ?

Un nouveau thriller haletant et impactant à ne pas manquer.

La cantine de minuit

Avez-vous une cantine préférée ? Un lieu réconfortant où vous retrouver ? Le mangaka Yarō Abe a imaginé cette gargote typique et chaleureuse, dans un recoin de Shinjuku, arrondissement de Tokyo. Un bienveillant patron ouvre ses portes de minuit à 7h du matin pour vous préparer une cuisine tradi...
La carte se résume à peu de choses : soupe miso au porc, bière, saké, shôchû. Mais toute la magie opère lorsqu’on apprend que vous pouvez commander n’importe quel autre plat. Si le patron a de quoi vous le préparer, il le fera.
Le sujet est donc déconcertant de simplicité : une galerie de Tokyoïtes nocturnes s’accoudent au bar en forme de fer à cheval. Le titre du chapitre révèle un plat comme le natto, le katsudon ou le tsuma du sashimi. Alors, un silence gourmand s’installe, les regards se croisent et lorsque le plat est servi, le lien se fait enfin: sauce sucrée ou sauce soja pour ce plat ? Le curry de la veille, est-il meilleur le lendemain de sa préparation ? Par le biais d’une pratique culinaire qui touche à l’intime, on découvre ce qui résume l’autre : notre voisin de comptoir. De ces choix sacrés autour de la cuisine traditionnelle japonaise, des saveurs vont rendre nostalgique, des débats s’instaurent, des anecdotes et surtout des rencontres se font. C’est ainsi qu’un yakuza et un gérant de bar gay vont devenir ami grâce aux Wiener (de petites saucisses viennoises coupées en forme de pieuvres et sautés à l’huile).
Quant au dessin, mais quelle gourmandise ! Avec peu de décors, l’auteur se penche sur l’âme de ses personnages de papier : un trait fin, simple et désuet, des visages marqués et aux drôles d'expressions qui nous touchent au plus haut point.
Au fur et à mesure de cette lecture, on ne peut que s’attacher à ces habitués gourmands, qu’ils soient volubiles ou discrets, voir même s’inquiéter lorsqu’ils disparaissent quelques temps.

Après avoir passé plus de 20 ans comme directeur dans une agence de publicité, l’auteur Yarō Abe voulu défaire sa cravate à 41 ans pour entamer une vieille passion : le manga. Quelques années plus tard, La cantine de minuit était née. Construit en courtes nouvelles dans la revue japonaise Big Comic Original entre 2006 et 2008, ce livre publié par Le Lézard Noir, reprend les 2 premiers recueils nippons d’une série 17 volumes en cours. Très populaire au Japon, La cantine de minuit a fait l’objet de plusieurs adaptations cinématographiques et d’une série disponible sur Netflix, Midnight Diner.

Décidément, Le Lézard Noir n’a pas fini de nous surprendre ! De l’Ero guro avec Suehiro Maruo à l’étrange Akino Kondoh, en passant par l’hilarant Vagabond de Tokyo et plus récemment le maître de l’horreur Kazuo Umezu, ou encore le fabuleux Minetaro Mochizuki avec Chiisakobe (prix de la série, Angoulême) et Tokyo Kaido… la dégustation de cette Cantine de minuit confirme le talent d'un éditeur à lire absolument.

Mangas

Chargement...