Chargement...
Chargement...

Sélection de livres

Actualité

Lola Lafon - Chavirer

A l'occasion des "Correspondances de Manosque", Lola Lafon vous présente son ouvrage "Chavirer" aux éditions Actes Sud. Rentrée littéraire automne 2020.

Jean-Marie Blas de Roblès - Ce qu'ici-bas nous sommes

Jean-Marie Blas de Roblès vous présente son ouvrage "Ce qu'ici-bas nous sommes" aux éditions Zulma. Rentrée littéraire automne 2020. Entretien avec Sylvain Arrestier.

Fatima Daas

vous présente son ouvrage "La petite dernière"
aux éditions Notablia

Négar Djavadi - Arène

A l'occasion des "Correspondances de Manosque", Négar Djavadi vous présente son ouvrage "Arène" aux éditions Liana Levi. Rentrée littéraire automne 2020.

Dossiers

Escape game géant Trône de fer le 31 octobre 2020 !

Venez explorer le royaume des sept couronnes et partez à la conquête du trône de fer lors de l'Escape Game géant organisé par la librairie Mollat et les éditions J'ai lu le samedi 31 octobre !

RAMON GOMEZ DE LA SERNA (1988-1963)

Ramon Gomez de la Serna est largement méconnu en France bien que célébré de son vivant par un Valery Larbaud qui en faisait l'égal de Proust ou de Joyce et malgré le travail d'éditeurs comme Gérard Lebovici et André Dimanche éditeur ou celui de grands passeurs tel que Jean Cassou, Robert Amutio, ...

Ken Follett, le roi du roman historique

À l'occasion de la sortie de son nouveau roman Le Crépuscule et l'Aube, (re)découvrez Ken Follett, maître du roman historique !

Notre rentrée littéraire d'automne

C'est pour nous une joie de retrouver ou découvrir des textes et des auteurs qui inventent et dissèquent, qui éclairent et qui questionnent notre époque et son actualité. Que de beaux romans dans cette rentrée 2020 ! De grands noms que l'on retrouve avec plaisir, ou des nouvelles voix prometteuse...

Mauriac journaliste

A l'occasion du cinquantenaire de la disparition du grand écrivain bordelais Robert Laffont et Mollat rééditent les indispensables Bloc-Notes de François Mauriac.

Les éditions de Minuit sont à l'honneur à la librairie (P...

Durant six mois, la librairie Mollat mettra en avant six auteurs publiés par les éditions de Minuit. À cette occasion, nous avons le plaisir de vous offrir un texte inédit de Tanguy Viel publié spécialement pour vous.

Coups de cœur

Dans la vallée du soleil - Andy Davidson

LittératureVampiresFantastiqueAmérique
Quand le roman gothique rencontre le western américain. Une splendeur !
Tavis est un mauvais homme. Il erre dans un désert texan des années 80, traînant ses méfaits et ses horreurs. Une nuit il est attaquée par une force plus maléfique que lui et se retrouve condamné à voir son corps dépérir, constamment à la recherche de sang et de proies pour épancher sa soif. Suivi amoureusement et désespérément par la créature qui a fait de lui ce monstre à l'état pur, Travis tente pourtant de fuir jusqu'à arriver à un motel au milieu de ce cagnard insupportable. Il y rencontre Annabelle et son fils Sandy. Par delà la possibilité d'en faire ses victimes, Travis découvre une vie passée et future qu'il ne vivra jamais et nourrit pour cette mère et son fils une attraction paradoxale.

Organique et envoûtant, Dans la vallée du soleil a le goût des livres inclassables qui impriment la rétine autant qu'un écran de cinéma. Un grand coup de coeur.

La Maison dans laquelle - Mariam Petrosyan

LittératureLittératureLittérature étrangère
Mais quel livre incroyable ! Ne vous laissez pas impressionner par ses 1070 pages, franchissez le seuil de la Maison, laissez derrière vous toute normalité, rationalité, habitude ….

Tristan Garcia parle dans la préface de l’ouvrage d’un « Harry Potter punk et cramé dans l’Interzone », on retrouve en effet de Poudlard cette ambiance d’un internat adolescent, avec ses différentes maisons, ici des groupes ayant chacun ses signes distinctifs et son chef. Mais Harry Potter façon Mariam Petrosyan serait tombé de son balai en plein vol, car la Maison héberge des freaks, des mineurs marginaux, tous plus ou moins handicapés physiquement ou mentalement. Attention là n’est pas le sujet, ce qui compte c’est l’univers créé : la Maison est un monde en soi. Dehors c’est l’Extérieur, et de l’Extérieur on ne veut rien savoir et surtout tout oublier. On ne sait d’ailleurs pas vraiment où se situe cette maison. L’important c’est ce qu’il se passe entre ses murs, les lois qui la régissent, les légendes qui la bercent, les graffitis qui la parsèment, autant de règles tacites que se transmettent enfants et adolescents de promotions en promotions. Il y a bien des adultes dans la Maison : éducateurs, professeurs, infirmières … mais la plupart évoluent en marge et n’ont pas leur mot à dire face à la force d’un groupe qui s’est construit sans eux. Chaque personnage est connu par son surnom, reçu dès qu’il est adoubé par les autres pensionnaires. Le lecteur évolue auprès de Chacal Tabaqui, Sphynx, Rousse, Lord ou encore Eléphant. Leurs voix se croisent, mêlant récits de leur enfance dans l’internat et temps présent. Ce présent représente pour les narrateurs leur dernière année avant la sortie de la Maison, moment que tous redoutent et qui va constituer l’acmé du récit.

Mariam Petrosyan livre un roman initiatique puissant, original et inoubliable. Elle reconstruit magistralement l’univers adolescent, la force de ses amitiés, ses peurs et ses doutes, son imaginaire mystérieux et envoutant, ici toujours oscillant entre poésie et grande violence. Des extraits de romans de Lewis Carroll sont en exergue de certains chapitres, et il y a de l’univers à la fois merveilleux et terrifiant des romans de l’écrivain dans celui que se construisent les pensionnaires de la Maison.  Pour citer encore Tristan Garcia, « Il y a des livres-maisons. On ne lit qu’à condition de les habiter ». Cette maison là on l’habite le temps de la lecture, et c’est avec une grande mélancolie qu’on la quitte.

L'incendiaire - Chloe Hooper

LittératureEnquêteAustralieFeu
Un texte extrêmement fort, dur, qui vous brûle les mains. Un incontournable, futur classique de non-fiction.
Le sept février 2009, plusieurs feux de brousse démarrent dans le comté de Victoria, au sud-est de l'Australie. En pleine canicule, par plus de 45°C, ces incendies monstrueux détruiront 365000 hectares et tueront 173 personnes. Cet événement traumatisant pour le peuple australien porte désormais le nom de Black Saturday. Dans la ville de Churchill, deux départs de feux ont été constatés, qui avec le vent violent se sont réunis pour créer un seul "mégafeu". 

En Australie, seulement 1% des incendiaires sont arrêtés par les autorités. Pourtant il n'aura fallu que quelques jours à la police locale pour trouver Brendan Sokaluk. L'homme assume la responsabilité, mais pas la volonté de nuire : il aurait jeté une cigarette par la fenêtre de sa voiture sans faire attention. Impossible alors de prouver qu'il s'agit d'un accident. Après toutes les souffrances endurées, les survivants ont besoin d'un procès : Sokaluk est le coupable idéal. Né "différent" dans les années 70 dans la vallée minière de Latrobe, Brendan doit vivre avec un handicap mental que personne ne peut traiter, une forme d'autisme qui à cette époque n'est pas reconnu. Personne, pas même sa famille, ne peut vraiment appréhender le monde dans lequel il vit, ni se figurer sa représentation de ce qui l'entoure. Depuis toujours, il subit la violence de ses camarades, puis collègues. Il faudra trois ans pour que se tienne le procès, qui durera dix-huit jours. Dix-huit longues journées, durant lesquelles inspecteurs, spécialistes des feux, témoins, victimes, survivants, avocats, médecins, comparaîtront dans l'espoir de dresser une chronologie de ces terribles événements et de clore un chapitre douloureux de leur vie. 

Le livre de Chloe Hooper est ainsi séparé en trois parties : L'enquête, La défense, Le procès. Pour la plupart des européens, il est assez difficile de comprendre la violence d'un feu de brousse, et d'appréhender la volonté des habitants de protéger leurs maisons au lieu de s'enfuir à toute jambes. Hooper nous plonge dans le ventre de la bête, au coeur des flammes, du vacarme, de la fumée, avec ces gens qui ont lutté pour défendre leurs biens dans ce pays où le feu possède une histoire culturelle. Elle nous immerge aussi dans la psyché de Sokaluk, et tente de répondre à ces questions : pourquoi avoir déclenché ce feu ? Dans quelle mesure est-il capable d'éprouver du remords ? A quel moment, dans son histoire intime, est-il arrivé  à ce point de non-retour ? Car comme le souligne Hooper, les incendiaires détruisent leur propre environnement et leur propre communauté. En l'occurence, celle de Churchill, ville pauvre dans laquelle règne le chômage de masse, où les centrales électriques dangereuses ne sont plus aux normes depuis des décennies, la vallée minière jamais entretenue. Rajoutons à cela le climatoscepticisme des élus - nous le constaterons dix ans plus tard lors des incendies de 2019 : tous les explosifs étaient prêts, il ne manquait que l'allumette.

Loin d'être un "true-crime" procédurier aux confins du polar, ce livre est un document très important sur l'ère dans laquelle nous vivons : le Pyrocène, conséquence naturelle (et catastrophique) de l'Anthropocène. Avec une plume précise et délicate, Hooper nous force à nous interroger sur l'avenir que nous souhaitons pour notre espèce, et soyons honnêtes : ça commence mal.


Chavirer - Lola Lafon

LittératureFemmesDanseCorps
Cléo est danseuse sur les plateaux télévisés pour les émissions de Michel Drucker. Aussi longtemps qu’elle se souvienne Cléo a toujours rêvé d’être danseuse, et elle se souvient justement…
En 1984 Cléo, 13 ans, est abordée à la sortie de son cours de danse par une certaine Cathy, pimpante représentante de la Fondation Galatée. Faisant miroiter un avenir doré à la petite fille, Cathy tisse une toile dangereuse autour de Cléo, l’enfermant dans un cercle vicieux auprès de prédateurs sexuels où elle tient autant le rôle de victime que de rabatteuse.

Entamé avec La petite communiste qui ne souriait jamais, Lola Lafon, continue avec Chavirer son exploration de la place du corps féminin et son exploitation au sein du monde moderne. A travers la danse, cet art si ambigu où coexistent et se confondent douleur et désir, le corps de ses personnages est questionné, contorsionné. Car l’immense talent de Lola Lafon est de multiplier ici les perspectives à travers celles et ceux qui ont pris part à l’histoire de Cléo. Avec une étrange mais salvatrice distanciation Lola Lafon s’affranchit de tout jugement et démontre ce qui est essentiel : la manipulation du corps féminin n’est pas un sujet de société, c’est un stigmate que chacun porte en soi, homme ou femme.

La cuillère - Dany Héricourt

LittératureHumourApprentissageAngleterre
Un premier roman extrêmement tendre et plein de charme, à ouvrir sans hésiter !
1985, Pembrokshire, Pays de Galles : Seren vient de perdre son père. La jeune fille de 18 ans vit avec sa famille dans un hôtel que sa mère gère depuis toujours, avec ses deux frères et leurs grands-parents. Ce deuil inattendu bouleverse évidemment tout ce petit groupe, et Seren, pour ne pas sombrer et lutter contre ce "terril" qui lui pousse entre les côtes, se concentre sur le dernier objet tenu par le défunt : une cuillère. Une cuillère en argent, trop grande pour être une cuillère à thé mais trop petite pour être une cuillère à soupe. Ciselée avec précision, on aperçoit à son extrémité un personnage de pèlerin accompagné de ce qu'il semble être deux gros lézards ... 
Cet été-là, Seren était censée penser à l'avenir, à l'université, à La Welsh Academy of Arts qu'elle espère un jour intégrer. Au lieu de cela, au volant de la vieille Volvo de son père, elle rejoindra le continent et pus précisément la Bourgogne, à la recherche des origines de cette cuillère... et aussi sur les traces de ce père qu'elle a finalement peu connu. De quiproquos en rencontres improbables, nous suivons avec bonheur cette jeune fille qui ne se départ jamais de son humour, de sa curiosité, de son courage.
Un roman d'apprentissage plein de charme, de tendresse, et qui réussit toujours à maintenir un équilibre entre sourire et mélancolie. Pudique, bien construit, cette jolie découverte plaira à tous !

L'apparition du chevreuil - Elise Turcotte

LittératureViolenceFéminismeEcriture
Derrière ce titre étrangement poétique se cache en réalité une grande violence.
Une femme de lettres, militante féministe, s'isole dans un chalet pour échapper aux violences numériques dont elle est l'objet. Malgré sa volonté d'apaisement intérieur, elle ne peut cesser de penser à l'origine de cette violence : celle de son beau-frère, un homme qui fit voler en éclats sa famille et les valeurs dans lesquelles elle croyait avoir été élevée. Elle, qui a choisi de faire de la langue son travail et son arme au quotidien, s'est trouvée forcée de céder face à la capitulation de sa famille et ainsi de garder le silence. Ou plutôt, de créer le silence : assourdissant d'injustice et de brutalité. Dans ce paysage enneigé toutefois un doute subsiste : et si elle n'était pas si seule ? Qui se cache dans dans le chalet voisin ?

Un roman superbe dont la forme est ciselée pour nous parler au mieux de la puissance de la parole et de la complexité de la notion de récit. Une grande découverte venue du Québec.

Les autres américains - Laïla Lalami

LittératureLittératureAmériqueLittérature étrangère
"Mon père a été tué une nuit de printemps, il y a quatre ans, alors que j'étais installée à une table d'un nouveau bistrot à Oakland." résumé abrupt de l'histoire qui va suivre, l'incipit nous plonge dans une atmosphère proche du roman noir et annonce l'ambiance qui va suivre. 
Un soir, après avoir quitté le diner dont il est propriétaire, un homme est renversé par une voiture et meurt. Cet homme, c'est Driss Gueraoui, américain d'origine marocaine. Cet accident va bouleverser la vie de sa femme et de ses deux filles. Le conducteur de la voiture a quant à lui pris la fuite. S'en suis le questionnement suivant qui hantera chaque personnage de ce roman choral : malheureux accident ou crime raciste ? A tour de rôle, différents habitants de la petite ville prennent la parole et racontent : le deuil d'un père, mais aussi celui d'un mari; le racisme; la fuite d'un pays en guerre, l'immigration réussie; le regard et le rejet des autres, la violence, la vie après avoir combattu en Irak, les séquelles... En parallèle, l'enquête suit son cours.

L'auteure signe un splendide roman sur l'Amérique d'aujourd'hui où il est question des tensions identitaires et des blessures que l'on aurait préféré laisser derrière soi. On tourne les pages sans pouvoir s'arrêter, tout en se posant des questions sur ces "autres" : qu'est-ce qu'être américain aujourd'hui dans cette superpuissance mondiale lorsque l'on est étranger ?

Très gros coup de coeur.

Nord-Est - Antoine Choplin

LittératurePoésieNatureAnticipation
Un texte d'une grande poésie épurée, bâti autour du silence et de la nature. 
Garri, Emmett, Jamarr et Saul quittent le camp dans lequel il vivent depuis des années, enfin libres de pouvoir sortir. L'ennemi, ou en tout cas le pouvoir qui un jour a décidé de l'enfermement des hommes et des femmes entre ces grillages, a disparu corps et bien. De sa véritable nature on ne saura rien, car le sujet réside dans le voyage de ces quatre types (en vérité, trois hommes et un enfant) qui ont l'espoir que, derrière la montagne dans les plaines du Nord-Est, se trouve un endroit vierge de toute précédente invasion, un lieu où tout recommencer.

C'est un chemin long, tortueux, semé d'embûches, mais pas dénué de rencontres. L'âpreté de plusieurs semaines de marche dans une montagne presque exempte de sentiers mène ces personnages à livrer, pour certains, un petit bout de leur histoire, de leurs désirs. Pourtant le silence est d'or au coeur de ces pages : par pudeur, par superstition, par respect, par peur du jugement, mais surtout par amour. Et c'est bien d'amour qu'on a envie de crier en refermant ce livre.

La trajectoire des confettis - Marie-Ève Thuot

LittératureAmourFamilleQuébec
Trois frères plus un.
Toute l’histoire part d’abord de là : la conception d’un quatrième fils illégitime en parallèle de la conception du troisième. Comment la sexualité a régi les vies et les destinées de cette famille québécoise dont les fils ne sauraient être plus différents : Zack, le libertin, Xavier, l’abstinent, Louis, l’inconséquent et Justin, le responsable. A travers cette génération née entre les années 70 et 80, Marie-Eve Thuot dresse un roman choral magistralement mis en scène et étire le fil de sa narration de 1899 à 2026, créant ainsi les ramifications généalogiques d’une famille contemporaine tantôt enlisée tantôt furieusement libérée. La trajectoire des confettis est la chronique sexuelle d’une famille d’aujourd’hui, d’hier et de demain. Thuot s’affranchit de tous les tabous, de toutes les pudeurs inutiles et encombrantes pour réfléchir l’amour et le sexe. A travers tous ces hommes et ces femmes, tous ces couples éternels ou éphémères, rarement une saga familiale aura été plus libre, plus moderne, plus intelligente.

Un premier roman virtuose où s’entrechoquent les histoires inattendues, dont la plus belle restera celle de Bastien et de Clara…