Chargement...
Chargement...

Dossiers

La Bibliothèque d'études juives, une collection des éditi...

La prestigieuse maison Honoré Champion, connue pour une ligne éditoriale exigeante et un rigoureux travail de publications universitaires, propose depuis vingt ans dans son catalogue la non moins rigoureuse collection Bibliothèque d’études juives, dont les diverses parutions ont su ouvrir des per...

Aux livres, Citoyens !

Un nouveau cycle de rencontres à l'occasion des prochaines élections présidentielles en France

Les Révolutions russes 1917-1953

L’année 1917 fut un tournant sur le plan international mais particulièrement dans l’histoire de la Russie, dernier empire en cette aube du XXe siècle.

Focus sur l'Actu

Éclairage sur les thèmes qui agitent l'actualité

Coups de cœur

La révolution culturelle nazie

Sciences politiquesHistoireNazisme
Johann Chapoutot, éminent spécialiste de l’idéologie nazie, nous avait livré un très grand livre en 2014, intitulé « La Loi du sang », dans lequel il analysait finement les rouages intellectuels nazis qui donnèrent une légitimité et une réalité aux idées les plus abominables et irrationnelles de ...
Nous comprenions ainsi les motivations profondes qui animaient l’intelligentsia nazie, qui, par le biais du droit et de la médecine, modifièrent considérablement leur rapport au monde. Leur folie n’ayant d’égale que leur violence, il apparaît indiscutable que c’est bien en pleine conscience qu’ils voulurent établir un nouveau monde plus juste pour la race allemande dont le prix à payer était la réalisation du génocide des Juifs.

Dans ce recueil d’articles publiés dans différentes revues, Johann Chapoutot revient sur la notion de révolution, démontrant l’importance du bouleversement politique et idéologique nazi opéré entre les années 20 et 30.
Il développe alors un peu plus certains thèmes abordés dans son précédent ouvrage, nous permettant de mesurer encore davantage les détournements langagiers et intellectuels effectués par les élites nazis pour légitimer leurs discours.
De la récupération de Kant en passant par une remise en question du mariage monogame (fruit d’un complot judéo-chrétien), sans oublier  les ravages moraux causés par la Révolution française et la réhabilitation de la lignée nordique fort de son héritage antique…autant de façon de réinterpréter l’histoire et de justifier leurs actes.

Toujours aussi brillant et incisif, Johann Chapoutot nous éclaire une nouvelle fois sur les détournements historiques et intellectuels effectués par les nazis dans le seul objectif de légaliser leur pensée.

Un livre essentiel qui nous interroge sur les méthodes et intentions des discours politiques d’hier, d’aujourd’hui et de demain.

Bienvenue dans le nouveau monde : comment j'ai survécu à la coolitude des start-ups de Mathilde Ramadier, aux éditions Premier parallèle.

Sciences humaines - HistoireTravailInternetHumour
Qui n’a jamais rêvé de faire partie de l’aventure d’une start-up ? Qui n’a pas fantasmé sur la réussite éclair d’une entreprise fondée sur une idée brillante permettant d’accéder au sommet ?
L’exemple de Facebook et de Mark Zuckerberg est indéniablement lié à cet imaginaire commun. L’essai de Mathilde Ramadier, Bienvenue dans le nouveau monde (Comment j’ai survécu à la coolitude des start-ups) nous fait rapidement redescendre sur terre et quitter rapidement le petit nuage doré sur lequel nous étions en train de monter. Après quelques années passées au sein de telles structures, l’auteure analyse avec humour un fonctionnement faussement bienveillant.

L'emballage soigné qui convient à toute start-up qui se respecte (open space dans un loft si possible, mobilier au design suédois ou vintage, machine à café grain, fruits à volonté...) cache une réalité d'employés précaires doublée d'une hypocrisie sociale patente. En effet, s'il est de bon ton de se sourire à tout va (comme le stipule le manuel d'emploi du nouvel arrivant), il est également plus que bien vu de partager sa vie professionnelle et personnelle sur les réseaux sociaux. Le livre pose ainsi la question des limites entre vie privée et vie professionnelle.

À cette question s’ajoute celle du sens d’un travail se réduisant souvent à des tâches liées au Web. Il faut adopter un langage spécifique à des moteurs de recherche afin d'adapter le produit à un monde virtuel dans lequel la start-up doit pouvoir se fondre le mieux possible. Où est la place de la créativité ?

La description de l’alliance d’un management du vide et sa novlangue finit de nous convaincre (ou de nous achever) de l’absurdité de ce modèle.

Au-delà du témoignage drolatique, l'essai de Mathilde Ramadier possède la force de nous faire réfléchir sur le sens du travail aujourd'hui (et son organisation).

On sourit. On rit. Mais jaune.

Quand les européens découvraient l'Afrique intérieure - Olivier Grenouilleau - Tallandier

Sciences humaines - HistoireEthnologieAfriqueExploration
Olivier Grenouilleau est un éminent spécialiste de l’histoire de l’esclavage, dont chaque parution contribue toujours à un enrichissement historique. Quand les Européens découvraient l’Afrique intérieure n’échappe pas à cette exigence de qualité tant sur le plan de la recherche que sur celui de ...
Olivier Grenouilleau est un éminent spécialiste de l’histoire de l’esclavage, dont chaque parution contribue toujours à un enrichissement historique.
Quand les Européens découvraient l’Afrique intérieure n’échappe pas à cette exigence de qualité tant sur le plan de la recherche que sur celui de l’écriture.

L’auteur s’intéresse ici aux récits de voyage relatés par des explorateurs français, écossais et britanniques entre 1780 et 1830. Ces jeunes aventuriers se sont éloignés des côtes pour plonger dans l’inconnu territoire africain subsaharien.
A la manière des anthropologues, ils décrivent, avec étonnement davantage que de jugement, les paysages et les peuples (qu’ils nomment « les naturels ») rencontrés.
En ce début de XIXe siècle, l’Afrique attire et fascine. Elle inspire la curiosité de voir le monde davantage qu’une volonté de le dominer.
Il est intéressant de remarquer la façon dont les colonisateurs s’empareront d’ailleurs de ces récits en les détournant de leur but initial. Le vocabulaire employé alors prendra une dimension péjorative. Un sentiment de supériorité remplacera l’étonnement de la découverte.

Olivier Grenouilleau nous livre ici une analyse précieuse et passionnante de ces explorations et vient nuancer la vision de l’autre au XIXe siècle.

Sciences humaines - Histoire

Chargement...