Chargement...
Chargement...

Sélection de livres

Les nouveautés de Mars

Sciences humaines - HistoireSciences HumainesHistoire
Une sélection des libraires Sciences humaines / Histoire

Dossiers

Aux livres, Citoyens !

Un nouveau cycle de rencontres à l'occasion des prochaines élections présidentielles en France

Cycle UniverSCité

Les nouvelles technologies, les technosciences, la robotique sont entrées dans notre quotidien. Les objets et personnages des romans d’anticipation d’hier, robots, cyborgs, mutants, clones, télécrans en font désormais partie. Il est urgent de s’interroger ensemble : que devient et deviendra l’hu...

Où va l’Amérique du Sud ?

Terre d'une rencontre brutale entre deux civilisations, inaugurée par l'arrivée des conquistadors, le continent latino-américain n'en reste pas moins le lieu d'une mondialisation culturelle sans équivalent.

Collection Sources Chrétiennes : à la découverte des Père...

(Re)découvrez une collection essentielle à la compréhension du monde chrétien

Coups de cœur

Bienvenue dans le nouveau monde : comment j'ai survécu à la coolitude des start-ups de Mathilde Ramadier, aux éditions Premier parallèle.

Sciences humaines - HistoireTravailInternetHumour
Qui n’a jamais rêvé de faire partie de l’aventure d’une start-up ? Qui n’a pas fantasmé sur la réussite éclair d’une entreprise fondée sur une idée brillante permettant d’accéder au sommet ?
L’exemple de Facebook et de Mark Zuckerberg est indéniablement lié à cet imaginaire commun. L’essai de Mathilde Ramadier, Bienvenue dans le nouveau monde (Comment j’ai survécu à la coolitude des start-ups) nous fait rapidement redescendre sur terre et quitter rapidement le petit nuage doré sur lequel nous étions en train de monter. Après quelques années passées au sein de telles structures, l’auteure analyse avec humour un fonctionnement faussement bienveillant.

L'emballage soigné qui convient à toute start-up qui se respecte (open space dans un loft si possible, mobilier au design suédois ou vintage, machine à café grain, fruits à volonté...) cache une réalité d'employés précaires doublée d'une hypocrisie sociale patente. En effet, s'il est de bon ton de se sourire à tout va (comme le stipule le manuel d'emploi du nouvel arrivant), il est également plus que bien vu de partager sa vie professionnelle et personnelle sur les réseaux sociaux. Le livre pose ainsi la question des limites entre vie privée et vie professionnelle.

À cette question s’ajoute celle du sens d’un travail se réduisant souvent à des tâches liées au Web. Il faut adopter un langage spécifique à des moteurs de recherche afin d'adapter le produit à un monde virtuel dans lequel la start-up doit pouvoir se fondre le mieux possible. Où est la place de la créativité ?

La description de l’alliance d’un management du vide et sa novlangue finit de nous convaincre (ou de nous achever) de l’absurdité de ce modèle.

Au-delà du témoignage drolatique, l'essai de Mathilde Ramadier possède la force de nous faire réfléchir sur le sens du travail aujourd'hui (et son organisation).

On sourit. On rit. Mais jaune.

Quand les européens découvraient l'Afrique intérieure - Olivier Grenouilleau - Tallandier

Sciences humaines - HistoireEthnologieAfriqueExploration
Olivier Grenouilleau est un éminent spécialiste de l’histoire de l’esclavage, dont chaque parution contribue toujours à un enrichissement historique. Quand les Européens découvraient l’Afrique intérieure n’échappe pas à cette exigence de qualité tant sur le plan de la recherche que sur celui de ...
Olivier Grenouilleau est un éminent spécialiste de l’histoire de l’esclavage, dont chaque parution contribue toujours à un enrichissement historique.
Quand les Européens découvraient l’Afrique intérieure n’échappe pas à cette exigence de qualité tant sur le plan de la recherche que sur celui de l’écriture.

L’auteur s’intéresse ici aux récits de voyage relatés par des explorateurs français, écossais et britanniques entre 1780 et 1830. Ces jeunes aventuriers se sont éloignés des côtes pour plonger dans l’inconnu territoire africain subsaharien.
A la manière des anthropologues, ils décrivent, avec étonnement davantage que de jugement, les paysages et les peuples (qu’ils nomment « les naturels ») rencontrés.
En ce début de XIXe siècle, l’Afrique attire et fascine. Elle inspire la curiosité de voir le monde davantage qu’une volonté de le dominer.
Il est intéressant de remarquer la façon dont les colonisateurs s’empareront d’ailleurs de ces récits en les détournant de leur but initial. Le vocabulaire employé alors prendra une dimension péjorative. Un sentiment de supériorité remplacera l’étonnement de la découverte.

Olivier Grenouilleau nous livre ici une analyse précieuse et passionnante de ces explorations et vient nuancer la vision de l’autre au XIXe siècle.

Nous, les passeurs - Marie Barraud, éditions Robert Laffont

Seconde guerre mondialeFamilleRésistanceHistoire
Remonter le fil, abattre les tabous, disloquer les verrous familiaux, voilà ce qu’entreprend dans ce livre Marie Barraud, petite fille du docteur Albert Barraud, résistant bordelais déporté au camp de Neuengamme en 1939.
En 2014, Marie Barraud atteint l’âge de 35 ans avec une sensation omniprésente de ne pas pouvoir vivre sa vie passionnément et pleinement. Quelque chose lui manque, savoir d’où elle vient, et comprendre pourquoi elle admire tant son père au point de ne pas oser lui poser des questions sur son passé. Qui était son grand-père ? Doit-elle l’aimer et honorer sa mémoire, ou se méfier quand elle devine la colère avec laquelle son père a grandit jusqu’à aujourd’hui. Marie n’ose pas bousculer ces non dits et cette obscure histoire qui hante les rapports qu’elle entretient avec les membres de sa famille. Un frère absent, un père effacé, une grand-mère à jamais endeuillée. Elle sent que ce qu’il y a derrière est lourd, pour eux et pour elle, que cette ombre qu’elle a envie d’affronter va changer à jamais leur avenir.

Un homme qui a connu son grand-père va lui apporter les réponses, le récit de « ce qui s’est réellement passé » au camp de Neuengamme. Le courage d’Albert Barraud, ses sacrifices, son espoir sans failles.
Mais le chemin de Marie ne s’arrête pas là. Il lui faudra désormais panser les blessures de sa famille grâce à ces informations qu’elle seule connaît.

Nous, les passeurs, dépasse l’anecdote historique sur le camp de Neuengamme et le naufrage du Cap Arcona le 3 Mai 1945, pour atteindre un prodigieux questionnement sur la famille, son héritage et ses douleurs. L’écriture touchante et pudique de l’auteur nous atteint au plus profond tant elle aborde une réflexion que nous menons tous à un moment de notre vie. Un grand grand coup de cœur !

Sciences humaines - Histoire

Chargement...