Chargement...
Chargement...

Affinez votre selection

Sélection de livres

Le crime n'a pas de frontières !

Romans policiersVoyageCrimeVacances
De Kuala Lumpur à Sarajevo, il y a forcément un polar qui correspond à votre destination !

Mort... de rire !

Romans policiersEnquêteDétenteHumour
Cet été, rafraîchissez-vous les neurones avec des polars mortellement drôles !

Coups de coeur

Zanzara

Romans policiersIntrigueJournalismeSuspense
On dit de certains écrivains qu'ils écrivent toujours le même livre... Ce n'est pas le cas de Paul Colize, dont le talent mutiple et varié autorise toutes les histoires !
Au fil de ses polars, votre libraire s'est promené dans la tête d'un homme cloué sur son lit d'hôpital en plongeant dans Back up (sujet a priori austère mais qui s'est avéré passionnant !), a traqué les nazis avec le palpitant et émouvant Un long moment de silence, a fait partie d'une bande de gangsters montant le braquage du siècle dans Concerto à quatre mains, s'est beaucoup amusé avec la comédie policière enlevée L'avocat, le nain et la princesse masquée, et avec ce nouvel opus, Zanzara, s'est retrouvé dans la peau de Fred, accro à l'adrénaline, travaillant à Bruxelles au Soir, journal d'info du web. Répondant à un coup de fil tardif un soir à la rédaction, notre reporter flaire le scoop.

- J'aimerais parler à un journaliste.
- Je vous écoute.
- J'ai des informations à vous communiquer.
- De quoi s'agit-il ?
- Pas par téléphone.
- Vous pouvez m'en dire plus ?
- Pas maintenant. Chez moi, demain, à la première heure. Je suis menacé, ils feront tout pour me faire taire.

Son mystérieux interlocuteur anonyme lui donne rendez-vous le lendemain. A l'arrivée, Fred trouve la porte de la maison fracturée. L'homme est assis dans un divan, la tête en arrière, la bouche grande ouverte. On pourrait croire qu'il dort, n'étaient les éclaboussures de sang noirci qui salopent le mur et le plafond. L'affaire se corse rapidement avec l'analyse du médecin légiste qui révèle que l'homme est mort depuis trois ou quatre jours. Fred s'interroge : en ce cas, qui a bien pu lui téléphoner ?

Alors que la police identifie le corps comme étant celui de Régis Bernier et que l'enquête conclue rapidement à un suicide, notre journaliste s'entête. Retraçant la piste du numéro d'appel, il s'avère que le portable utilisé est bien enregistré au nom de Bernier. Sur la scène de crime, des détails paraissent bizarres : le pistolet, malgré le recul dû au tir, a atterri bien loin de la victime... Sur le bureau se trouvent un écran, un clavier, une imprimante, une station d'accueil, mais l'ordi s'est envolé...

A l'instar du protagoniste enquêteur, votre libraire est allé de surprise en surprise, captivé par un scénario parfaitement huilé - car c'est là la grande force de l'auteur dans chacun de ses titres : des rebondissements savamment dosés, un dénouement impeccable, et des personnages bien campés. Ainsi, dans les interstices de l'intrigue se glissent les failles des uns et des autres, en particulier celles de Fred, qui a frôlé la mort à plusieurs reprises et qui carbure au danger au péril de sa vie en hommage à un fantôme qui le hante et qui lui avait donné le surnom de Zanzara (savez-vous ce qu'est un zanzara ? Un dictionnaire italien vous donnera la solution du titre), Fred et sa vie amoureuse (ah, Eloïse, la bombe de la team, ah, Camille la libraire, mais femme mariée), d'où des épisodes plein d'humour et des dialogues savoureux.

Le polar de l'été

Romans policiersHumour noirétéVacances
Quel polar idéal amener en vacances ? Ce livre existe bel et bien, il s’intitule justement LE POLAR DE L’ETE ! Son auteur, Luc Chomarat, s’est distingué l’an dernier en remportant le Grand Prix de littérature policière avec UN TROU DANS LA TOILE (Rivages), satire décapante sur l’hyperconnexion de...
En panne d’inspiration pour son nouveau roman, un ancien publicitaire passe d’ennuyeuses vacances sur l’île de Ré avec sa famille et des amis qui lui donnent l’impression de vivre dans un film de Claude Sautet et le narguent avec leurs lectures en vogue : Douglas Kennedy, Jo Nesbo, Michael Connelly… des pointures avec lesquelles le narrateur se sent incapable de rivaliser. Comment produire « le polar de l’été », ce best-seller que tous lisent alanguis sur la plage, dont tout le monde parle ? Il se souvient alors de « Pas de vacances pour les durs » d’un certain Paul Terreneuve, livre enfermé à double tour dans l’armoire de l’immense bibliothèque de son défunt père, à cause de sa couverture ornée d’une jolie fille. Remettre la main sur ce polar hard-boiled typique des années 60 et que tout le monde semble avoir oublié afin de le plagier tourne alors rapidement à l’obsession pour notre écrivain en mal d’amour et de reconnaissance qui se lance sur la piste de suspects farceurs qui auraient hérité de ce maudit livre.
Tout d’abord agacé puis amusé par les tribulations de notre antihéros, le lecteur se régale de sa quête rocambolesque qui l’oblige à un retour aux origines qui recèle bien des fausses pistes et des surprises bouleversantes. Suspense, aventures, émotions, clins d’œil multiples à la littérature de genre, érotisme et humour décapant, n’est-ce pas le cocktail parfait pour un été réussi ? Et si vous passez vos vacances dans la région, ne manquez pas de rencontrer Luc Chomarat au salon littéraire annuel « Les plumes de l’Herbe » : rendez-vous le vendredi 21 juillet de 18h à 21h à l’Hôtel de la plage au Cap-Ferret !

Un silence de mort

Romans policiersEnquêtePolarAfrique du Sud
L'Afrique du Sud n'est pas une destination de tout repos - le lecteur aguerri des polars de Deon Meyer, Roger Smith, Wessel Ebersohn, Michèle Rowe, voire le terrible « Zulu », écrit par notre français bourlingueur Caryl Férey, le sait bien... Dans la même veine, les éditions du Masque ont l'exce...
Le livre s'ouvre sur la description d'une scène de crime – ça commence fort, s'est dit votre libraire :

Deux corps, des Blancs, sans doute des adolescents. Il semblerait qu'ils aient été abattus, probablement au cours des quarante-huit dernières heures. Un chien les a trouvés au fond de la benne à ordures, en face des cuisines, à l'arrière... Au milieu des cartons et des emballages en plastique, les deux cadavres gisent nus, désarticulés et enveloppés dans des bâches transparentes. Mises à part les taches rouge sang, les corps paraissent très blancs, très maigres.

L'autopsie pratiquée sur les corps, curieusement émaciés, révèle des symptômes de malnutrition, l'analyse des restes du dernier repas dans leur estomac indique qu'ils ont mangé les mêmes aliments, leur musculature est bizarrement faible comme s'ils avaient manqué d'exercice, l'état de leur dentition est déplorable, ils portent des signes d'abus sexuels fréquents et nombreux... Selon le colonel (blanc) et son adjudant, Don February (officier noir) – on en saura plus au fil du récit sur leurs relations et sur le fonctionnement de la police du pays, sur fond de tensions politiques et raciales - l'hypothèse la plus vraisemblable suggère que les deux jeunes ont été élevés ensemble, dans les mêmes conditions, et privés de liberté depuis longtemps – reste à savoir où, pourquoi, comment : une prison ? Un centre éducatif fermé ? Une séquestration ? Soudain de Vries se liquéfie, il a reconnu le visage d'un des garçons, qui le ramène 7 ans en arrière : trois écoliers enlevés, en plein jour, à quelques heures d'intervalle. On ne les a jamais revus... L'affaire, impossible à résoudre, a hanté les nuits du colonel.

Ce début haletant augure de multiples péripéties, dans une construction alternant le présent de l'enquête et les ombres douloureuses du passé qui remontent à la surface. L'auteur tient son intrigue de main de maître et votre libraire s'est fait mener en bateau jusque dans les dernières pages, la vérité surgit au détour, là où on ne l'attend pas...

Sharko - Franck Thilliez

ThrillerEnquêteRoman noir
Pour le dernier Mollat Polar avant l’été, rendez-vous samedi 17 juin avec un invité de choix et à un horaire exceptionnel : à 14 h, nous aurons le plaisir de recevoir Franck Thilliez autour de « Sharko » paru aux éditions Fleuve Noir. La rencontre se déroulera Station Ausone et sera suivie d’une ...
Chaque prologue de ses romans donne le ton : ici, à l’Océanopolis de Brest, les visiteurs se pressent au milieu d’immenses aquariums renfermant des requins. Lorsqu’un employé du centre plonge parmi les squales pour s’occuper de l’entretien des bassins, chacun retient son souffle, captivé par le spectacle du face-à-face de l’homme avec l’animal. Quand l’homme grenouille se saisit brusquement d’un couteau qu’il dissimulait et s’entaille la main en gardant un calme imperturbable, l’odeur du sang laisse présager le pire avec ces prédateurs. La frayeur saisit bientôt les spectateurs qui pensent inévitablement à une scène des « Dents de la mer » : suicide ? coup de folie ? On peut se douter à juste titre avec cet orfèvre du suspense que l’hallucinante vérité ne se dévoilera que bien plus loin, au prix d’autres vertigineux rebondissements.

Quel lien cet horrible fait divers possède-t-il avec l’enquête de Franck Sharko et Lucie Hennebelle, le célèbre duo et couple de flics du 36 quai des Orfèvres qui fait le succès de leur auteur ? Alors que Franck s’acharne à protéger un secret terrible qui pourrait mettre en péril sa famille, il doit également arrêter le monstre responsable de la mort de 13 personnes retrouvées vidées de leur sang, cet « or rouge » fascinant symbole de vie et de mort. Le cauchemar ne fait que commencer et nous plonge, avec la rigueur scientifique et la curiosité habituelle du romancier, dans le milieu des sectes satanistes, mais aussi dans l’univers de l’art transgressif (bio-art, body-art), à la rencontre des tribus de Papouasie-Nouvelle-Guinée dans les années 50, ou encore à la découverte de scandaleux centres de transfusion à la frontière mexicaine ainsi que dans les coulisses de l’Institut Français du sang en plein cœur de Paris.

Ce sixième titre de la série – qui peut être lu indépendamment bien que votre libraire vous conseille de commencer idéalement par Le Syndrome [E] puis d’enchaîner avec Gataca, Atomka, Angor, Pandemia, tous parus chez Pocket – explore plus avant les méandres psychologiques de la peur, cet instinct primitif et vital qui s’empare de chaque lecteur suspendu au destin des héros.

Frissons garantis cet été avec le maître français du thriller à retrouver samedi prochain dès 14h Station Ausone !

Romans policiers

Chargement...