Max-Pol Fouchet, le feu la flamme




Contient une vidéo

Max-Pol Fouchet, le feu la flamme
une rencontre

Adeline Baldacchino

Éditeur : Michalon Tous les livres chez l'éditeur Michalon , Paris, Paris

Description : 285 pages; (20 x 13 cm)

EAN13 : 9782841867202


Résumé

Poète, romancier, essayiste, critique littéraire et musical, historien de l'art, homme de radio et de télévision, ethnologue, Max-Pol Fouchet vécut en Algérie de 1923 à 1945 où il publia ses premiers recueils de poèmes avant de fonder la revue«Fontaine»en 1939 à Alger. Cet ouvrage raconte sa vie et son parcours.

Quatrième de couverture

Poète, romancier, essayiste, critique littéraire et musical, historien d'art, homme de radio et de télévision, Max-Pol Fouchet est baptisé sur un voilier nommé Liberté en 1913 et restera toute sa vie fidèle à ce présage. En Algérie, où il vit de 1923 à 1945, il a pour ami de jeunesse Camus. Ensemble, ils ont rêvé d'écrire et de changer le monde, avant de se séparer définitivement pour cause de rivalité amoureuse. Max-Pol Fouchet fonde en 1939 la revue Fontaine, qui devient l'un des principaux organes de la résistance littéraire et intellectuelle de la France libre. Au sortir de la Seconde Guerre mondiale, il entame une nouvelle vie de voyageur et d'homme de communication, professeur d'enthousiasme et humaniste touche-à-tout. Sa grande popularité lui vient notamment de la télévision pour laquelle il participe aux célèbres Lectures pour tous et crée des émissions comme Le Fil de la vie ou encore Terre des arts... Cent ans après la naissance de Max-Pol, un peu plus de trente ans après sa disparition en 1980, Adeline Baldacchino nous propose un portrait en forme de quête et s'interroge sur les ressorts de la mémoire et de l'écriture : «Il ne s'agit pas de poursuivre un homme, ou une oeuvre, mais de retrouver une trace, pour inventer la mienne.» Un ouvrage audacieux, à mi-chemin entre la biographie et «l'évocation littéraire».

 

Thématique : Littérature - Linguistique et critique littéraire - Monographies, auteurs


Éditeur : Michalon , Paris


Collection : Non précisé


Reliure : Non précisé


Description : 285 pages; (20 x 13 cm)


ISBN : 978-2-84186-720-2


EAN13 : 9782841867202

Adeline Baldacchino - Max-Pol Fouchet, le feu la flamme, une rencontre

Adeline Baldacchino vous présente son ouvrage "Max-Pol Fouchet, le feu la flamme, une rencontre" aux éditions Michalon.

Extrait du livre

Prélude C'était l'été. Un homme quelle aimait s'était éteint, quelque part sur le bord d'une route du Sud, des années plus tôt. De cet homme, il restait quelques images (si peu), la passion éperdue des mots, mêlée à la conviction que l'amour n'avait pas à s'expliquer ni à rendre des comptes, et un étrange besoin de vivre malgré tout. Elle marchait le long des remparts médiévaux de Vézelay, se demandant ce qu'un autre homme, disparu trente ans plus tôt, celui-là, qui s'appelait Max-Pol Fouchet, pouvait bien faire dans sa vie. Ce n'était pas très clair, mais c'était de moins en moins obscur chaque jour. Elle était aussi agnostique que Max-Pol, mais elle venait d'allumer une bougie à leur mémoire dans la nef de la basilique. Quelque chose en fait les reliait, à travers cette lumière déclinant sur le vieux cimetière du village où un chat nommé Loulou ronronnait dans une bâtisse de pierre. L'homme qu'elle avait aimé, nul poème ne le lui rendrait. Cela, elle l'avait immédiatement compris : elle avait vingt ans, ce jour d'août, quand tout son corps affolé, replié sur la douleur, avait tenté de déchirer la matière même du temps pour effacer l'insupportable absence. Il avait alors fallu réapprivoiser la vie. Sur ce chemin de soif et d'indifférence, elle avait retrouvé cet autre homme dont elle avait souvent parlé avec celui qu'elle avait aimé. Cet autre, écrivain, journaliste, critique d'art, surtout poète au fond, se nommait Max-Pol Fouchet. Elle avait cherché des raisons de vivre et, sur sa route, il y avait cet homme. Elle s'y était accrochée comme à une bouée dans le noir, faite pour rebondir sur les vagues. Elle s'était dit que, peut-être, il la sauverait. Elle avait travaillé sur un projet de revue consacrée à la dimension poétique de l'oeuvre de Fouchet. Elle avait inventé une éphémère revue parlante. Elle avait voyagé, comme on fuit, comme on frémit, comme on renaît de frémir. Elle avait laissé parler la mer. Elle avait passé bien des concours. Elle avait porté bien des masques. Dix ans plus tard, elle ne savait plus très bien ce qui l'avait sauvée, et sans doute était-ce plus l'amour d'un ou deux êtres penchés sur son épaule que l'ombre d'un écrivain disparu, mais elle sentait qu'il était temps de revenir aux mots qu'on forge dans la nuit pour les sortir de soi, les donner aux autres. Ce temps, elle l'avait : c'est le désir qui lui avait longtemps manqué. Puis, un soir d'automne à Paris, après une longue conversation sur de tout autres sujets avec un homme quelle risquait d'aimer (il avait été question de photographie, d'Arturo Pérez-Reverte, de Truffaut et de Léo McCarey réalisant Elle et Lui, de la chaconne pour violon de Bach, de Léonard Bernstein et de Venise), le désir, étrange compagnon perdu, le désir avait resurgi. Comme pour marquer le temps de tenter le retour à la parole. Temps de retrouver la trace, et de comprendre à quoi pouvait bien servir cette encre noire posée sur des pages blanches. Temps de raconter, pour tromper l'oubli. (...)

Informations relatives à votre commande Mollat :

Format papier

Prix : 18,00 €

Expédié en 2 à 7 jours

Ajout
panier
OU Achat
immédiat

Format numérique

epub - 13,99 €

Protection : Adobe DRM

Acheter en numérique

Besoin d'aide pour télécharger votre livre numérique

À voir