L'an prochain à Grenade




Contient une vidéo

L'an prochain à Grenade

Gérard de Cortanze

Éditeur : Albin Michel Tous les livres chez l'éditeur Albin Michel , Paris, Paris

Description : 421 pages; (22 x 15 cm)

EAN13 : 9782226254245


Résumé

31 décembre 1066 à Grenade : 5.000 Juifs sont massacrés en une nuit par une foule musulmane en furie. Samuel Ibn Kaprun, chef des armées du vizir, Premier ministre, grand poète, fait partie des morts. Sa fille Gâlâh et Halim, son amant musulman, échappent à la tuerie. Mémoire vivante de son peuple, Gâlâh traverse les siècles, de Séville à Lisbonne, de Treblinka à Sarajevo. Prix Méditerranée 2014. ©Electre 2014

Quatrième de couverture

Grenade, 31 décembre 1066 : cinq mille Juifs sont massacrés en une nuit. Échappent à la tuerie la jeune Gâlâh et Halim, son ami. Mémoire vivante de son peuple, Gâlâh traverse les siècles. On la retrouve à Séville, à Tolède, à Lisbonne, à Oran, à Constantinople, à Venise, à Haarlem, à Treblinka, à Sarajevo, à New York, à Grenade à nouveau, à Paris enfin, devant une école, un matin de septembre où un tueur l'attend. Grand roman d'amour entre une jeune fille juive et un poète musulman, L'An prochain à Grenade est aussi un roman épique au souffle puissant, traversé par les guerres et les pogroms. Un roman politique, car la nuit noire de 1 066 résonne d'échos étrangement actuels. Un conte philosophique enfin, sur la naissance du mal et la persistance de la haine. En dénonçant les horreurs de la guerre, Gérard de Cortanze, Prix Renaudot 2002 pour Assam, nous offre une magnifique méditation sur un monde où les mots de fraternité et de tolérance semblent avoir perdu tout sens.

 

Thématique : Littérature - Littérature romanesque - Romans historiques


Éditeur : Albin Michel , Paris


Collection : Non précisé


Reliure : Non précisé


Description : 421 pages; (22 x 15 cm)


ISBN : 978-2-226-25424-5


EAN13 : 9782226254245

Gérard de Cortanze - L'an prochain à Grenade

Gérard de Cortanze vous présente son ouvrage "L'an prochain à Grenade" Albin Michel.
Rentrée littéraire janvier 2014.

Extrait du livre

1 Une vapeur blanche monte des arbres. Le soleil voyage lentement au-dessus de la brume et entame sa disparition. Un froid épais étouffe tout. La nuit commence à éclairer d'une teinte grisâtre les objets devenus à peine visibles, les parapets, les retranchements, les rives, le sol pierreux, les palissades. Droit devant : la vega de Grenade, couverte d'oliviers, de figuiers, de vignes, que des commerçants exportent dit-on à Bagdad et à Alexandrie, jusqu'aux Indes et en Chine. Sur la droite : la Fontaine des Pins - l'été, elle se couvre de grenadiers, de palmiers, de myrtes, de toutes sortes de fleurs. Sur la gauche, ceinturés sur leurs flancs d'amandiers et d'orangers, teintés du sang du crépuscule, les sommets neigeux de la Sierra Nevada, qui brillent comme de l'argent. Sur le pont qui enjambe le Darro, un homme guide sa mule, les paniers remplis de neige et de glace, et s'approche de la haute muraille de terre rouge. Un vent glacé souffle. Bientôt le contraste entre l'ombre et la clarté disparaît. Le bleu sombre et le violet s'installent. Les couleurs s'effacent. La plaine est depuis longtemps dans l'obscurité. Puis c'est au tour de la lumière, réfugiée vers les hautes cimes, de disparaître à son tour. En ce moment fugace où s'enfuit le soleil, un jour nouveau commence. Le commencement du jour coïncide avec le commencement de la nuit. C'est tout cela que voit Gâlâh, une jeune Juive de quatorze ans qui vit à Grenade, en cet automne 1066. 2 Rassemblés autour du palais-forteresse de l'alcazaba, trois quartiers, trois peuples, trois religions : Grenade est une ville à trois visages. Le premier quartier, ceint de murailles et de tours, est le lieu du pouvoir administratif et militaire ; la Puerta Monaita le ferme et la Calle del Perro le traverse. Le second, autour de la mezquita, est celui du commerce et des marchés ; y donne accès la Puerta de Elvira ; le coupe en deux parts égales la Calle de la Lona. Le troisième est celui de la Cauracha ; la Calle de la Cuesta lui permet de relier le Darro au Genil, les deux fleuves de Grenade. Si les Berbères, qui ont envahi l'Andalousie au VIIIe siècle, détiennent les clefs de la ville, les Arabes y sont aussi en nombre, eux qui ont attiré dans leur sillage Syriens et Égyptiens, Mésopotamiens et Persans. Quant aux Espagnols, ils forment le troisième peuple présent en cette ville qu'on dit bâtie sur trois collines surmontées de trois tours vermeilles. Grenade vit au rythme des mosquées, des églises et des synagogues, et compte trente mille habitants dont vingt mille Juifs qui en constituent la population majoritaire. Grenade, c'est Gamata al-Jawud, Grenade la Juive. Artistes, poètes, théologiens y coudoient guerriers, aristocrates, politiques et commerçants. En cet automne 1066, chaque religion célèbre ses fêtes. Les chrétiens s'apprêtent à honorer leurs morts et les mérites de tous leurs saints à la fois, lors de la Toussaint. Les musulmans ont marqué la rupture du jeûne en célébrant l'Aïd al-Fitr ; ils ont mangé des mets suaves et bu des boissons non alcoolisées dans les maisons et les mosquées, les enfants ont reçu bonbons et sucreries, membres d'une même famille et amis ont échangé des cadeaux. Quant aux Juifs, ils se préparent à fêter Roch Hachana, le jour de l'An nouveau, le jour qui marque l'anniversaire de la création du monde, un jour grave et solennel, le «jour du Souvenir de la sonnerie».

Informations relatives à votre commande Mollat :

Format papier

Prix : 22,50 €

Expédié en 2 à 7 jours

Ajout
panier
OU Achat
immédiat

Format numérique

epub - 15,99 €

Protection : Adobe DRM

Acheter en numérique

Besoin d'aide pour télécharger votre livre numérique

À voir