L'honorable société
Contient une vidéo

L'honorable société

Dominique Manotti, DOA

Éditeur : Gallimard Tous les livres chez l'éditeur Gallimard , Paris, Paris

Collection : Série noire Tous les livres dans la collection Série noire

Description : 329 pages; (23 x 16 cm)

EAN13 : 9782070126224


Résumé

La France est à la veille de l'élection présidentielle et tous les commentateurs politiques parient sur une nouvelle donne, une rupture. A Paris, deux hommes encagoulés pénètrent dans un appartement du 16e arrondissement manifestement pour y dérober un ordinateur. Le propriétaire des lieux rentre plus tôt que prévu et meurt après une courte lutte. Une enquête débute.

Quatrième de couverture

L'honorable société Roman noir Prenez un homicide, par exemple celui d'un employé du Commissariat à l'énergie atomique - et quel employé ! -, ajoutez un groupuscule écoterroriste, des agents troubles, une femme trahie, un père inquiet pour sa fille unique, des policiers du Quai des Orfèvres, une grande patronne, des journalistes, des politiciens en campagne - tout cela se passe entre les deux tours de l'élection présidentielle -, l'avenir stratégique et financier de l'industrie nucléaire française, Dominique Manotti et DOA, et vous obtenez une véritable affaire d'État... Ou presque. Comme toujours, toute ressemblance avec des personnes existant ou ayant existé est évidemment fortuite.

 

Thématique : Polar, SF - Polar - Romans policiers


Éditeur : Gallimard , Paris


Collection : Série noire


Reliure : Non précisé


Description : 329 pages; (23 x 16 cm)


ISBN : 978-2-07-012622-4


EAN13 : 9782070126224

Il y a quelque chose de pourri dans ce monde...
Dans le cadre du centenaire de Gallimard, le polar français fut mis à l'honneur à la librairie Mollat avec la venue de Dominique Manotti et de DOA.

Retour son sur une rencontre qui tint toutes ses promesses !

Elle : Dominique MANOTTI
68 ans – agrégée d'Histoire – spécialiste de l'histoire économique du XIXème siècle – universitaire – enseignante – militante politique et engagée – syndicaliste de longue date à la CFDT...

Elle fait une entrée remarquée dans le polar en 1995 avec son premier livre, Sombre Sentier, qui reçoit le Prix Sang d'Encre, récompensant le meilleur roman policier de l'année. Y résonne la réalité brutale et contrastée du quartier du Sentier, situé au cœur de Paris, avec ses ateliers de confection et ses travailleurs clandestins. L'auteur sait de quoi elle parle : elle était sur le terrain en 1980, à leurs côtés, syndicaliste active luttant en faveur de leur régularisation. Où l'on fait connaissance avec le commissaire Théo Daquin, flic homosexuel, qui enquête sur le meurtre d'une jeune prostituée thaïlandaise – les ramifications de l'intrigue vont s'étendre sur fond de trafic de drogue et de corruption. La «trilogie Daquin» se complète avec deux autres livres, que l'auteur n'avait pas prévus au départ : A nos chevaux (1997), plongée dans la spéculation immobilière, et Kop (1998) ou les dessous du ballon rond - la passe se joue entre fric et politique.
Les livres se suivent, creusant le sillon amorcé, dénonçant dérives sociales, politiques, économiques... Ainsi, Nos fantastiques années fric (2001), Prix du roman noir au festival de Cognac et Prix Mystère de la Critique, épingle le cynisme du commerce des armes. Le cinéaste Éric Valette le porte fidèlement à l'écran huit ans plus tard sous le titre Une affaire d'État, avec dans les rôles titres André Dussolier, impressionnant en politicien pourri, Rachida Brakni en flic pugnace, Thierry Frémont en homme de mains sans pitié, à la gâchette facile et Christine Boisson en mère maquerelle.
Changement de décor et de temps avec Le Corps noir (2004) – allusion à la S.S. Allemande - puisque l'action se situe en 1944, dans le contexte des deux derniers mois avant la fin de l'Occupation, certains sentent tourner le vent, tandis que d'autres ne voient pas arriver la débâcle...
Lorraine Connection (2006) s'inspire de la privatisation de Thomson, qui voit s'affronter deux groupes financiers Alcatel et Matra allié au coréen Daewoo dans une valse à rebondissements qui vire à la farce politique. Deux récompenses encensent ce nouvel opus : le Prix Mystère de la critique et, distinction rarement accordée à des auteurs français, le Duncan Lawrie international Dagger décerné par la Grande-Bretagne. Dernier titre en date, Bien connu des services de police (2010) nous donne à vivre le quotidien d'un commissariat en banlieue parisienne à travers différents portraits de flics – une radiographie au constat implacable.


Lui : DOA
42 ans - créateur de jeux vidéos – scénariste – s'il a choisi d'écrire sous le pseudonyme de DOA c'est, dit-il, « parce que mon vrai nom n'intéresse que moi. Et puis cela veut dire Dead On Arrival, c'est un terme de médecine légale US, ça colle avec mon genre littéraire ». Romancier de son temps, il aime le cinéma, la bande dessinée, l'informatique, la musique électronique...

Ses deux premiers livres paraissent aux éditions Fleuve noir en 2004 : Les Fous d'avril, thriller mâtiné de science-fiction dont l'action se passe en 2029 et met en scène un « cyber tueur » infiltré dans un réseau informatique, et La Ligne de sang, pavé onirique et halluciné - lent glissement vers l'horreur, entre coma et cauchemar. Qui imaginerait le monstre caché derrière les apparences d'un homme discret, à l'abri des regards, par exemple dans les profondeurs d'une cave ?... A noter que les éditions originales de ces deux titres sont introuvables en librairie, car épuisés. En 2010, la collection de poche Folio accueille à son catalogue La Ligne de sang dans une nouvelle édition revue par l'auteur. Pour la petite histoire, il se murmure que DOA ne tient pas à ce que soit réédité Les Fous d'avril, à moins de le réécrire un jour complètement...
Son troisième livre, Citoyens clandestins, imposant volume de 700 pages, au sujet ambitieux, reçoit en 2007 le Grand Prix de littérature policière. Pour reprendre les termes d'Aurélien Masson, éditeur à la Série Noire, “ce roman choral est une odyssée vertigineuse et sanglante qui vous mettra tour à tour dans la peau d'un infiltré, d'une jeune journaliste idéaliste et d'un homme de main exécutant des basses œuvres de la politique française. Dans cette plongée au coeur de l'infiltration de cellules islamistes et terroristes par des agents des services secrets de l'Etat français, le lecteur ne cesse d'osciller entre la réalité et la fiction pure, un peu à la manière d'un James Ellroy dans American Tabloïd.
Son roman suivant, Le Serpent aux mille coupures (qui emprunte son titre au lengt'che, châtiment chinois réservé aux traîtres) contraste par son format court et sa sècheresse. Glissez dans un shaker les habitants racistes d'un village du Tarn-et-Garonne, des trafiquants de coke, un motard en cavale, une famille séquestrée, et agitez le tout, le mélange est détonnant.


Elle et lui : Dominique MANOTTI et DOA
Ils se réclament tous deux de James Ellroy. DOA le cite comme un de ses modèles littéraires. Quant à Dominique Manotti, c'est après avoir lu L.A Confidential du même Ellroy - un choc ! - qu'elle décide de se mettre à écrire des polars. Comme le maître du roman noir américain, ils puisent leur matière dans l'infinie palette de la saloperie humaine : corruption, politique, pouvoir, argent sale, drogue, affaires d'état, etc... Il fallait donc bien qu'un jour ces deux-là, aux préoccupations communes, se rencontrent.

C'est chose faite avec ce livre écrit à quatre mains, qui paraît à la Série Noire, L'Honorable société – titre ironique prêtant à sourire car le lecteur averti ne saurait tomber dans le panneau, il va de soi que les apparences vont recouvrir une autre réalité, douteuse celle-là... Le livre s'ouvre sur un groupe de militants écolos en pleine opération de piratage de l'ordinateur d'un nommé Soubise, ingénieur commercial EGT, Électricité Générale Technique, sous-traitant d'EDF et d'Areva, groupe nucléaire. Mais les événements vont prendre un tour imprévu : à travers la caméra infiltrée, les jeunes écologistes assistent en direct au meurtre de Soubise, agressé à son domicile ! Craignant d'être impliqués, les pirates s'empressent de prendre la fuite... Plus tard dans la soirée, sa compagne inquiète découvre le corps de Soubise et prévient la police. Elle tombe des nues en apprenant que celui-ci n'est pas l'ingénieur qu'il prétendait être mais un ancien flic chargé de la sécurité du CEA, organisme contrôlant toute la filiale nucléaire française. Qui avait intérêt à vouloir sa mort ? Dans le même temps, Pierre Guérin, actuel ministre de l'économie et des finances et candidat aux élections pour la majorité présidentielle, dans un revirement soudain, annonce à la radio qu'il se déclare favorable au réacteur nucléaire. Où l'on sent poindre l'indémodable rengaine qui fait rimer politique avec intérêts financiers...

Mais chut ! N'en disons pas plus, et réécoutons cette passionnante rencontre, animée par Bernard Daguerre (grand polardeux devant L'Éternel) qui tint toutes ses promesses !

Voici aussi une mini-interview de Dominique Manotti que nos libraires ont filmée à l'occasion du Quai du Polar 2011 :



Dominique Manotti et Doa
L'honorable société, aux éditions Gallimard

Au « 91 », rue Porte-Dijeaux


La France est à la veille des présidentielles et tous les commentateurs politiques parient sur une nouvelle donne, une rupture. A Paris, deux hommes encagoulés pénètrent dans un appartement du 16e arrondissement manifestement pour y dérober un ordinateur. Le propriétaire des lieux rentre plus tôt que prévu et meurt après une courte lutte. Une enquête débute...


Historienne de formation, Dominique Manotti a un long passé de militante au sein de divers mouvements et syndicats. Elle publie son premier roman, Sombre sentier, en 1995. Nos fantastiques années fric a été adapté au cinéma en 2009 sous le titre Une affaire d'État. Son dernier roman, Bien connu des services de police, a paru dans la Série Noire en 2010.

DOA (Dead On Arrival) est romancier et scénariste. Il est l'auteur de La ligne de sang, des Fous d'avril (prix des Lecteurs Quais du Polar en 2005), mais aussi de Citoyens clandestins (Grand Prix de littérature policière 2007) et du Serpent aux mille coupures (2009), tous deux publiés dans la Série Noire. Lecteur compulsif sur le tard, il aime le cinéma, la BD, David Bowie, la musique électronique et apprécie également la cuisine, les bons vins, le Laphroaig et les Gran Panatelas.

Dominique Manotti et DOA - L'honorable société

A l'occasion du Quai du Polar qui s'est déroulé du 25 au 27 mars 2011 à Lyon, Dominique Manotti vous présente son ouvrage "L'honorable société" co-écrit avec DOA, aux éditions Gallimard série noire.

Informations relatives à votre commande Mollat :

Format papier

Prix : 18,30 €

Expédié en 2 à 7 jours

Ajout
panier
OU Achat
immédiat

A écouter dans

Rencontre à venir

Les 100 ans du Quai des Orfèvres

Landru, la bande à Bonnot, le docteur Petiot, Mesrine, Guy Georges… Tant de noms qui ont défrayé la chronique d'une adresse qui fête tout juste ses 100 ans. Plus connue sous son chiffre «36 », la brigade criminelle de Paris effraie autant les meurtriers qu'elle inspire les écrivains...

Lire la suite

Rencontre à venir

Rétrospective des Polars récompensés en 2011

En attendant la déferlante des nouveautés, voici un petit bilan des prix polars 2011 !

De quoi vous donner envie de lire ou de relire the best of récompensé de l'année qui vient de s'écouler…

Lire la suite

A écouter dans

À voir