Mes cendriers
Contient une vidéo

Mes cendriers

Florence Delay

Éditeur : Gallimard Tous les livres chez l'éditeur Gallimard , Paris, Paris

Collection : Blanche Tous les livres dans la collection Blanche

Description : 132 pages; (21 x 14 cm)

EAN13 : 9782070125210


Résumé

Les dizaines de cendriers qui peuplent les trois maisons de F. Delay réveillent ses souvenirs. Elle dresse son autoportrait et évoque successivement sa famille, le Pays basque, l'Espagne, son compagnon, ses amis, etc.

Quatrième de couverture

Mes cendriers Ode à la tabagie ou élégie aux cendres ? Portrait du temps qui fuit, qui part en fumée ? Mes cendriers est un livre inclassable, catalogue provocant de vertus et de vices, autoportrait où les cendriers servent de miroir.

 

Thématique : Littérature - Littérature française - Littérature française


Éditeur : Gallimard , Paris


Collection : Blanche


Reliure : Non précisé


Description : 132 pages; (21 x 14 cm)


ISBN : 978-2-07-012521-0


EAN13 : 9782070125210

Mes cendriers - Florence Delay


Florence Delay
Mes cendriers aux éditions Gallimard

A travers les dizaines et dizaines de cendriers qui peuplent ses trois maisons, Florence Delay réussi la prouesse de faire son autoportrait. Tel cendrier lui rappelle l'Espagne et elle convoque les toreros, Séville, les grands poètes qu'elle a traduits, etc. Tel autre, son père, le docteur Delay, et c'est la psychiatrie ou le pays Basque qui resurgissent… Et c'est ainsi qu'à force de descriptions impossibles, de souvenirs apparemment désordonnés nous apparaissent de plus en plus précisément les traits de l'auteur de ce traité loufoque sur les cendriers.

Mais ce livre ne serait qu'un jeu oulipien de plus si ces cendriers ne servaient de prétexte à Florence Delay pour parler de choses intimes rarement évoquées dans son œuvre : son compagnon, ses amis, ses élèves, et surtout de la proximité entre la vie et la mort. Car l'auteur sait bien qu'elle fait l'apologie d'un poison. Que l'amour, l'amitié, la jouissance comme la poésie se heurtent à la mort. Évoquer la fumée, la cigarette et les cendres, c'est évoquer le risque de mourir, la frontière mince qui existe entre la vie et la mort. Toute la finesse de son livre est là, dans ce savant mélange du discours de l'ode et de celui de l'élégie.

Plein de traits d'esprits, d'autodérision, piquant et archi-cultivé, Mes cendriers est un livre d'esthète, parfois même un peu dandy. Sa lecture procure en tout cas un immense plaisir. Il aurait pu s'appeler, à la suite de tant d'autres : « Portrait de l'artiste en cendrier ». Il se nomme tout simplement Mes cendriers — et ce possessif rend bien ce brin de provocation et d'air de défi qui le traverse d'un bout à l'autre.

Photographie : © Hélie-Gallimard

Informations relatives à votre commande Mollat :