Biogée

Biogée
mer et fleuve, terre et monts, trois volcans, vents et météores, faune et flore, rencontres, amours

Michel Serres

Éditeur : Editions Dialogues Tous les livres chez l'éditeur Editions Dialogues , Brest (Finistère), Brest (Finistère)
le Pommier Tous les livres chez l'éditeur le Pommier , Paris, Paris

Collection : Littératures Tous les livres dans la collection Littératures

Description : 201 pages; (21 x 14 cm)

EAN13 : 9782918135043


Résumé

M. Serres convoque le récit, l'évocation poétique ou musicale, les raisons scientifiques et la méditation propre à la philosophie en une mosaïque la plus proche possible de l'expérience positive de la vie.

Quatrième de couverture

Comment les marins se sauvent-ils des tempêtes ? Et les mariniers des inondations ? Comment les montagnards se tirent-ils des crevasses ? Et les gardiens de phare d'un envahissement de rats ? Comment les savants négocient-ils le feu et les bombes des volcans ? Que disent la brise, les fleuves turbulents, le grand hurlement des loups et le silence des microbes qui foisonnent ? Pour faire entendre le bruit de fond du monde et la voix des vivants, j'ai appelé à l'aide le récit de la nouvelle, l'évocation poétique ou musicale, les raisons scientifiques et la méditation propre à la philosophie... en une mosaïque la plus proche possible de l'expérience positive de la vie.

 

Thématique : Littérature - Littérature française - Littérature française


Éditeur : Editions Dialogues , Brest (Finistère)


Collection : Littératures


Reliure : Non précisé


Description : 201 pages; (21 x 14 cm)


ISBN : 978-2-918135-04-3


EAN13 : 9782918135043

Michel Serres
Biogée, aux éditions Dialogues

CONFÉRENCE ANNULÉE

« Ce livre s'appelle Biogée. Bio veut dire la Vie et veut dire la Terre, comme dans Géographie. La Vie, on le sait, habite la Terre et la Terre se mêle à la Vie. De même, ce livre mélange des histoires, des légendes, des récits avec des paroles de philosophie.

« Biogée raconte, par exemple, comment certains marins se sauvèrent de tempêtes dramatiques, au Sud de la Crête ; comment des mariniers de Garonne se tirèrent d'énormes inondations ; comment des montagnards chanceux se sortirent de crevasses mortelles, dans les Alpes, et comment un gardien de phare italien dut affronter, du temps de la marine en bois, un envahissement de rats venus, par milliers, d'un bateau, où ils avaient déjà mangé tout l'équipage… Il relate enfin comment d'anciens savants négocièrent, en Sicile, l'éruption de l'Etna et comment tel récent chercheur évita la folie des bombes atomiques, en disparaissant de sorte que nul jamais ne le retrouva. Toutes histoires de la Biogée : des quatre éléments de la Terre, d'abord : eaux en furie, vents déchaînés, glaciers maléfiques, feux peu maîtrisables… puis, de la Vie, aussi : bêtes dont le nombre accable… Chaque personnage, ici, vit d'un métier en relation directe, quasi fusionnelle, avec la mer ou le fleuve, les voiles et l'ouragan, la roche et la neige, les fournaises ou les animaux.

« Alors, et tout à fait continûment, ce livre passe à des récits où les personnages deviennent des arbres, chênes et tilleuls, des plantes, treilles et glycine, des rivières, des chacals et même des bactéries. Que peuvent dire ces choses muettes et ces vivants aboyants, que savent-ils raconter, participent-ils à un dialogue orchestral géant où les humains ne tiendraient qu'un instrument ? Que semblent souffler la brise qui tourbillonne, les fleuves turbulents, le grand hurlement des loups et le silence des microbes qui foisonnent ? Dans quelle langue parle la Biogée ? En quelle histoire survit-elle, évolue-t-elle ? En quelles évolutions multiples et racontables plongeons-nous avec elle, dans le même temps qu'elle ?

« Peut-on vraiment dire des récits où l'héroïne, où le héros, humains, laisseraient leur place aux autres habitants de la Biogée, vivants ou inertes ? Oui, car les Fables, les Métamorphoses, où le rapport au monde se fait glissant, continu, tout aisé, où les personnages sont à la fois Fourmi et vieille ladre, Cigale et jeune guitariste écervelée, et, mieux encore, où tel amant devient chêne ou telle amoureuse tilleul, pour que, passé leur mort, ils puissent encore, quand le vent se lève, se caresser doucement de leurs branchages… participent d'une antique tradition répétée, encore aujourd'hui, avec émerveillement et gourmandise, par quelques adultes et beaucoup d'enfants. Rien de nouveau depuis Ovide ou La Fontaine ?

« Si, car il s'agit aussi de sciences nouvelles, de celles qui nous enseignent que, pieuvre ou paramécie, olivier ou porc, cèdre, vieillard cassé ou verte pucelle, nous portons tous un code lisible, le même, universel, susceptible de combinaisons, de compositions, de trouvailles créatrices et d'erreurs fatales aussi compliquées que n'importe quelle association de lettres dans une langue ou de notes dans une partition musicale. Nous savons désormais que nous jouissons d'un codage commun. Nous sommes et vivons comme le monde. Le monde communique entre soi aussi bien que nous communiquons entre nous et avec lui.
La Biogée peut désormais avoir une littérature ! Et une musique, et une poésie. Elle calcule, certes, en battant ses élements comme dans un jeu de cartes, mais elle bruit aussi en combinant ses notes : j'entends son chant choral et son orchestration ; je puis comprendre ses légendes et jouir de ses récits, composés de ses lettres ; enfin, je médite en elle et par elle. Avec le plus faste possible, ce livre célèbre une antique et fabuleuse nouveauté : tradition aveugle, enfin clarifiée ; découverte magnifique pour la vie courante et la philosophie.

« Pour faire entendre donc le bruit de fond du monde et la voix des vivants, leur accompagnement, leurs rencontres, leurs rivalités, leurs amours qui ressemblent tant aux nôtres, j'ai appelé à l'aide l'ensemble de ce que nous permettent nos codes propres : le récit de la nouvelle, l'évocation poétique ou musicale, même les jeux de mots ou de lettres, les raisons juridiques, les expériences ou démonstrations scientifiques, enfin la méditation de la philosophie… en une mosaïque la plus proche possible de la réalité que je vis.

« J'ai voulu que le livre qui porte son nom émette les mêmes bruits, rie aux même éclats, pleure les mêmes sanglots, sonne des mêmes chants, compose la même musique, dise les mêmes récits, médite à la même profondeur que la Biogée elle-même. »



Michel Serres
Vincennes, 2010

Format papier

-5%21,38 € 22,50 €

Expédié en 2 à 7 jours

(Voir conditions)

Ajout
panier
OU Achat
immédiat

Retrouver cet ouvrage dans

Michel Serres

Biogée, aux éditions Dialogues

CONFÉRENCE ANNULÉE

Lire la suite