Chargement...
Chargement...

La reine des lectrices

Auteur : Alan Bennett

Paru le : 08/01/2009
Éditeur(s) : Denoël
Série(s) : Non précisé.
Collection(s) : Et d'ailleurs
Contributeur(s) : Traducteur : Pierre Ménard

Un coup de coeur de Mollat


Personne ne me croira encore si je prétends que la lecture reste une activité subversive : dans un monde où le cynisme se taille une place débordante, où l'on ne distingue plus l'ironie de la méchanceté (et pourtant quel gouffre entre les deux!), où l'image domine outrageusement de son omniprésence nos vies quotidiennes, lire paraît un luxe bien anodin et sans danger. C'est ailleurs que l'on cherche des frissons. Beaucoup ne lisent pas et s'en sortent fort bien (disent-ils, mais on n'est pas forcé de les suivre...). A lire le dernieret court roman du célèbre Alan Bennett (très célèbre même en grande Bretagne où il est considéré comme une vedette), on serait pourtant tenté de croire le contraire : prenez un être qui n'a jamais trop lu, collez-lui un roman entre les mains et laissez agir. Avec un bon dosage, ce sera peut-être le début d'une addiction ravageuse.
Sauf que lorsque c'est  la Reine elle-même (The Queen!) qui se voit atteinte par ce mal étrange, c'est le pays tout entier qui est bousculé. Comment ! La voilà qui regarde l'heure pendant les cérémonies dont elle ne supporte plus la lenteur, qui ouvre son livre dans le carosse pour saluer ses sujets sans cesser de poursuivre l'histoire qui la passionne, qui se met à comprendre ces gens qui n'avaient aucune réalité et que les écrivains, paradoxe amusant, lui permettent de saisir enfin. Naïve mais douée d'un imperturbable bons sens elle découvre sans a priori Jean Genet qui la décoiffe, Proust qui la ravit, mais se réserve Harry Potter « pour les jours de pluie ». La voici en train de se remémorer les rencontres avec tous les grands noms de la littérature qui lui ont été présentés et auxquels elle n'a jamais rien trouvé à dire coincée dans son inculture superbe (impayables scènes où Bennett s'en donne à coeur joie sur les manies et les défauts de plumes désormais célébrissimes), en train de contredire l'étiquette, de secouer le protocole mortifère (Ciel ! La reine qui demande à ses invités leurs récentes lectures, dernière question qu'ils auraient attendue...) ou de renvoyer des officiers du palais dont elle mesure enfin les prérogatives. Bref, livre après livre, elle s'incarne et cesse peu à peu de supporter ce carcan qu'on appelle la monarchie.
Histoire d'une métamorphose, comédie élégante et cultivée, La Reine des lectrices est mieux qu'un divertissement insolent qu'on lit d'une traite sans cesser de sourire : car, à travers ce portrait d'une vieille dame, toujours trop digne, que la lecture réinvente littéralement, c'est un hommage singulier au pouvoir de la littérature que nous offre Alan Bennett, une littérature dont la subversion n'est pas toujours à chercher du côté des souterrains.


Retrouvez les libraires sur leur blog : Ces mots-là, c'est Mollat.
12,15 €
Expédié en 24/48h
Livraison à partir de 0,01 €
-5 % Retrait en magasin avec la carte Mollat
en savoir plus

Résumé

Une farce sur le pouvoir subversif de la lecture. La reine d'Angleterre se découvre par hasard un goût pour la lecture. Rien n'arrête son appétit dévorant et elle en vient à négliger ses engagements. Du valet de chambre au prince Philip, tout Buckingham grince des dents tandis que cette passion royale bouscule le protocole. ©Electre 2018

Quatrième de couverture

La Reine des lectrices Que se passerait-il outre-Manche si, par le plus grand des hasards, Sa Majesté la Reine se découvrait une passion pour la lecture ? Si, tout d'un coup, plus rien n'arrêtait son insatiable soif de livres, au point qu'elle en vienne à négliger ses engagements royaux ? C'est à cette drôle de fiction que nous invite Alan Bennett, le plus grinçant des comiques anglais. Henry James, les soeurs Brontë, le sulfureux Jean Genet et bien d'autres défilent sous l'oeil implacable d'Elizabeth, cependant que le monde empesé et so british de Buckingham Palace s'inquiète : du valet de chambre au prince Philip, d'aucuns grincent des dents tandis que la royale passion littéraire met sens dessus dessous l'implacable protocole de la maison Windsor. C'est en maître de l'humour décalé qu'Alan Bennett a concocté cette joyeuse farce qui, par-delà la drôlerie, est aussi une belle réflexion sur le pouvoir subversif de la lecture.

Contenus Mollat en relation

Dossiers

Allo lecteurs, ici Londres !

Depuis leur création en 1896 par le baron Pierre de Coubertin, c'est la troisième fois que la plus grande capitale européenne accueille les Jeux olympiques modernes. Un record logique pour un pays qui a inventé et codifié la majorité des sports que nous pratiquons aujourd'hui. Mais, parce que Londres, ce n'est pas que les J.O. (!), nos libraires vous ont préparé une sélection sans un seul livre de sport.

Articles blog Littérature-Sc.Humaines

Articles blog Littérature-Sc.Humaines

Fiche Technique

Paru le : 08/01/2009

Thématique : Littérature Anglo-Saxonne

Auteur(s) : Auteur : Alan Bennett

Éditeur(s) : Denoël

Collection(s) : Et d'ailleurs

Série(s) : Non précisé.

ISBN : 2-207-26012-7

EAN13 : 9782207260128

Format : Non précisé.

Reliure : Broché

Pages : 173

Hauteur : 18 cm / Largeur : 13 cm

Épaisseur : 1,5 cm

Poids : 170 g