Chargement...
Chargement...

Cadence

Auteur : Stéphane Velut

Paru le : 20/08/2009
Éditeur(s) : Bourgois
Série(s) : Non précisé.
Collection(s) : Non précisé.
Contributeur(s) : Non précisé.

Un coup de coeur de Mollat

Stéphane Velut, neurochirurgien, signe ici son premier roman et s'impose d'ores et déjà comme l'un des écrivains phares de cette rentrée littéraire.
Nous sommes à Munich, en 1933. Hitler vient juste d'accéder au pouvoir. S'ils ne sont pas en première ligne, les artistes ont cependant du souci à se faire. Beaucoup optent d'ailleurs pour l'exil afin de pouvoir continuer à allier créativité et liberté. Peintre de son état, le narrateur de Cadence, le premier roman de Stéphane Velut, choisit pour sa part de rester en Allemagne. Après tout, ses principes sont malléables. Le Führer exige qu'il réalise le portrait d'une petite fille - une petite poupée blonde aux yeux bleus, cela va sans dire - pour symboliser ce que l'avenir de l'Allemagne a de radieux maintenant qu'un nouveau chancelier plein de dynamisme et d'ambition est à la tête du pays ? Soit. Nourri et logé aux frais du gouvernement, notre peintre emménage avec sa protégée dans un appartement spacieux situé au premier étage, 18, Betrachtungstrasse, juste au-dessus de Félice, sa logeuse  et future complice. Pour autant, entre la mission qui a été assignée à l'artiste et le dessein que celui-ci a en tête, il y a bel et bien un monde... Loin de préserver la beauté éclatante de la petite fille, notre homme, qui semble animé de curieux élans de marionnettiste, va tout bonnement se livrer à sa déshumanisation, et ce d'une façon aussi préméditée que méthodique, faisant d'elle sa chose, son “jouet”, et finalement un “corps créifié”. Bien que parfaitement conscient des risques encourus, il ira jusqu'au bout d'une expérience qu'il va mettre un point d'honneur à raconter dans son journal, quand bien même il est pressé par le temps. Les pages de Cadence constituent ainsi un témoignage renversant qui permet au lecteur d'effectuer une plongée à la fois vertigineuse et perturbante dans l'esprit d'un être névrosé, monomaniaque et pervers qui a de toute évidence érigé la torture au rang d'art.

Que de choses à dire à propos de ce puissant huis clos ! D'une part, comment ne pas être époustouflé par la grande maîtrise narrative dont fait montre l'auteur, qui se trouve par ailleurs être neurochirurgien. Ce qui, en d'autres circonstances, pourrait n'être qu'un détail anodin permet ici de comprendre peut-être plus aisément d'où provient ce  rapport au corps si ... troublant. Qui plus est, Stéphane Velut (quelle ironie, pour quelqu'un qui s'attache avec autant d'acharnement à supprimer toute forme de pilosité chez son sujet...) signe ici un livre d'une richesse incroyable dans lequel on percevra l'influence de textes fondateurs de la littérature contemporaine tels que Frankenstein, La métamorphose (à commencer par les personnages de Félice et d'Ottla, qui étaient des correspondantes de Kafka), La ferme des animaux ou encore Rhinocéros.

En un mot, Cadence possède tous les ingrédients et bien plus encore pour s'imposer comme l'un des romans phares de la rentrée littéraire !
15,00 €
Expédié en 5 à 7 jours.
Livraison à partir de 0,01 €
-5 % Retrait en magasin avec la carte Mollat
en savoir plus
epub
10,99 €
Protection: Adobe DRM
Acheter en numérique
Un livre étrange, glaçant même, mais vraiment superbe ...

Résumé

A Munich en 1933, un peintre est chargé d'exécuter le portrait d'une enfant à l'effigie de la nouvelle Allemagne. Un huis clos se forme entre la jeune pensionnaire et lui. Il met en place un rituel qui relève du jeu, de la soumission et de l'oppression. Sa démence est placée en résonance avec la folie des hommes systématisée par un régime politique haineux. Premier roman. Prix Sade 2009. ©Electre 2017

Quatrième de couverture

«J'habite Betrachtungstrasse. Au 18 précisément. J'y suis depuis un an. Cette nuit est ma dernière ici, je vais quitter ce lieu et je suis affligé. Je suis affligé parce que tout ici me ressemblait - on me dit peu accueillant. C'était ma tanière, mon trou, mon chantier.» Munich, 1933. Un peintre, chargé d'exécuter le portrait d'une enfant louant l'avenir radieux de la nouvelle Allemagne, se cloître en compagnie de son modèle. Mais c'est tout autre chose qu'il fait de sa jeune pensionnaire et qu'il déploie comme un cérémonial au fil de son récit. Car ce sont ses carnets que l'on lit ; le narrateur y prend son lecteur à témoin. On hésitera à discerner dans cet étrange huis clos le jeu du rite ou de la soumission.

Contenus Mollat en relation

Dossiers

MollatVox 35, première partie

Les libraires et leurs coups de coeur sont de retour pour un MollatVox spécial rentrée littéraire.Retrouvez dans ce premier épisode les favoris d'automne de David Vincent, Fleur Aldebert et Corinne Crabos.

Dossiers

Le bonheur de rentrer

Quelle joie intense après avoir musardé tout l'été de découvrir sur les tables de votre libraire toutes ces nouveautés qui réclameraient plus d'une vie pour être découvertes…

Articles blog Littérature-Sc.Humaines

Fiche Technique

Paru le : 20/08/2009

Thématique : Littérature Française

Auteur(s) : Auteur : Stéphane Velut

Éditeur(s) : Bourgois

Collection(s) : Non précisé.

Série(s) : Non précisé.

ISBN : 2-267-02046-7

EAN13 : 9782267020465

Format : Non précisé.

Reliure : Broché

Pages : 189

Hauteur : 20 cm / Largeur : 12 cm

Épaisseur : 1,6 cm

Poids : 202 g