Chargement...
Chargement...

Christ, seigneur et fils de Dieu : libre réponse à l'ouvrage de Frédéric Lenoir

Auteur : Bernard Sesboüé

Paru le : 16/09/2010
Éditeur(s) : Lethielleux
Série(s) : Non précisé.
Collection(s) : Non précisé.
Contributeur(s) : Non précisé.

Un coup de coeur de Mollat

Revenons quelques mois en arrière : en avril 2010, le journaliste et philosophe Frédéric Lenoir faisait paraître un livre intitulé Comment Jésus est devenu Dieu, qui devint rapidement un gros succès de librairie...
Succès d'autant plus surprenant que le sujet traité, la divinité de Jésus, reste l'un des points sensibles de la christologie et fait généralement l'objet de parutions plus confidentielles, souvent réservées à des spécialistes, ou du moins des théologiens confirmés.
L'un d'entre eux, le père jésuite Bernard Sesbouë, a décidé de faire paraître six mois plus tard cet ouvrage à peine plus grand qu'un livre de poche dans lequel il propose une "mise au point" des thèses soulevées par Frédéric Lenoir. Loin de toute polémique, son but est clair : un sujet aussi épineux, pour être débattu honnêtement, doit aussi laisser la parole au théologien. Son livre, écrit avec la même clarté que celui de son "partenaire", doit être lu en complément pour une perception large et nuancée du débat qui, rappelons-le, n'a cessé d'interroger les théologiens depuis deux mille ans.

Que nous dit Frédéric Lenoir dans son livre? Que Jésus est devenu Dieu. Qu'il a d'abord été " homme comme les autres hommes ", avant de commencer une prédication qui durera trois ans, abondamment relatée dans les évangiles.
Ceux-ci nous présentent certes un être extraordinaire, un Christ philosophe, humaniste, qui se dit " fils de l'Homme ", mais aucun disciple ne l'apparente clairement à Dieu. Le doute plane sur la véritable identité de Jésus : est-il un prophète, le messie tant attendu ou le fils de Dieu?
Il faudra attendre le IVème siècle pour que l'Église reconnaisse officiellement la divinité de Jésus, sous la pression des empereurs romains. Une conception du Christ qui aura mis quatre siècle à se construire pour ensuite devenir l'un des dogmes fondamentaux de la religion chrétienne.

Bernard Sesbouë reconnaît volontiers le sérieux du travail de Frédéric Lenoir. Mais il parle d'une autre voix, celle du théologien. Il reproche essentiellement au philosophe d'évacuer de sa thèse le mystère de l'Incarnation et toute la complexité et la richesse théologique qu'une telle question soulève au profit d'un confort intellectuel trop simpliste.
Pour montrer cela, le théologien parle en historien et se place ainsi sur le même terrain que son interlocuteur. Il met en évidence ce qui est selon lui une erreur méthodologique de l'utilisation des sources : Frédéric Lenoir cite très peu l'évangile de Jean sous prétexte qu'il est plus tardif (il date du IIème siècle). C'est pourtant dans celui-ci que l'idée de l'Incarnation, du " Verbe fait chair ", est très présente. Pour le théologien, cet évangile a autant sa place dans le canon biblique que les autres et sa pertinence historique et théologique ne devrait pas être sous-estimée.

L'incarnation du Christ (et donc l'idée que Dieu préexiste à Jésus) est un élément essentiel pour tout croyant, et sur ce mystère se fondent les autres mystères, ceux de la Trinité et de la Résurrection. Nier l'identité filiale de Jésus par rapport au Dieu unique revient à nier ce qui fait la spécificité du christianisme. Cette libre réponse a le grand mérite d'enrichir le débat en y intégrant une dimension théologique qui semblait faire défaut au livre Frédéric Lenoir.

13,20 €
Expédié en 5 à 7 jours.
Livraison à partir de 0,01 €
-5 % Retrait en magasin avec la carte Mollat
en savoir plus

Résumé

L'auteur remet en cause la théorie de Frédéric Lenoir défendue dans Comment Jésus est devenu Dieu (Fayard) selon laquelle l'Eglise n'aurait décidé de la divinité du Christ qu'au IVe siècle sous la pression des empereurs romains et que les Evangiles laisseraient planer un doute sur son identité. ©Electre 2017

Quatrième de couverture

Dans son livre Comment Jésus est devenu Dieu, Frédéric Lenoir exprime ses convictions sur l'identité de la personne de Jésus de Nazareth. Pourquoi lui «répondre» ? Parce qu'il donne à penser que l'Eglise avait finalement décidé de la divinité du Christ au IVe siècle sous la pression des empereurs romains. Selon ce livre toujours, «les évangiles laissent planer un doute sur l'identité de cet homme hors du commun»... Une mise au point sur un sujet aussi important apparaît donc nécessaire, faite à la fois en historien et en croyant. En historien, parce que la thèse fondamentale de l'auteur n'est pas fondée au regard des données qui ont été l'objet d'une recherche considérable. Dès l'époque apostolique les chrétiens de la «grande Église» ont cru que Jésus de Nazareth était Fils de Dieu et donc Dieu au sens fort de ce terme. En croyant aussi, parce que si le Jésus de Frédéric Lenoir reste un personnage exceptionnel, celui-ci semble réduire la figure de Jésus et relègue au loin tout mystère. Les réponses solides et argumentées du théologien Bernard Sesboüé.

Contenus Mollat en relation

Fiche Technique

Paru le : 16/09/2010

Thématique : Théologie chrétienne

Auteur(s) : Auteur : Bernard Sesboüé

Éditeur(s) : Lethielleux

Collection(s) : Non précisé.

Série(s) : Non précisé.

ISBN : 2-249-62105-5

EAN13 : 9782249621055

Format : Non précisé.

Reliure : Broché

Pages : 195

Hauteur : 17 cm / Largeur : 11 cm

Épaisseur : 1,5 cm

Poids : 157 g