Chargement...
Chargement...

Pour en finir avec la mécroissance : quelques réflexions d'Ars industrialis

Auteur : Bernard Stiegler

Auteur : Alain Giffard

Auteur : Christian Fauré

Paru le : 15/04/2009
Éditeur(s) : Flammarion
Série(s) : Non précisé.
Collection(s) : Non précisé.
Contributeur(s) : Editeur scientifique (ou intellectuel) : Ars industrialis - Collaborateur : CIEM - Collaborateur : Eric Favey

Un coup de coeur de Mollat

Ars Industrialis est une association qui regroupe des citoyens désireux de réfléchir et d'infléchir sur les politiques et les technologies de l'esprit. Cet intitulé, large à souhait, offre une variété de domaines d'intervention qui tous ont à voir avec notre devenir technologique et communicationnel. De quoi réinventer le monde…
Au premier rang des préoccupations d'Ars Industrialis et de son président, le philosophe Bernard Stiegler, figurent la culture et ses demoiselles d'honneur : la politique culturelle et l'industrie culturelle.

Prenant acte de la fin d'un système fondé sur le consumérisme et les jeux de tensions entre producteur et consommateur, Bernard Stiegler et ses coauteurs, Alain Giffard et Christian Fauré, envisagent un nouveau modèle fondé, non plus sur la consommation, mais sur la contribution, à l'image de l'encyclopédie en ligne Wikipédia, des blogs participatifs, des projets culturels mutualisés ou du développement informatique des logiciels libres.

Au-delà d'une refonte idéaliste de l'esprit de l'échange culturel, Ars Industrialis propose une critique sévère des usages contemporains de la culture et des politiques qui les encadrent. Notant ici un appauvrissement de la production télévisuelle à des fins mercantiles tel que le système finit par s'étouffer lui-même ; là une « corporatisation » de acteurs culturels qui, aux dires de Bernard Stigler, s'isolent chaque jour un peu plus du tissu citoyen auquel ils sont supposés s'adresser ; notant encore la méconnaissance des réseaux modernes, de leur puissance et des promesses d'évolutions qu'ils renferment dont font preuve la plupart des décideurs culturels, Ars Industrialis se pose en force de proposition.

Avec véhémence souvent, dureté parfois, mais toujours à propos, les auteurs ainsi que les membres d'Ars Industrialis veulent agir afin que soit mise en place une politique culturelle européenne qui prenne en compte ce nouveau modèle contributif, offre de réelles solutions de formation à l'usage des technologies et développent un avenir voulu et non subi . Ils proposent un projet, certes radical, mais qui offre aux décideurs un point de vue inhabituel sur les questions visant l'économie des nouveaux médias, à mi-chemin entre le cynisme conquérant des marchands du temple et l'idéalisme des militants. C'est là le mérite essentiel de ce livre : ouvrir une page blanche, y noter quelques idées et ouvrir le débat.

Qui veut contribuer ?
20,30 €
Expédié en 5 à 7 jours.
Livraison à partir de 0,01 €
-5 % Retrait en magasin avec la carte Mollat
en savoir plus
epub
14,99 €
Protection: Adobe DRM
Acheter en numérique

Résumé

Le système consumériste est aujourd'hui caduc. La dernière décennie a vu naître un nouveau modèle comportemental qui dépasse l'opposition de la production et de la consommation, modèle dont le logiciel libre et les licences de creative commons sont les matrices et qui constitue la base d'une économie de la contribution. De la lecture numérique aux effets de réseaux, étude d'une reconfiguration. ©Electre 2017

Quatrième de couverture

Avec la fin du «siècle de l'automobile» et de l'«ère du pétrole», ce sont aussi la télévision, les industries de programme et les industries culturelles en général qui sont entraînées dans une crise profonde, subissant la désaffection d'une partie croissante de la population. L'ensemble du système consumériste s'avère aujourd'hui caduc. Dès son origine, Ars Industrialis a soutenu que le consumérisme constitue un processus autodestructeur, soumettant les technologies d'information et de communication à l'hégémonie d'un marketing irresponsable et empêchant la formation d'un nouvel âge industriel. Car au cours de la dernière décennie, un autre modèle comportemental est apparu qui dépasse l'opposition de la production et de la consommation, dont le logiciel libre et les licences creative commons sont les matrices conceptuelles et historiques. Ce nouveau modèle constitue la base d'une économie de la contribution. Il permet d'espérer qu'après la domination de la bêtise systémique à laquelle aura conduit le consumérisme, les technologies numériques seront mises au service d'une nouvelle intelligence collective et d'un nouveau commerce social - pour autant qu'émergent une volonté politique et une intelligence économique nouvelles, et que s'engage la lutte pour en finir avec la mécroissance.

Contenus Mollat en relation

Fiche Technique

Paru le : 15/04/2009

Thématique : Textes des Philosophes

Auteur(s) : Auteur : Bernard Stiegler Auteur : Alain Giffard Auteur : Christian Fauré

Éditeur(s) : Flammarion

Collection(s) : Non précisé.

Série(s) : Non précisé.

ISBN : 2-08-122492-5

EAN13 : 9782081224926

Format : Non précisé.

Reliure : Broché

Pages : 305

Hauteur : 21 cm / Largeur : 14 cm

Épaisseur : 2 cm

Poids : 290 g