Chargement...
Chargement...

La subversion des images : surréalisme, photographie, film

Paru le : 14/10/2009
Série(s) : Non précisé.
Collection(s) : Non précisé.
Contributeur(s) : Directeur de publication : Quentin Bajac - Editeur scientifique (ou intellectuel) : Clément Chéroux - Auteur : Clément Chéroux - Auteur : Michel Poivert - Auteur : Guillaume Legall

Un coup de coeur de Mollat

LA SUBVERSION DES IMAGES« Changer la vue, cet espoir qui peut paraître insensé, n'en aura pas moins été l'un des grands mobiles de l'activité surréaliste » André Breton
Le Surréalisme fit un usage intense de la photographie : illustration de livres, de revues ; objets intégrés dans des collages ou sculptures ; images à collectionner … Néanmoins on ne peut définir la photographie surréaliste tant est large le spectre de leur inspiration, de l'image documentaire à la photographie expérimentale.
Aussi le catalogue imposant et richement illustré de l'exposition au Centre Pompidou, La Subversion des images, analyse-t-il plus justement les différents usages et fonctions de la photographie dans le mouvement surréaliste. La photographie, un procédé optique mécanique, constitue pour Le Surréalisme le pendant visuel de l'écriture automatique. C'est ainsi que les surréalistes s'amusèrent follement, par exemple, avec les photomatons dont les premières cabines furent installées à Paris en 1928.
La subversion des images peut s'entendre de différentes manières :
D'une part une subversion des images elles-mêmes. Une attaque contre la photographie considérée comme simple procédé de reproduction de la réalité et jusqu'à l'affirmation de l'autonomie de l'image (une image pour elle-même et non l'image de quelque chose). Les surréalistes firent des photographies sans appareil en travaillant directement sur la pellicule sensible ( « rayogrammes » de Man Ray), jouèrent des effets de solarisation, surimpression, grattage, brûlage, distorsion ; firent des photomontages, des collages …
Autant expérimentations destinées à donner une traduction visuelle à des images mentales, rêves, hallucinations ou à créer de nouvelles réalités.
D'autre part une subversion par l'image, la photographie devient un instrument destiné à perturber la perception du spectateur, voire à le choquer (images pornographiques d'Hans Bellmer ou les rognons de porc de Wols) mais aussi et souvent en même temps à révéler un merveilleux caché sous les apparences d'un quotidien banal (graffitis de Brassaï)
La pratique de la photographie par les surréalistes montre une volonté de tout voir et de tout montrer. Une pulsion scopique et un désir exhibitionniste très contemporains ( cf. vidéos ou photos circulant sur le net ou sur les téléphones portables ;images pornographiques, caméras de surveillance omniprésentes …). Mais la force subversive des images photographiques faites par les surréalistes reste intacte tant leur désir à la fois de révéler le réel et de l'inventer y est manifeste.
45,50 €
Article indisponible
Livraison à partir de 0,01 €
-5 % Retrait en magasin avec la carte Mollat
en savoir plus

Résumé

Exploration des liens entre le mouvement surréaliste, la photographie et le cinéma, à travers des clichés de Man Ray, Bellmer, Cahun, Ubac, Boiffard, Tabard, etc. L'ouvrage montre les essais sur les différents usages de la photographie par les surréalistes réunis autour de Breton, de Bataille, etc. Publié à l'occasion d'une exposition présentée à Paris, Winterthour et Madrid. ©Electre 2017

Quatrième de couverture

« Le vice appelé Surréalisme est l'emploi déréglé et passionnel du stupéfiant image », écrivait Louis Aragon. « Passionnel » et « déréglé », nul autre qualificatif ne semble mieux décrire l'usage que les surréalistes ont fait des images. La photographie est omniprésente dans les différentes activités du groupe : elle se collectionne et s'échange ; elle accompagne la publication des livres, des revues et de quelques tracts ; elle inspire des textes ou des jeux ; elle devient oeuvre entre les mains de certains et s'expose aux côtés des peintures, des sculptures, ou des objets surréalistes. Elle est aussi importante dans leur vie que dans leur art. À travers près de 500 reproductions d'oeuvres et de documents visuels, des essais historiques et théoriques, ainsi qu'une anthologie de textes, ce livre a pour ambition de recenser et d'étudier les multiples utilisations de la photographie par les surréalistes. Il rassemble un large florilège des plus belles épreuves de Man Ray, Hans Bellmer, ou Claude Cahun, présente des oeuvres peu connues comme les photomontages d'André Breton, Paul Eluard ou Antonin Artaud, et fait découvrir des corpus restés jusqu'alors confidentiels : les objets photographiques de Léo Malet, les montages d'images de Benjamin Fondane, les abstractions d'Artür Harfaux et bien plus encore. Par-delà l'hétérogénéité des pratiques et des formes plastiques, l'enjeu de cet ouvrage est de mesurer la rupture introduite par les images modernes - la photographie, mais aussi le cinéma - dans le régime des représentations traditionnelles. Reprenant les mots d'Arthur Rimbaud, les surréalistes voulaient « changer la vie ». Mais ils avaient compris que pour changer la vie, il fallait commencer par changer la vue, « C'est par la force des images, affirmait Breton, que [...] pourraient bien s'accomplir les vraies révolutions. »

Contenus Mollat en relation

Dossiers

Dossiers

MollatVox 37

Les libraires sont de retour avec leurs coups de cœur sonores. Montez le son !

Fiche Technique

Paru le : 14/10/2009

Thématique : Ecrits sur la photographie

Auteur(s) : Non précisé.

Éditeur(s) : Ed. du Centre Pompidou

Collection(s) : Non précisé.

Série(s) : Non précisé.

ISBN : 2-84426-390-9

EAN13 : 9782844263902

Format : Non précisé.

Reliure : Relié

Pages : 479

Hauteur : 31 cm / Largeur : 24 cm

Épaisseur : 4,6 cm

Poids : 3184 g