Chargement...
Chargement...

Ludovic Debeurme : entretien avec la bande dessinée qui dérange...

Publié le 16/10/2009
Sarah Vuillermoz a rencontré l'une des étoiles montantes de la nouvelle scène BD, Ludovic Debeurme qui, ce jour là, se trouvait en compagnie de Nosfell... Entretiens croisés sur fond de musique klokobetz...
Singulier, dérangeant, voire déroutant, Ludovic Debeurme s'impose doucement dans une nouvelle génération d'auteur de bande dessinée et bouscule à vitesse grand V le petit milieu du Neuvième Art. À travers ses ouvrages édités chez Cornélius, il propose un univers tantôt autobiographique dans Ludologie, tantôt fantasmagorique pour Céphalus, tout en développant la psychanalyse qui lui est chère avec Le Grand Autre. Il obtient en 2007 pour Lucille le prix des Essentiels au Festival d'Angoulême, illustre pour la jeunesse un Gargantua étonnant chez Milan, mais aussi pour les adultes avec La bombe et moi, roman signé Anna Rozen, paru au Dilettante. Quête initiatique, transformation, mutation, liberté et pouvoir du genre humain, voir animal, telles sont ses cartes secrètes mais sacrément décalées, tant du point de vue narratif que graphique.

Dernièrement, il s'est joint à Nosfell pour le conte musical Le Lac aux Vélies, paru chez Futuropolis.

Alors, cerise sur le gâteau, dans la deuxième partie de cet entretien, l' interprète et musicien nous parlera de la création du livre et de sa collaboration avec l' ami illustrateur. Ludovic Debeurme est un auteur richement hors-norme, et c'est peu dire. Rencontres...



Debeurme peint Nosfell



Nosfell à Pleyel


Images :

Ludovic Debeurme  © Michel Lunardelli
Debeurme illustre Nosfell (Salle Pleyel) © Stéphanie Jacquet
Nosfell à Pleyel © Stéphanie Jacquet
Chargement...