Chargement...
Chargement...

Camarade papa

Auteur : Gauz

Un coup de coeur de Marie-Aurélie

Après Debout-payé, Gauz revient avec Camarade Papa, incroyable roman d'aventures sur la colonisation. Engagé et formidable !
« Pour l’enfer colonial, Camarade Papa a raison et demi : aucun diable, juste la chaleur. A la recherche d’une fièvre jaune, un docteur regarde dans ma bouche avec une torche et écoute mon cœur à l’aide de mon mot français préféré : « stéthoscope ». Il ne trouve rien parce qu’il se trompe de couleur. La fièvre rouge des masses laborieuses en lutte est ma seule fièvre. »

Camarade Papa envoie son fils, nourri d’idéaux communistes en Afrique retrouver ses racines et sa grand-mère. Né à Amsterdam à la fin du 20ème siècle ce petit garçon traverse une partie de l’Europe avec ses discours enflammés, savant mélange de l’éducation ultra-politisée que lui ont donnée ses parents et de son regard à hauteur d’enfant, soucieux d’être le digne héritier de l’ idéal socialiste de Maman et de Camarade Papa.

Un siècle plus tôt Dabilly enterre père et mère dans son petit village de France et décide de partir. Son périple l’amènera jusqu’en Côte d’Ivoire dans un comptoir français après un passage dans une usine française au plus près des ouvriers sur la côte atlantique. Le jeune Dabilly se retrouve au cœur de la colonisation du continent africain et des querelles entre la France et l’Angleterre. Mais loin de correspondre au colon étroit d’esprit, Dabilly s’enivre de la Côte d’Ivoire et de sa nouvelle vie. Observateur discret et humble, le garçon liera à jamais son destin à celui de son pays d’adoption.

« La terre est un alibi, la richesse une esquive, et la civilisation une escroquerie. Le caoutchouc, le bois, le café, l’ivoire, l’or, les pagnes anglais, le savon de Marseille, l’eau de Cologne, le gin hollandais, les parapluies, l’aiguille, le fil à tresser, les routes, le télégraphe…tout n’est que prétexte. La vie seule compte. Celle qu’on perd, celle qu’on donne. Cette chose qui se joue là n’est pas nous, et elle n’est pas eux. Ensemble nous devons lui trouver un nom autre que celui que l’on écrira dans les registres de la colonie enfantée avec elle. »

Brûlant d’un feu sacré, le dernier livre de Gauz est une merveille d’aventure. Humaniste, social et enragé. Pour chacun de ses personnages Gauz invente une langue, tantôt hommage à la littérature classique tantôt révolution politique et lexicale à l’humour radical. A un siècle de distance et à travers les migrations de ces deux garçons, Camarade Papa offre une réflexion passionnante sur la colonisation et ses effets.
19,00 €
Chargement...
Livraison à partir de 0,01 €
-5 % Retrait en magasin avec la carte Mollat
en savoir plus

Résumé

Un roman composé de deux récits parallèles. En 1880, Dabilly, un jeune homme français, quitte son pays pour la Côte d'Ivoire. Il décrit la vie à Grand-Bassam et dans la région. Un siècle plus tard, un jeune garçon d'origine africaine, né à Amsterdam dans une famille communiste, part vivre en Côte d'Ivoire. Il y découvre l'histoire de la colonisation. Prix Virilo 2018. ©Electre 2022

1880. Un jeune homme, Dabilly, fuit la France et une carrière toute tracée à l'usine pour tenter l'aventure coloniale en Afrique. Dans une « Côte de l'Ivoire » désertée par l'armée française, quelques dirigeants de maisons de commerce négocient avec les tribus pour faire fructifier les échanges et établir de nouveaux comptoirs. Sur les pas de Dabilly, on découvre une terre presque inexplorée, ses légendes, ses pactes et ses rituels...

Un siècle plus tard, à Amsterdam, un gamin d'origine africaine raconte le monde postcolonial avec le vocabulaire de ses parents communistes. Lorsque ceux-ci l'envoient retrouver sa grand-mère et ses racines en Afrique, il croise les traces et les archives de son ancêtre.

Ces deux regards, celui du blanc sur l'Afrique et celui du noir sur l'Europe, offrent une histoire de la colonisation comme on ne l'a jamais lue. Gauz fait vivre des personnages tout en contrastes, à la lumière solaire, dans une fresque ethnologique pétrie de tendresse et d'humour.

« Pour l'enfer colonial, Camarade Papa a raison et demi : aucun diable, juste la chaleur. »

Contenus Mollat en relation

Vidéos

Chargement...

Vidéos

Chargement...

Vidéos

Chargement...

Événements

Chargement...

Sélections de livres

Chargement...

Dossiers

Chargement...

Dossiers

Chargement...

Podcasts

Chargement...

Fiche Technique

Paru le : 31/08/2018

Thématique : Littérature Francophone

Auteur(s) : Auteur : Gauz

Éditeur(s) : Le Nouvel Attila

Collection(s) : Incipit

Série(s) : Non précisé.

ISBN : 978-2-37100-023-0

EAN13 : 9782371000230

Reliure : Broché sous jaquette

Pages : 251

Hauteur: 20.0 cm / Largeur 15.0 cm


Épaisseur: 2.1 cm

Poids: 324 g