Chargement...
Chargement...

Margarethe Hilferding : une femme chez les premiers psychanalystes

Auteur : Françoise Wilder

Paru le : 26/03/2015
Éditeur(s) : EPEL
Série(s) : Non précisé.
Collection(s) : Essais
Contributeur(s) : Non précisé.

Un coup de coeur de Mollat

Si l'on associe femme et psychanalyse, personne ne pense spontanément à Margarethe Hilferding. Il s'agit pourtant d'une personnalité marquante à plusieurs égards.

Elle est la première femme médecin de la faculté de Vienne et la première candidate devenue membre de la Société psychanalytique de Vienne. Les célèbres Minutes qui rendaient compte des réunions du mercredi font état de sa présence en 1910. Françoise Wilder reproduit dans son récit une partie de la conférence du 11 janvier 1911 que Margarethe H. donne autour de l'amour maternel.

Très peu d'éléments sur la vie de M. H. nous sont parvenus. Le récit que nous lisons est le fruit de plusieurs années de recherche et est fondé notamment sur une biographie allemande. Il s'agit donc ici d'évoquer voire d'imaginer parfois. À partir de faits connus bien sûr, mais aussi à partir de constructions à l'instar d'un Pierre Michon avec Rimbaud.

Née dans une famille cultivée autrichienne, juive, Margarethe Hilferding obtient sa Matura (équivalent de l'époque du baccalauréat mais très peu accessible aux filles alors), se dirige ensuite vers des études d'institutrice puisque c'est alors la seule formation ouverte aux filles puis suivra des études de médecine réservées aux hommes… Elle fera donc partie du groupe viennois mais le quittera. Elle s'engage également dans une vie militante, engagée politiquement et socialement (pour l'avortement, émancipation sexuelle). A partir de 1934 elle perdra peu à peu, parce que juive, son droit d'exercer sa fonction et en 1942 elle est déportée à Theresienstadt puis à Treblinka, où elle mourra.

Actrice d'une histoire sociale et intellectuelle mouvementée et de la longue et difficile lutte des femmes de la première moitié du XXème siècle, Margareth H nous rend témoins de cette époque et de ces combats.

Faire revivre cette figure féminine, c'est aussi ne pas oublier une force, un engagement dans une époque en pleine ébullition intellectuelle.
23,00 €
Expédié en 24/48h
Livraison à partir de 0,01 €
-5 % Retrait en magasin avec la carte Mollat
en savoir plus
epub
14,99 €
Protection: Digital watermarking
Acheter en numérique

Résumé

Portrait de M. Hilferding, première femme médecin à Vienne, juive, morte à Treblinka en 1942. Souvent occultée de l'histoire des débuts de la psychanalyse, elle est pourtant la première femme à entrer, en 1910, dans la Société psychanalytique de Vienne, organisation exclusivement masculine qui se réunit autour de Freud. ©Electre 2019

Quatrième de couverture

Vienne, 27 avril 1910. Avant Sabina Spielrein et Lou Andreas-Salomé, Margarethe Hilferding est la première femme à entrer dans la Société exclusivement masculine qui se réunit autour de Freud. 11 janvier 1911. Devant ces Messieurs, elle donne une conférence sur l'enfant comme objet sexuel naturel de la mère, que l'on trouvera ici. « Il est très méritoire, commente Freud sur-le-champ, que la conférencière ait fait entrer dans le domaine de l'analyse psychanalytique un sujet qui, de par le conformisme que nous entretenons, a été maintenu à l'écart de notre champ d'investigation. » Et pourtant, Margarethe Hilferding n'apparaît guère dans l'histoire des débuts de la psychanalyse. Juive, première femme médecin à Vienne, elle meurt à Treblinka en 1942. Voici son portrait.

Contenus Mollat en relation

Dossiers

Le Noël des Sciences Humaines

C'est Noël, et comme chaque année, voici une sélection des ouvrages qui ont marqué l'année et retenu notre attention.

Fiche Technique

Paru le : 26/03/2015

Thématique : Textes de psychanalyse

Auteur(s) : Auteur : Françoise Wilder

Éditeur(s) : EPEL

Collection(s) : Essais

Série(s) : Non précisé.

ISBN : 2-35427-164-6

EAN13 : 9782354271640

Format : Non précisé.

Reliure : Broché

Pages : 132

Hauteur : 21 cm / Largeur : 14 cm

Épaisseur : 1 cm

Poids : 166 g