Chargement...
Chargement...

Les Grünewald du Musée de Colmar

Auteur : Joris-Karl Huysmans

Paru le : 14/02/2018
Série(s) : Non précisé.
Collection(s) : Non précisé.
Contributeur(s) : Préfacier : Pantxika Béguerie-De Paepe

Un coup de coeur de Jérémy Gadras

Écrivain cité au panthéon des célébrités littéraires de la fin du XIXème siècle, Joris-Karl Huysmans fut également un critique d'art des plus avisés...
qui en parallèle à ses quelques ouvrages consacrés exclusivement aux arts (Trois Eglises, Trois primitif, L'Art Moderne, Certains), dédia nombre de ses lignes romanesques à l'architecture, la peinture, la sculpture, la gravure. Nulle surprise de lire dans ses romans symbolistes A rebours, La-bas, En route, La Cathédrale, L'oblat, des ekphrasis détaillées, parfois à la limite de la fiction tant l'auteur en livre une critique symboliste et subjective pour en nourrir les visions et propos de ses personnages, en use pour peindre les décors et ambiances souvent mystiques de ses lieux fictionnels. Dans son roman Là-bas, Durtal présente à son ami Hermies une œuvre d'art qui selon lui semble donner l'exemple de la perfection : la Crucifixion du musée de Kassel, d'un certain Matthias Grünewald (peintre allemand de la Renaissance, contemporain d'Albrecht Dürer), en y décelant le « prototype exaspéré de l'art ». Suite à sa visite du musée Unterlinden de Colmar, en 1904, Joris-Karl Huysmans donne une seconde description, plus exhaustive, du retable d'Issenheim. « Des générations, pèlerins atteints de daltonisme, sont passées devant le retable d’Issenheim de Matthias Grünewald – avant que Huysmans n’ait rendu compte de cette euphorie éblouissante des lumières qui composent l’arc-en-ciel » notera l'écrivain et critique allemand Walter Mehring.
C'est à ce texte de Huysmans, issu de son ouvrage Trois primitifs, que les éditions de la RMN-Grand Palais et du Musée d'Unterlinden nous convient sur 39 pages. Des pages devenues emblématiques d'une critique d'art fin-de-siècle, aussi passionnantes que déroutantes, d'une extrême rigueur descriptive et d'une langue maîtrisée, poétique, parfois excessive et que trop stabilotée en référence à ces littérateurs fin-de-siècle férus d'arts visuels : Barbey d'Aurevilly, Léon Bloy, Octave Mirbeau, Camille Lemonnier ou encore Jospéhin Péladan, Catulle Mendès, Gustave Kahn...
8,00 €
Expédié en 24/48h
Livraison à partir de 0,01 €
-5 % Retrait en magasin avec la carte Mollat
en savoir plus

Résumé

Dans ce texte, issu des "Trois primitifs" paru initialement en 1905, J.-K. Huysmans retrace la vie du peintre Matthias Grünewald et propose une description du retable d'Issenheim, probablement réalisé entre 1512 et 1516, en évoquant son contexte de création et son lieu de conservation, le Musée Unterlinden de Colmar. Contient la reproduction des différents panneaux du retable. ©Electre 2019

Quatrième de couverture

« Près de Grünewald, tous s'écroulent. Avec ses buccins de couleurs et ses cris tragiques, avec ses violences d'apothéoses et ses frénésies de charniers, il vous accapare et il vous subjugue... »

Contenus Mollat en relation

Dossiers

De l'art pour un voyage d' été

À défaut de dissimuler un artiste dans son maillot, une œuvre d'art dans sa brouette de plage ou encore toute une exposition sous une parure d'été ou une nappe de pique-nique, nous vous proposons une sélection d'ouvrages à glisser n'importe où pour vous accompagner et vous tenir compagnie durant tout l'été !

Fiche Technique

Paru le : 14/02/2018

Thématique : Histoire de la peinture

Auteur(s) : Auteur : Joris-Karl Huysmans

Éditeur(s) : RMN-Grand Palais Musée d'Unterlinden

Collection(s) : Non précisé.

Série(s) : Non précisé.

ISBN : 2-7118-7377-3

EAN13 : 9782711873777

Format : Non précisé.

Reliure : Broché

Pages : 39

Hauteur : 22 cm / Largeur : 12 cm

Épaisseur : 0,5 cm

Poids : 96 g