Chargement...
Chargement...

Jusqu'à ce que les pierres deviennent plus douces que l'eau

Auteur : António Lobo Antunes


Un coup de coeur de Mollat

Presque deux ans après la parution de Pour celle qui est assise dans le noir à m'attendre, Antònio Lobo Antunes publie un nouveau roman aux Éditions Bourgois : Jusqu'à ce que les pierres deviennent plus douces que l'eau.

Lors de la guerre d'Angola, un jeune sous-lieutenant qui a été témoin des atrocités infligées par ses pairs à la population se met en tête de ramener avec lui un jeune orphelin et de l'élever comme son propre fils. À la cruauté des actes perpétrés par l’armée portugaise ( et concernant lesquels on ignore la véritable implication du père ) se superpose le paradoxe : l’enfant a vu sa mère tuée par les soldats et se trouve adopté par un des leurs. Il doit sa survie comme la mort de tous les siens à ce nouveau père qui s’est emparé de lui comme d’un nouvel objet, qui ne cessait de tempêter à ses camarades : « Ne touchez pas à celui-ci, il est à moi ».

Le trauma originel est là mais le récit ne débute que bien plus tard ; une vingtaine d’année après les faits, alors que le traumatisme finit de nécroser les esprits.
Toute la famille se réunit pour célébrer la tue-cochon dans un village de l'arrière pays, au pied des montagnes. Le père, la mère, leur fille ainsi que le fils adoptif et sa compagne ont alors à se supporter pendant quelques jours – quelques jours qui tourneront au drame car on le sait dès les premières pages : un même couteau lacérera le cou du cochon et la gorge du père.

Lobo Antunes fait entrer tour à tour son lecteur dans les pensées malades de ses personnages et en transcrit magistralement le mode de fonctionnement : le passé n’a de cesse de ressurgir à leur mémoire, comme un présent perpétuel, dans toute son épaisseur, son intensité, sa cruauté. Les temps s'entremêlent jusqu'à se confondre, contraignant les personnages à revivre en boucle la douleur d'un passé jamais exorcisé, ainsi que la honte et la colère d'un présent médiocre, décevant et déjà condamné. En résulte une prose hypnotique qui tisse une toile envoûtante dont il est difficile de réchapper.

Ce livre est un véritable coup de maître !

23,00 €
Chargement...
Livraison à partir de 0,01 €
-5 % Retrait en magasin avec la carte Mollat
en savoir plus

Résumé

Traumatisé par la guerre d'indépendance de l'Angola, un sous-lieutenant rentre au pays avec un jeune orphelin qu'il a recueilli après la destruction de son village et le massacre des siens par l'armée portugaise, s'en occupant comme de son propre fils. Quarante ans plus tard, la famille se réunit pour célébrer la fête du tue-cochon, mais les retrouvailles tournent au drame. ©Electre 2020

Jusqu'à ce que les pierres deviennent plus douces que l'eau Un jeune sous-lieutenant, après avoir servi en Angola pendant vingt-sept mois, rentre au pays où il ramène un tout jeune orphelin. Il va élever cet enfant noir, qui a survécu à la destruction de son village et au massacre des siens par l'armée portugaise, comme son propre fils. Plus de quarante ans plus tard, le vétéran et sa femme font le trajet depuis Lisbonne pour rejoindre la vieille maison de famille, dans un village reculé, quasi abandonné, quelque part au pied des montagnes. Dans trois jours, conformément à la tradition, on tuera le cochon. Comme chaque année, leur fille, leur fils adoptif, son épouse les rejoignent pour l'occasion. Or ce jour-là, l'animal ne sera pas le seul à se vider de son sang.

Contenus Mollat en relation

Dossiers

Chargement...

Fiche Technique

Paru le : 31/01/2019

Thématique : Littérature Portugaise et Brésilienne

Auteur(s) : Auteur : António Lobo Antunes

Éditeur(s) : Bourgois

Collection(s) : Non précisé.

Contributeur(s) : Traducteur : Dominique Nédellec

Série(s) : Non précisé.

ISBN : 2-267-03120-5

EAN13 : 9782267031201

Format : Non précisé.

Reliure : Broché

Pages : 571

Hauteur : 20 cm / Largeur : 12 cm

Épaisseur : 2,5 cm

Poids : 438 g