Chargement...
Chargement...

Journal d'un gardien du goulag

Auteur : Ivan Tchistiakov

Paru le : 19/01/2012
Éditeur(s) : Denoël
Série(s) : Non précisé.
Collection(s) : Grand public
Contributeur(s) : Traducteur : Luba Jurgenson - Préfacier : Luba Jurgenson - Editeur scientifique (ou intellectuel) : Luba Jurgenson - Préfacier : Irina Shcherbakova

22,00 €
Expédié en 24/48h
Livraison à partir de 0,01 €
-5 % Retrait en magasin avec la carte Mollat
en savoir plus
Un témoignage rare et sidérant sur le goulag, vu par un gardien.

Résumé

Ecrit dans les années 1935-1936, le journal d'un des gardiens d'un camp de prisonniers sur le chantier de la voie ferrée Baïkal-Amour est un témoignage sur le quotidien du goulag en pleine terreur stalinienne. Le dégoût que lui inspire son travail est évident et il décrit le cauchemar qu'il vit chaque jour : un climat terrible, un logement épouvantable, la manque d'hygiène, la faim, les maladies. ©Electre 2019

Quatrième de couverture

« Le camp n'est pas l'enfer par opposition au paradis, c'est le monde de notre existence, et il ne peut en être autrement. » Varlam Chalamov Pendant quelques mois, dans les années 1935-1936, Ivan Tchistiakov, gardien d'un camp de prisonniers sur le chantier de la voie ferrée Baïkal-Amour, a tenu son journal. Publié aujourd'hui pour la première fois, c'est l'un des seuls documents de ce genre à nous être parvenus. Le fonctionnement des camps soviétiques est certes bien connu, grâce à la parole des victimes et aux documents amassées par le système bureaucratique, mais l'image des « hommes aux fusils » est encore floue. Si Ivan Tchistiakov s'est retrouvé à escorter les détenus pendant leur travail garder le camp itinérant, accompagner les convois et poursuivre les fuyards, ce n'est pas de son propre gré. Chaque journée est vouée à un seul désir : sortir par tous les moyens du cauchemar qui l'a happé. Et qu'il ne cesse de décrire : un climat terrible, un logement épouvantable où, la nuit, les cheveux se collent au front à cause du froid, l'impossibilité de se laver, l'absence de nourriture normale, des maladies à répétition. Le dégoût que lui inspire son travail est évident. Dès les premières pages percent des notes de compassion envers ceux qu'il doit garder. Il perçoit ce qu'un chef, au camp, ne veut pas savoir. On comprend mieux, à le lire, à quel point les camps soviétiques ont fini par incarner un modèle de société. Les cahiers originaux du journal d'Ivan Tchistiakov se trouvent aux archives de la société Memorial de Moscou, qui, depuis les années 1980, se donne pour tâche de rassembler documents, lettres, témoignages et mémoires liés à l'histoire des répressions politiques en URSS. On ne sait que très peu de chose sur Ivan Tchistiakov. Il est sans doute né au tout début des années 1900. Moscovite, probablement enseignant dans un institut technique ou ingénieur avant d'intégrer l'administration du Goulag comme gardien, il est mort au front dans la région de Toula, en 1941.

Contenus Mollat en relation

Dossiers

Joseph Vissarionovitch Djougachvili alias Staline

Le 5 mars 1953 Joseph Staline décédait à Moscou. 60 ans plus tard qu'en est-il du travail historiographique le concernant ?

Dossiers

Au cœur de la Sibérie

La dernière aventure de Sylvain Tesson, Dans les forêts de Sibérie, récompensé par le prix Médicis essai, ou encore les différents récits, parus cet hiver, des écrivains invités à bord du mythique Transsibérien lors des Années croisées France-Russie en 2010, ont contribué à jeter de nouveau la lumière sur la Sibérie, terres au passé chargé d'horreurs mais aussi de mystères et de rêves...

Fiche Technique

Paru le : 19/01/2012

Thématique : Récits de vie

Auteur(s) : Auteur : Ivan Tchistiakov

Éditeur(s) : Denoël

Collection(s) : Grand public

Série(s) : Non précisé.

ISBN : 2-207-26114-X

EAN13 : 9782207261149

Format : Non précisé.

Reliure : Broché

Pages : 286

Hauteur : 23 cm / Largeur : 15 cm

Épaisseur : 2,5 cm

Poids : 428 g