Chargement...
Chargement...

Hegel et la peinture

Auteur : Olivia Bianchi

Paru le : 15/11/2003
Éditeur(s) : L'Harmattan
Série(s) : Non précisé.
Contributeur(s) : Non précisé.

26,50 €
Expédié en 5 à 7 jours.
Livraison à partir de 0,01 €
-5 % Retrait en magasin avec la carte Mollat
en savoir plus
pdf
19,88 €
Protection: Digital watermarking
Acheter en numérique

Résumé

Propose une étude critique des "Cours d'esthétique" de Hegel, à partir des perspectives de l'historien de la philosophie, de l'historien de l'art et du peintre, adoptées non pour que celles-ci se repoussent ou s'excluent mutuellement mais pour les réconcilier dans un déplacement des perspectives. L'esthétique hégélienne est ici éclairée par diverses peintures témoins. ©Electre 2018

Quatrième de couverture

Dans les Cours d'esthétique, Hegel charge l'art d'une mission spécifique: la révélation de la vérité. Ce qu'offre à contempler la peinture, comme art particulier, c'est une vérité largement idéalisée, une vérité toute pénétrée d'âme et de sentiments. Vérité sacrée et vérité profane, la peinture est le reflet fidèle de l'esprit d'une époque particulière; elle témoigne au travers de la peinture renaissante italienne des intérêts qu'ont les hommes pour la religion chrétienne, et au travers de la peinture hollandaise, de leur désir de s'approprier le monde du quotidien. On ne sera pas surpris de constater que Hegel privilégie la peinture hollandaise sur la peinture italienne: choix qui se comprend dès lors que la peinture des Hollandais annonce une ère nouvelle, pour laquelle l'homme est structurellement programmé, celle de la Raison. Comme on le comprend, l'objectif de Hegel est de préparer le terrain de la science qui se dit adéquatement par la seule raison. Et toute l'analyse hégélienne de la peinture consiste à engager cette chute du sensible qui est - en l'occurence - celle de la peinture et de l'art en général. Néanmoins, ne nous trompons pas sur la valeur du propos hégélien qui rend un hommage vrai aux peintres et à leurs créations. Et toutes les analyses particulières que fait Hegel des tableaux des maîtres vénitiens ou hollandais sont d'une richesse et d'une originalité qui font presque oublier le sort funeste que le philosophe réserve, en dernière instance, à la peinture. Car la peinture se mure dans un silence que redouble hélas la vacuité de son exposition muséographique. C'est l'histoire de ce silence obligé - qui rend compte dans sa haute complexité d'un assujettissement philosophique de l'art - que nous nous proposons de comprendre dans cet ouvrage, en conviant le lecteur à réfléchir sur le sens et la valeur d'une esthétique philosophique qui, dans une tentative ultime de cloisonnement, a peut-être mésestimé la puissance insurrectionnelle de la peinture.

Fiche Technique

Paru le : 15/11/2003

Thématique : Textes des Philosophes

Auteur(s) : Auteur : Olivia Bianchi

Éditeur(s) : L'Harmattan

Collection(s) : Ouverture philosophique

Série(s) : Non précisé.

ISBN : 2-7475-5312-4

EAN13 : 9782747553124

Format : Non précisé.

Reliure : Broché

Pages : 329

Hauteur : 22 cm / Largeur : 14 cm

Épaisseur : - cm

Poids : 410 g