Chargement...
Chargement...

Rosie Carpe

Auteur : Marie Ndiaye

Paru le : 03/09/2009
Éditeur(s) : Minuit
Série(s) : Non précisé.
Collection(s) : Double, n° 64
Contributeur(s) : Non précisé.

9,65 €
Expédié en 24/48h
Livraison à partir de 0,01 €
-5 % Retrait en magasin avec la carte Mollat
en savoir plus

Résumé

La vie de Rosie Carpe commence à Brive-la-Gaillarde, entre son frère Lazare et ses deux parents qui sont encore dépourvus de toute espèce de fantaisie vénéneuse. Elle conservera de Brive un souvenir confus. Ensuite, à Anthony, elle met au monde Titi, travaille, et doucement chavire. Prix Femina 2001. ©Electre 2018

Quatrième de couverture

Le septième roman de Marie NDiaye ne commence pas par le début, non, les premières pages racontent l'arrivée de Rosie Carpe à la Guadeloupe où elle vient rejoindre son frère Lazare qui ne l'attend pas, elle est enceinte, enceinte de personne, sans le sou, malheureuse, malheureuse et lavée d'avoir laissé le malheur passé sur la rive ancienne de l'Atlantique. C'est déjà le commencement de la fin. Lazare n'est pas là, il est ailleurs, dans de mauvais coups, défait, il a envoyé Lagrand les chercher à l'aéroport. Lagrand est peut-être le premier personnage noir de Marie NDiaye, tous livres confondus. Il est également le seul personnage clair de ce livre, le seul innocent, donc le seul impardonnable. L'histoire commence plus tard, vers la page 50, à Brive-la-Gaillarde, une ville jaune avec un magnolia inoubliable dans la cour, le seul souvenir commun de Rosie et Lazare Carpe. Là-bas, ils avaient des parents et un avenir. Les parents et l'avenir ont fini par se désintéresser d'eux. Rosie travaille dans un hôtel, s'y fait engrosser, endure, espère et désespère, boit. Part. Arrive. Rosie vit à côté de son nom. En Guadeloupe, la vie empire, on laisse mourir, on tue, on s'accouple et on se désaccouple au partage des générations, on salit, on se salit, on a peur, on a peur de sa peur, on transgresse d'aveugles et invisibles tabous. On respire trop fort ou trop faible, on transpire. Le livre ne tient pas dans ses rebondissements, même s'il y tient. Le livre existe parce que Marie NDiaye l'a écrit, parce qu'elle y réussit à l'extrême ce qu'elle conduit depuis toujours : écrire dangereusement, écrire au comble de la modestie et de l'exigence, écrire au risque de soi-même. Le septième roman de Marie NDiaye ne finit pas avec sa fin, il dure longtemps après qu'on l'a refermé. Jean-Baptiste Harang, Libération

Contenus Mollat en relation

Dossiers

La grande rentrée littéraire en petit format

Petits mais costauds, les livres de poche font eux aussi leur rentrée littéraire !

Fiche Technique

Paru le : 03/09/2009

Thématique : Littérature Française

Auteur(s) : Auteur : Marie Ndiaye

Éditeur(s) : Minuit

Collection(s) : Double, n° 64

Série(s) : Non précisé.

ISBN : 2-7073-2097-8

EAN13 : 9782707320971

Format : Non précisé.

Reliure : Broché

Pages : 392

Hauteur : 18 cm / Largeur : 11 cm

Épaisseur : 2 cm

Poids : 278 g