Chargement...
Chargement...

Le travail : accomplissement ou servitude ?

Paru le : 22/06/2006
Éditeur(s) : F.-X. de Guibert
Série(s) : Non précisé.
Contributeur(s) : Editeur scientifique (ou intellectuel) : Académie d'éducation et d'études sociales (France) - Auteur : Yoland Bresson - Auteur : Bernard Chauvois - Auteur : Chantal Delsol

22,40 €
Expédié en 5 à 7 jours.
Livraison à partir de 0,01 €
-5 % Retrait en magasin avec la carte Mollat
en savoir plus

Résumé

A partir d'une réflexion sur le sens du travail, la France ayant l'une des durées du temps de travail les plus basses des pays occidentaux, les auteurs évoquent la question de la valeur du travail et son action dans la société. ©Electre 2019

Quatrième de couverture

Le travail est-il une malédiction, une nécessité, un accomplissement ? Des conceptions radicalement différentes de la société s'affrontent à travers l'importance qu'elles donnent ou non au travail : à travers lui, c'est une conception de l'homme qui est en cause, le sens du travail étant lié au sens que l'on donne à la vie humaine. Dès l'origine, la nécessité, autant que la loi de Dieu, ont poussé l'homme à travailler pour vivre mais aussi pour transformer le monde, le parfaire. Notre civilisation occidentale a, jusqu'à maintenant, toujours cherché à améliorer ce que lui avaient transmis les générations antérieures. Aujourd'hui, la France affiche une durée du temps de travail parmi les plus basses des grands pays occidentaux. Certains en sont fiers et revendiquent la gestion de leur « temps libre » comme un acquis social. D'autres s'interrogent, car ils craignent de voir remis en cause un monde et une culture où « le travail constitue une dimension fondamentale de l'existence humaine sur terre » (J.-P. II, Laborem exerens). Dans notre société mondialisée, la véritable question est celle de la valeur du travail. Cette notion, qui a fondé notre monde occidental, peut-elle toujours en être le moteur ? Est-il encore possible « non seulement que l'homme sache ce qu'il fait, mais si possible qu'il perçoive l'usage, qu'il perçoive la nature modifiée par lui. Que pour chacun son propre travail soit un objet de contemplation » (S. Weil, Journal d'usine 4 XII 1934) ? Si, dans les débuts de l'industrialisation, certaines théories ont pu considérer le travail et l'homme comme une marchandise, l'on peut, à l'opposé, être frappé par le réalisme de la Doctrine sociale. Les pratiques les plus modernes du management rejoignent, en effet, la pensée de Jean-Paul II : « Le développement de la personne humaine dans le travail ne contredit pas, mais favorise plutôt une meilleure productivité et une meilleure efficacité du travail lui-même ». Sans donner une vision exhaustive sur le travail, ces réflexions permettront au lecteur de clarifier, d'approfondir sa pensée et, peut-être, d'orienter son « rapport au travail » et, par là, son action dans la société. Cet ouvrage à plusieurs voix aura alors atteint son but : provoquer la réflexion en éclairant quelques pistes, donner l'envie et la curiosité de rechercher dans les sources évoquées une sagesse résolument hardie et combien moderne.

Fiche Technique

Paru le : 22/06/2006

Thématique : Sociologie et psychologie du travail

Auteur(s) : Non précisé.

Éditeur(s) : F.-X. de Guibert

Collection(s) : Annales-Académie d'éducation et d'études sociales, n° 2004-2005

Série(s) : Non précisé.

ISBN : 2-7554-0089-7

EAN13 : 9782755400892

Format : Non précisé.

Reliure : Broché

Pages : 271

Hauteur : 24 cm / Largeur : 17 cm

Épaisseur : 2 cm

Poids : 470 g