Chargement...
Chargement...

Mgr Eudoxe-Irénée Mignot (1842-1918) : un évêque français au temps du modernisme

Auteur : Louis-Pierre Sardella

Paru le : 25/11/2004
Éditeur(s) : Cerf
Série(s) : Non précisé.
Contributeur(s) : Préfacier : Etienne Fouilloux

15,00 €
Expédié en 5 à 7 jours.
Livraison à partir de 0,01 €
-5 % Retrait en magasin avec la carte Mollat
en savoir plus

Résumé

Evêque de Fréjus, puis archevêque d'Albi, Mgr Mignot fut l'un des évêques français parmi les plus impliqués dans la crise moderniste. Son amitié indéfectible avec l'abbé Alfred Loisy et le soutien sans faille qu'il a apporté à l'exégète, malgré son excommunication, ont été source d'incompréhension pour une grande partie de l'opinion catholique de son temps. ©Electre 2018

Quatrième de couverture

Mgr Eudoxe Irénée Mignot (1842-1918) Mgr Eudoxe Irénée Mignot (1842-1918), évêque de Fréjus (1890) puis archevêque d'Albi (1899), a été, du fait de son ouverture d'esprit et de sa compétence dans le domaine biblique, l'un des évêques français de son temps le plus impliqué dans la crise moderniste. Son amitié indéfectible pour l'abbé Alfred Loisy et le soutien sans faille qu'il a apporté à l'exégète suspect puis condamné et finalement excommunié ont été une source d'incompréhension pour la plus grande partie de l'opinion catholique de son temps, y compris ses collègues évêques et le magistère romain. En sorte que la défense de son orthodoxie a été l'objet d'un véritable enjeu de mémoire jusque dans les années 1930. Face aux principales questions en débat dans l'Église catholique durant le quart de siècle qui a précédé la Première Guerre mondiale - nature de la révélation, caractère de la connaissance de foi qui y répond, valeurs des formules dogmatiques qui l'énoncent, rôle et méthodes de l'apologétique qui en établit le bien-fondé -, Mgr Mignot était persuadé que l'Église n'avait rien à craindre de la prise en compte des résultats de la méthode historico-critique appliquée à la lecture de la Bible et de la mise en oeuvre d'une apologétique qui ferait davantage droit aux exigences de la conscience moderne ainsi qu'à l'idée de développement de la doctrine qu'il avait faite sienne à la suite de sa lecture de John Newman. Il considérait donc qu'il fallait laisser aux chercheurs une pleine liberté et que la théologie ne devait plus avoir pour objectif l'exposition d'un corps de doctrine censé être intangible, mais celui de proposer une meilleure intelligence de la foi chrétienne en tenant compte des exigences de la pensée contemporaine. Sa grande culture, la compréhension qu'il avaitdes impératifs de la recherche le faisaient s'accommoder d'idées qu'il ne partageait pas nécessairement. Il les considérait comme la manifestation de la vitalité même de l'Église et estimait qu'il fallait laisser au temps le soin de faire le tri entre « le bon grain et l'ivraie ». Comme le note Alfred Loisy, s'il a beaucoup souffert de la suspicion dont il a été l'objet, il a attendu « sans impatience le triomphe de la vérité ».

Fiche Technique

Paru le : 25/11/2004

Thématique : Questions de société / témoignages

Auteur(s) : Auteur : Louis-Pierre Sardella

Éditeur(s) : Cerf

Collection(s) : Histoire religieuse de la France, n° 25

Série(s) : Non précisé.

ISBN : 2-204-07326-1

EAN13 : 9782204073264

Format : Non précisé.

Reliure : Broché

Pages : 743

Hauteur : 24 cm / Largeur : 15 cm

Épaisseur : 3,7 cm

Poids : 1038 g