Chargement...
Chargement...

Le Troisième Reich dans l'historiographie allemande : lieux de pouvoir, rivalités de pouvoirs

Paru le : 10/10/2013
Série(s) : Non précisé.
Contributeur(s) : Directeur de publication : Jean-Paul Cahn - Directeur de publication : Stefan Martens - Directeur de publication : Bernd Wegner

32,00 €
Expédié en 5 à 7 jours.
Livraison à partir de 0,01 €
-5 % Retrait en magasin avec la carte Mollat
en savoir plus

Résumé

Ces contributions analysent les rivalités entre les institutions du Troisième Reich, entre ministères et instances du Nationalsozialistische Deutsche Arbeiterpartei. Elles mettent en évidence les escalades de zèle vis-à-vis du Führer ainsi que les dysfonctionnements engendrés par ces rivalités qui mirent à mal l'image d'un Reich monolithique et particulièrement organisé. ©Electre 2018

Quatrième de couverture

Le Troisième Reich dans l'historiographie allemande Lieux de pouvoir - Rivalités de pouvoirs Confrontée à un passé bien lourd, d'abord privée de sources, l'historiographie allemande s'est libérée peu à peu de la perception qu'avaient eue les contemporains des réalités du Troisième Reich. Comme toute gestion mémorielle des crises graves et des époques criminelles, l'histoire de la période 1933-1945 fut d'abord écrite en marge d'une opinion plus soucieuse de tourner la page que de se souvenir. En mettant spectaculairement en évidence la responsabilité des fonctionnaires, les grands procès des années 1960 (Eichmann, Einsatzgruppen, Auschwitz) alimentèrent la contestation par la jeune génération du passé de leurs pères. Des fictions, des polémiques relayées par les médias et des expositions spectaculaires contribuèrent à la prise de conscience. Tel fut par exemple le cas de la présentation au grand public des crimes de la Wehrmacht, qui détruisit le mythe d'une armée noble comparée à des SS responsables de tous les maux. Las d'une république en crise endémique, l'électorat du Reich avait attendu des solutions miracles d'un homme providentiel. Mais selon une formule célèbre, les Allemands de 1932 n'ont voté ni pour la guerre ni pour Auschwitz. Ils ont pourtant eu l'un et l'autre - et le nazisme en fit des instruments de son pouvoir. Quand ils en prirent conscience, il était trop tard. L'impossibilité d'agir autrement ne fut pas la seule raison de l'adhésion au régime jusque dans sa dimension criminelle.

Fiche Technique

Paru le : 10/10/2013

Thématique : Allemagne

Auteur(s) : Non précisé.

Éditeur(s) : Presses universitaires du Septentrion

Collection(s) : Histoire et civilisations

Série(s) : Non précisé.

ISBN : 2-7574-0581-0

EAN13 : 9782757405819

Format : Non précisé.

Reliure : Broché

Pages : 399

Hauteur : 24 cm / Largeur : 16 cm

Épaisseur : 2,2 cm

Poids : 652 g