Chargement...
Chargement...

La mort du souverain, entre Antiquité et haut Moyen Age

Paru le : 03/03/2006
Éditeur(s) : Picard
Série(s) : Non précisé.
Contributeur(s) : Editeur scientifique (ou intellectuel) : Brigitte Boissavit-Camus - Editeur scientifique (ou intellectuel) : François Chausson - Editeur scientifique (ou intellectuel) : Hervé Inglebert - Editeur scientifique (ou intellectuel) : Equipe THEMAM (Nanterre)

28,40 €
Expédié en 5 à 7 jours.
Livraison à partir de 0,01 €
-5 % Retrait en magasin avec la carte Mollat
en savoir plus

Résumé

Textes issus d'un colloque tenu en avril 2002 à l'Université Paris X-Nanterre. Contributions d'historiens, d'historiens de l'art, d'archéologues et de littéraires sur le thème de la mort du prince : agonie, deuil, rites funéraires, tombeaux... depuis Alexandre jusqu'à Charlemagne. ©Electre 2017

Quatrième de couverture

La mort du souverain dans l'Antiquité et le haut Moyen Age était un événement crucial d'un point de vue politique et religieux, ce que manifestaient les rituels des funérailles et de deuil ainsi que les réflexions sur la mort des princes. Le lien entre les significations politique et religieuse de la mort des souverains était normal à une époque où le pouvoir suprême, signe visible de l'harmonie du monde, était considéré comme garanti, au moins temporairement, par les puissances divines. Fort logiquement, la variété des contextes politiques et religieux explique les nombreuses significations données à de tels décès. Ainsi, dans l'Athènes classique, la mise en scène dans le théâtre tragique de la mort des rois des récits mythiques était un moyen de réfléchir, par un biais culturel qui portait sur des réalités politiques absentes de la cité, sur des concepts qui en revanche la concernaient véritablement, comme le fondement de la justice. À l'époque hellénistique, où le modèle royal hérité d'Alexandre était la réalité politique dominante, la mort mystérieuse d'un souverain, à commencer par celle du conquérant de l'empire perse, fauché en pleine gloire, fut l'occasion de spéculations infinies sur les causes, historiques ou divines, naturelles ou magiques, de ces décès qui ne pouvaient être banals. À Rome, où l'empereur n'était pas un roi, mais le magistrat exceptionnel d'une République rénovée, et où la succession était donc toujours un problème, un certain nombre de rituels et de thèmes idéologiques permettaient d'unir le souverain défunt et son successeur, soit dans la continuité dans le cas d'un bon empereur, soit par le rejet d'un prédécesseur blâmable dont on se distinguait. Les rituels concernaient principalement le traitement du cadavre, le deuil et la mise au tombeau, avec des exemples très variés depuis les rois nomades des steppes aux rois grecs ou aux empereurs romains, byzantins ou carolingiens. Mais les rituels concernaient aussi la part divine de ces humains extraordinaires lors des cérémonies fondant le culte de certains empereurs romains divinisés après leur mort, prolongeant ainsi leur mémoire durant des siècles. Enfin, ces conceptions, ces rites, ces architectures funéraires étaient également des modèles que des aristocrates pouvaient imiter, que des auteurs pouvaient parodier, que des lettres pouvaient interpréter pour y déchiffrer la volonté des dieux, et ensuite du Dieu chrétien maître de l'histoire.

Fiche Technique

Paru le : 03/03/2006

Thématique : Histoire européenne générale

Auteur(s) : Non précisé.

Éditeur(s) : Picard

Collection(s) : Textes, images et monuments de l'Antiquité au haut Moyen Age

Série(s) : Non précisé.

ISBN : 2-7084-0711-2

EAN13 : 9782708407114

Format : Non précisé.

Reliure : Broché

Pages : 191

Hauteur : 24 cm / Largeur : 16 cm

Épaisseur : 1,3 cm

Poids : 380 g