Chargement...
Chargement...

Le retrait de la tradition suite au désastre démesuré

Auteur : Jalal Toufic

Paru le : 17/03/2011
Série(s) : Non précisé.
Collection(s) : Penser-Croiser
Contributeur(s) : Traducteur : Omar Berrada - Traducteur : Ninon Vinsonneau

12,20 €
Expédié en 5 à 7 jours.
Livraison à partir de 0,01 €
-5 % Retrait en magasin avec la carte Mollat
en savoir plus

Résumé

Pour l'auteur, le désastre démesuré destructeur de la tradition et producteur d'une communauté renvoie tout d'abord aux années de guerre qui ont ravagé le Liban, et désigne plus généralement les atrocités du XXe siècle. A travers une analyse fondée sur la photographie et le cinéma, l'auteur propose une réflexion sur les pouvoirs de l'art et sur sa fonction politique. ©Electre 2017

Quatrième de couverture

Le retrait de la tradition suite au désastre démesuré Après des décennies de guerres, de destructions, d'occupations, le monde arabe apparaît comme un monde en ruines. Mais comme le montre Jalal Toufic, il y a des ruines qui résistent aux reconstructions, les ruines immatérielles qui résultent de « désastres démesurés ». Pour l'auteur, cette notion renvoie au premier chef aux nombreuses années de guerre qui ont ravagé le Liban, mais elle désigne plus généralement les atrocités du XXe siècle, le génocide rwandais, ou encore la Shoah. Si l'artiste a effectivement pour tâche de dire le désastre démesuré et de le présenter à la communauté, il ne peut être le porte-parole des morts : il lui faut au contraire ressusciter le « non-mort », et amener la communauté à prendre conscience de son objet perdu. Contrairement aux apparences, il n'y a dans ce geste nulle trace de nostalgie, nul désir de retour à une origine ou à une tradition authentique - la tradition s'est retirée pour de bon. L'artiste se situe ainsi dans un espace ontologiquement indéfini, le mince interstice séparant la mort de la vie. La célèbre phrase d'Hiroshima, mon amour revient sans cesse comme un leitmotiv : « Tu n'as rien vu à Hiroshima. » Moyen de poser le problème du témoignage, et d'interroger la représentabilité du désastre démesuré, qui marque, par définition, une coupure radicale, et détruit tout rapport avec le passé. À travers une analyse essentiellement fondée sur la photographie et le cinéma (mais qui convoque également la théologie), Jalal Toufic nous offre une réflexion rare sur les pouvoirs de l'art et sur sa fonction politique, faisant écho à des auteurs comme Maurice Blanchot, Jacques Derrida, ou Georges Didi-Huberman.

Fiche Technique

Paru le : 17/03/2011

Thématique : Ecrits sur l’Art

Auteur(s) : Auteur : Jalal Toufic

Éditeur(s) : les Prairies ordinaires

Collection(s) : Penser-Croiser

Série(s) : Non précisé.

ISBN : 2-35096-044-7

EAN13 : 9782350960449

Format : Non précisé.

Reliure : Broché

Pages : 99

Hauteur : 21 cm / Largeur : 14 cm

Épaisseur : 0,8 cm

Poids : 142 g