Chargement...
Chargement...

Avis de grand froid

4684_avis-de-grand-froid
Une actualité de Véronique D.
Publié le 10/01/2015

lumikki_even"Il était une fois une fille qui apprit à avoir peur". Cette phrase qui reviendra à plusieurs reprises dans Je m'appelle Lumikki donne le ton de ce roman où va souffler un air à vous faire plus que frissonner. Un roman où se mêlent les références aux contes et à Blanche-Neige en particulier et l'ambiance des grands polars venus de Scandinavie...

Je m'appelle Lumikki (Blanche-Neige en  finnois) commence comme il se doit dans la neige dont le manteau serait immaculé s'il n'était entaché de rouge. "Oh, puissé-je avoir une enfant à la peau blanche comme la neige, aux lèvres rouges comme le sang et aux cheveux noirs comme l'ébène" : ce seront les trois couleurs du roman et le noir qui fait défaut au prologue sera la tonalité de ce roman au personnage opaque et mystérieux.

Lumikki est une lycéenne discrète, voire secrète, dont le passé s'éclairera par flash back au fil du roman. Une fille sans histoires mais étrangement toujours sur le qui-vive, comme une proie potentielle qui aurait appris à survivre face aux prédateurs cachés dans l'ombre... Sa vie va être chamboulée par la découverte de centaines de billets de banques souillés de sang et va la propulser dans un univers où la vie humaine ne vaut pas grand chose : celui des barons de la drogue. Il peut en coûter cher de vouloir jouer dans la cour des grands et essayer de filouter des criminels sans scrupules. Le sang n'a pas fini de tâcher la neige autour de Lumikki...

Salla Simukka plante son décor au cœur de l'hiver d'une petite ville de Finlande et distille le mystère autour de son personnage principal avec assez d'éléments pour attiser la curiosité sans donner, dans ce premier volume, toutes les clefs pour comprendre et connaître sa jeune et fort mystérieuse héroïne. Les nombreux flash back savamment dosés vont vous mettre les nerfs à rude épreuve dans l'attente de la suite et vous permettront d’échafauder des hypothèses quant au passé de Lummiki. Pourquoi vit-elle seule, que s'est-il passé dans les dernières années de sa vie, d'où tient-elle ses facultés à si bien se travestir, se dissimuler au regard d'autrui ? Les premiers éléments de réponse donnés dans les dernières pages ne font que renforcer l'envie du lecteur d'en savoir plus...A suivre donc, pour notre plus grand plaisir !

https://www.youtube.com/watch?v=UplY-_M9xAU

Abonnement

Derniers articles du blog "Des ados et des livres" envoyés chaque semaine par mail

Contributeurs

Véronique D. (282)

Véronique n'est peut-être plus adolescente depuis longtemps mais a développé une passion sans borne pour ce secteur de l'édition. Aussi passionnée de littérature victorienne que de westerns, elle aime la fiction sous toutes ses formes mais peut-être plus encore les balades en forêt au petit matin.

Administrateur (78)

Description par défaut

Marie-Aurélie (77)

Marie-Aurélie adore la littérature américaine et les romans noirs. Elle aime écouter de la musique déprimante des années 80 et changer de couleur de cheveux.

Emilie (63)

"Jeune fille", lectrice de "Roman(s) russe(s)" ou de "Chef (s) -d'oeuvre inconnu(s)", j'aime "Mes amis", "Courir", "Penser/classer" et je lis en toute "Saisons". Au "Square", "Des journées entières dans les arbres", sur "La Côte sauvage", "Le Livre" est "Auprès de moi toujours". Des oeuvres d'Anne Wiazemsky, Emmanuel Carrère, Honoré de Balzac, Emmanuel Bove, Jean Echenoz, Georges Perec, Maurice Pons, Marguerite Duras, Jean-René Huguenin, René Belletto et Kazuo Ishiguro se cachent dans ce petit texte, saurez vous les retrouver ?

Céline (22)

Description par défaut